Français

 

 

" Les enfants cristallins ont une mission d'envergure et sont disposés à

l'expliquer à quiconque souhaite l'entendre : ramener l'amour

inconditionnel à l'humanité et aider à instaurer la paix mondiale en

réintroduisant la connaissance de notre unicité dans la conscience

collective. En tant que gardiens de ces enfants, nous avons pour

responsabilité de les seconder dans cette mission et de respecter ce

qu'ils sont et ce qu'ils sont venus faire ici. Les enfants cristallins

portent en eux le souvenir conscient de la sagesse des âges, et ils

nous l'accordent généreusement.

Comment allons-nous réagir ? Entendrons-nous leur message et

appliquerons-nous cette sagesse millénaire à notre vie actuelle, notre

environnement et à notre monde ? Ou choisirons-nous de rester dans

l'ignorance, en fermant du coup, toutes les portes chez ces enfants ?

Nos enfants représentent notre avenir. Et cet avenir en eux est

capable de nous mener vers une tangente formidable pour le plus grand

bien de l'humanité - si seulement nous écoutons ce que les enfants

sont venus nous dire ! Rendons-leur hommage et chérissons-les ; et

ouvrons-nous à la possibilité que parfois, les enfants en savent plus

que nous. Ne nous opposons pas à la possibilité d'une réalité plus

vaste, simplement parce que nous ne comprenons pas. Explorons plutôt

ces dons exceptionnels chez nos petits. Il n'y a aucune raison de les

craindre. Même s'ils sont doués, ils sont nos enfants. Leurs messages

ne disent rien de neuf. Ils véhiculent simplement des vérités

extraordinaires que la plupart d'entre nous ont oubliées. D'ailleurs,

si Jésus revient sur terre, en êtes vous sur, de le reconnaître ? Ou

choisiront les Pharisiens de nos temps de nouveau de le crucifier ?

Une fois de plus . Cela en a bien l'air. En tout cas, monsieur Antoine

de Saint Exupéry, le petit prince est revenu ! Et maintenant on vient

par milliers. C'est cela que je voulais dire."

 

Doreen Virtue - Enfants indigo, Cristal et arc-en-ciel :

https://www.youtube.com/watch?v=CFO0wAyhrjU

Jessica Schab - Enfant de Cristal : https://www.youtube.com/watch?v=Sl6AU_o4Klw

 

Marcel Messing - Appel à l'éveil : https://www.youtube.com/watch?v=nmMyqgJvebQ

3

 

Les vieux enfants sages

 

 

Les enfants de l’ére nouvelle

nous parlent seulement

plutôt, du bout des yeux

même pauvre ils sont riches

ne vivent plus dans l’illusion

Et ont un coeur pour deux

chez eux ça sent le thym

la pureté , l’abbondance

et le verbe dansant

Ils vivent aux paradis

se baladent hors du corps

Ou étaient morts trop longtemps

Ils sont sages tout petit

de leur sagesse prenons garde

quand ils nous parlent d’hier

on a assez pleuré

c’est ce qu’ils nous confient encore

les larmes aux paupières

Et ils tremblent un peu

nous observant vieillir

obsédé par l’argent

pardonnant sans pardon

Disant oui, pensant non

Et perdant notre temps

 

2

Les enfants de l’ére nouvelle

les silentieux, qui nous réveillent

le Coeur encore fermé

Plein d’ vie on est mort

le muscat du dimanche

ne nous fait plus chanter

les enfants qu’on a été

ont perdu le sourire

notre monde est trop petit

ouvrons donc cette fenêtre

sortons tous du fauteuil

avant d’aller au lit

ils nous tendent la main

habillé par amour

condition, pas question

leurs chemin est la lumière

qui sur notre chemin

ne veut que l’on voit claire

Il ne nous reste qu’un moment

pour se méfier du peur

organisé par l’argent

mais parlons d’autre chose

ces enfants le proposent

On a encore le temps

 

3

Ces enfants ne meurent pas

Ils s’envolent un jour

quand ils dorment trop longtemps

Ils nous ont tenu la main

On avait si peur de se perdre

On s’est perdu pourtant

Même mort ils restent là

balladans sur les voies

qu’ils ont choissi pour eux

ce qui importe est

qu’ils nous ont bien montrée

La force de nos voeux

Vous les verrez peut-être

Vous les verrez parfois

Consolant nos chagrins

Traversant notre présent

ou on s’excusera

De n’être pas plus loin

Il n’faut pas fuir du tout

ce qui se présentera

ici et mainenant

réinventons le pardon

pensons non, disons non

et remercions les enfants

réinventons la chanson

inventée par le coeur

car cela est notre don

 

4 Paul Codde

 

Les enfants Indigo

- une nouvelle conscience planétaire

Sylvie Simon

ISBN 714 3 775

Les enfants Actuels - Le grand défi 'cerveau droit'

dans un univers ' cerveau gauche '

Marie Françoise Neveu

ISBN : 978-2-911525-64-3

Enfants autistes; hyperactifs; dyslexiques, dys ...

Et s'il s'agissait d'autre chose ?

Marie Françoise Neveu

ISBN 978 2 36188 008 8

 

Les enfants du présent

Meg Blackburn Losey

ISBN 978 2 89626 028

L'enfant des étoiles

Phoebe Lauren

ISBN 84 931477 0 2

 

Les enfants Cristal

Un guide pour la nouvelle génération

d'enfants sensibles et clairvoyants

Doreen Virtue

ISBN 2 89565 159 0

 

Aimer et prendre soin des Enfants Indigo

Doreen Virtue

ISBN 2 920987 59 3

 

Célébration des enfants Indigo

Lee Carroll & Jan Tober

ISBN 2 920987 64 X

 

 

 

 

 

 

 

5

Les Messagers d’Amour

 

Bien sûr ils eurent en partage

Tout une éternité d’amour

Venus sur terre sans bagage

Pour vivre mieux de jour en jour

Et chaque fille se souvient

De chaque vie, (ce qui est bien )

L’éclat de rire d’une autre mère

Et leur papa était leur frère

Dans une vie bien loin d’ici

Et moi j’observe ce mystère

 

Des enfants sages

De la lumière pure après l’orage

De l’ éternité d’nos guerres sauvages

Ils l’harmonisent, tu sais … ils aiment

 

Pour eux toutes nos pensées sont claires

Ils voient nos peines, les yeux fermés

Et ce qui est pire encore, ces êtres

Souffrent d’nos maux,

c’est pas donné

Les agroglyphes leur font sourire

Comme si c’étaient des cartes postales

Avec l’odeur de leur planète

Je vous supplie, vous les parents

Il va falloir bien du talent

De rester jeune étant adulte

 

Ce n’est qu’un tour

Qui nous est joué

par un merveilleux amour

De l’aube claire jusqu’à la fin du jour

Ils harmonisent tu sais… ils aiment

 

C’est quoi le but de leur voyage

C’est d’éclairer nos destinées

Il leur faudra bien du courage

Ils sont victimes de nos pensées

Les sphères d’conscience énergétique (orbs)

Qui nous entourent

sont une tactique et rien de plus ,

faut bien y croire

Des présences ni vues et ni connues

Lumière ronde de tenue

La vérité se laisse voir

 

 

C’est de l’amour

Tout doux, tout tendre, un merveilleux amour

Dès leur naissance jusqu’à leur dernier jour

Ils harmonisent tu sais...

ils aiment .

Paul Codde

6

Quand le Petit Prince reviendra

 

 

Quand le Petit Prince reviendra

C’est pas le roi qui sera content

Quand il reviendra, le petit Prince

L’état du roi changera tellement

Il reviendra comme autrefois

À cheval sur ses idées d’enfants

Et pour mieux fêter son retour

Il câlinera les présidents

Et il nous parlera d’amour

Et du renard qu’il aimait tant

On a tellement besoin d’amour

Quand il ne nous reste qu’un moment

 

Quand le Petit Prince reviendra

Le businessman n’sera pas content

Quand il reviendra, le Petit Prince

On ne comptera plus du tout sur son argent

On reviendra de sa prison

Démollissant les murs d’antant

Et chaqu’un s’ra, ce qu’il ressemble

Et ressemblera à ce qu’il sera

Et il nous racontera des histoires

D’égalité et liberté

On a tellement besoin de cela

Après une vie, emprisonnée

 

Quand le Petit Prince reviendra

Ses collègues seront bien contents

Quand il reviendra , le petit prince

On se rendra compte , qu’il y en a tant .

Ils sont venus d’un Paradis

Qui se situe bien loin d’ici

Des années –lumières pour ainsi dire

Pour eux rien de plus qu’un p’tit soupir

Et ils me redonnerons leur sourires

Des sourires que j’aimais tellement

On a tellement besoin de sourires

Quand notre vie n’est plus dansante

 

Quand le Petit Prince reviendra,

c’est Antoine qui sera content

Mêmes s’il reviendra en gueulant

c’est Antoine qui sera content, et moi …

Il réinventera les câlins

Qui seront les mêmes pour tout les gens…

On ne voit bien , qu’avec le Coeur…

et tout le monde en a besoin

Et il me redonnera l’ envie

Pour me créer une autre vie

On a tellement besoin de créer

Quand on veut se faire un paradis

 

Le petit prince est revenu

C’est Sylvie Simon qui en est contente

Et Marie Françoise, et d’autres gens

Ils seront contents, comme moi !

 

Texte : Paul Codde

 

 

 

7

Hymne à la mort

en hommage, pour tout ces jeunes Indigos

pas compris....

qui ont choissi

de mettre fin à leur vie

 

Adieu Maman , je sors de la vie

Ce qui n’veut pas dire que je suis loin d’ici

Rien qu’un soupir de vous, ma mère

Toujours présent sur votre terre

Où pour la paix on fait la guerre

 

Adieu papa, je t’aimais bien

c’est dur de sentir tous vos chagrins , tu sais

J’ai laché prise , la paix dans l’âme

Pour être honnête, j’ai pas aimer

D’sentir la haine du monde entier

 

J´veux qu´on rie

J´veux qu´on danse

J´veux qu´on pense comme des fous

J´veux qu´on rie

J´veux qu´on danse

Car je ne suis pas mort du tout

 

Adieu la terre, je t’aimais bien

Adieu mère terre, je t’aimais bien tu sais

Les grandes personnes n’ont rien compris

Des mots, que je leurs avais dit

De toi la source de toute vie

 

Adieu la terre , je vais mourir

Je n’en peux plus de te voir souffrir

Ni la tristesse dans les vents

Car vu qu’il leur faut encore du temps

Je sais qu’tu prendras soin d’ces gens

 

Je veux qu’on rie

Je veux qu’on dance

J’veux qu’on pense comme des fous

Cela veut dire

Mes amies

Qu’on doit pas penser du tout

 

Adieu école, j’ t’aimais pas bien

Ce qu’tu m’as appris, me servira à rien

Pour êtr’honnête, j’veux pas blâmer

Mais si tu m’avais écouté

T’avais mieux compris : dualité

 

Adieu école je sors de mon corps

Je l’ai quitté souvent sans rencontrer la mort

Moi je vous dis, avant que je meure

Institutrices, instituteurs

On ne voit bien qu’avec le coeur

 

Pas de soucis

Quand on danse

Quand on vous prends pour des fous

En disant

Que des point

Ne sont pas important du tout

 

Bonjour mamie, me revois là

C’était bien dur d’être génial là-bas

Ils sont aveugles avec leur coeur

Se font guider que par la peur

Aller là-bas, mais quel erreur

 

Bonjour Mamie, ils vont souffrir

C’est dur de souffrir au printemps tu sais

Les emotions leurs paralisent

L’humanité prend ses valisent

Pour voyager vers d’autres crises

 

Dieu merci

Chère mamie

Que vous m’acceuillez dans vos bras

Quand ce corps

Pour eux mort

Est étallé dans des draps

( texte : Paul Codde )

 

8

 

Lesparrou. Paul Codde :

"Le Petit Prince est revenu"

 

La Dépêche du Midi - Publié le 16/10/2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9

 

 

 

Conférence sur les enfants indigo avec Willess Carbo

https://www.youtube.com/watch?v=AtuQzgNk4tY

 

 

Deux réactions sur ce conférence de W.Carbo

 

.... "Enfants cristal les Enfants indigo sont bien plus malheureux qu'on ne l'imagine ... Oui nous sommes canal et autres

Artiste bien souvent il me semble bien... mais on se sent toujours rejeté !!

Rejeté ! même s'il ne l'est pas...

l' Indigo n'est pas paranormal , mais ce sent pour la plus part du temps et de sa vie ici bas : SEUL (E) ...

Merci A VOUS ! je ne parle jamais de moi ...Mais je vous écoute ! et je me dis : enfin , enfin .

On parle enfin , de Nous enfants INDIGO et qui sait ! ... Nous n'attendons aucune reconnaissance ....

mais il ne faut pas faire passer les Indigo pour des Malades et leurs donner des médicaments

NON !!! Merçi coeur et âme , Monsieur Carbo ...

 

...Nous sommes arrivés à une époque où nous devons choisir entre la survie de la Terre et le pillage quotidien de ses richesses,

dont cet ouvrage fait le bilan.

En même temps, nous observons l'émergence d'enfants qui pensent et agissent en dehors des normes, contestent nos institutions,

sont passionnés par les technologies modernes.

Le regard qu'ils portent sur le monde est bien différent du nôtre, et ressemble à s'y méprendre à celui des physiciens quantiques

qui nous parlent de la solidarité de l'homme avec l'univers et de l'appartenance de tout au Tout.

On les appelle " Enfants Indigo ", d'après la couleur de leur aura décrite par des voyants.

Seraient-ils venus pour aider l'humanité à évoluer ?

L'ambition des livres sur le sujet, est de tenter de répondre à cette question en réfléchissant sur les mutations actuelles de la Terre et de ses habitants et l'arrivée massive de ces enfants.....

 

 

 

 

 

 

10

 

 

Basé sur le livre « La vie de Chico Xavier » du journaliste Marcel Souto Maior,

ce film décrit l'histoire du médium Chico Xavier qui vécut jusqu'à l'âge de 92 ans.

C'est une vie de médium spirite, que vous découvrirez, entièrement dévouée à son prochain bénévolement.

C'est aussi une vie de luttes avec une production médiumnique impressionnante,

plus de 400 ouvrages psychographiés sous l'influence des Esprits vendus à plus de 30 millions d'exemplaires.

Il a fait don de tous les droits à des organismes de bienfaisance. "Je n'ai rien écrit.

Ils, les esprits, ils ont écrit" répéta-t-il sans cesse. Francisco Cándido Xavier fut le médium brésilien le plus célèbre et le plus prolifique du XXe siècle.

Il popularisa grandement la doctrine spirite au Brésil.

En 1981, le Brésil proposa officiellement Chico Xavier comme candidat au Prix Nobel de la paix.

Sorti sur les écrans au Brésil en 2010, ce film a connu un très grand succès national.

Resté en salle pendant 6 semaines, il a remporté le plus fort taux de fréquentation dans son pays pour l'année 2010.

 

 

 

11

 

 

 

 

 

 

 

 

BORISKA

Kipriyanovich

 

 

La connaissance inhabituelle qu’un enfant de 7 ans n’aurait pas dû posséder.

Alors que tous les professeurs d’histoire ne peuvent parler clairement de la Lémurie légendaire et des lémuriens,

vous ne trouverez personne dans une école ou une université avec ces mémoires là.

La science n’a pas prouvé l’existence d’autres civilisations et n’a pas l’air pressée de prouver ceci,

préférant rester proche de l’idée que l’homme est unique dans l’univers.

Le langage de Boriska… ce n’était pas du niveau d’un enfant de cours élémentaire, il utilisait une telle terminologie, des détails,

des faits du passé de Mars et de la Terre que tous étaient sidérés.

C’est seulement à cause d’emportements émotifs que vous pouviez dire qu’un enfant parlait.

 

« Pourquoi Boriska s’est mis à parler comme ça? » S’est demandé mon interlocuteur.

« Apparemment, l’environnement a provoqué cela en lui.

C’était une réunion de personnes intéressées, l’esprit ouvert, cherchant les nombreux secrets de la Terre et du Cosmos,

et Boris, qui a entendu la journée de conversations a ressorti dans son langage ce qui était enfoui depuis longtemps dans sa mémoire. »

« Aurait- il pu tout fabriquer ? Avoir vu tous les films Star Wars et commencé à inventer?

Ça n’en a pas l’air… ça n’avait pas l’air d’une fantaisie » m’a dit mon collègue.

« C’était plus comme un souvenir du passé, des mémoires de ses incarnations passées.

Ce genre de détails ne peut être inventé, ils doivent être connus personnellement…. »

La mention des réincarnations passées a décidé de tout : je compris que je devais rencontrer Boriska.

Maintenant, après ma rencontre avec lui et ses parents, j’essaie d’organiser les éléments dans un ordre cohérent

pour comprendre le mystère de la naissance de cet être parmi nous.

Il est curieux qu’il vienne au monde dans la ville de Volzhk, dans un hôpital de province- quoique sur son certificat de naissance,

le lieu de naissance soit Zhirnovsk, Province de Volgograd pour la déclaration.

Son anniversaire est le 11 janvier 1996, à 8.30 heures du matin. Cela peut parler à un astrologue.

Ses parents sont des gens simples et bons.

Nadezhda Kipryanovich, la mère de Boris est dermatologue dans une clinique de la ville,

elle a obtenu sa licence de l’Institut Médical de Volgograd en 1991. Son père, Yuri Tovstonev,

est un officier à la retraite, diplômé de l’Institut Militaire Supérieur de Kamishinski et a un emploi de contremaitre à présent.

Ils seraient heureux si quelqu’un pouvait les aider à résoudre le phénomène mystérieux de leur fils, mais pour l’instant, ils observent leur miracle avec curiosité.

« Quand Boriska est né, j’ai remarqué qu’à 15 jours, il tenait déjà sa tête droite. Son premier mot :

Baba (grand-mère) il l’a dit à quatre mois et depuis, on peut dire qu’il a commencé à parler.

Il a fait sa première phrase à 7 mois, en disant: ‘je veux un clou’ – il avait vu un clou dans le mur- habituellement,

les enfants parlent beaucoup plus tard.

Les plus remarquables parmi ses capacités étaient intellectuelles. »

« Comment se sont-elles manifestées ? »

« Quand Boris avait 1 an, je lui ai donné les lettres, en suivant la méthode Nikitin et à 1an et demi,

il pouvait lire les gros titres du journal. Il a appris à reconnaître les couleurs dans une variété de tons très tôt et facilement.

Il a commencé à dessiner à l’age de 2ans et à peindre à 2ans et demi.

C’est à 2 ans qu’il est allé à la crèche, les nourrices disaient qu’il était doué pour parler, et qu’il avait un développement cérébral inhabituel.

Elles remarquaient sa mémoire phénoménale. »

Ses parents se sont aperçu que le moyen qu’avait leur fils d’assembler des connaissances n’était pas seulement dans l’observation

de ce qui l’entourait, mais on aurait cru d’autres sources : il obtenait bien des informations de quelque part.

« Personne ne lui a appris » se souvient Nadezhda, « mais il avait pris l’habitude de s’asseoir dans la position du lotus

et il fallait l’écouter! Il y avait de telles perles et de tels détails sur Mars, sur les systèmes planétaires et les autres civilisations, c’était étonnant…

Mais comment l’enfant pouvait savoir tout ça? … l’espace, les sujets cosmiques dans ses histoires, c’était le principal sujet dès ses 2 ans.

Au même moment, Boriska nous a annoncé qu’il avait vécu sur Mars, que la planète était habitable,

et qu’elle a survécu la pire des catastrophes de son histoire, la perte de son atmosphère, et maintenant,

quelques habitants qui sont restés vivent dans des villes souterraines. A cette époque, il venait souvent sur Terre

lors de missions de recherches scientifiques ou bien lors de missions d’échanges.

Il était lui même pilote d’un vaisseau spatial. C’était au moment de la civilisation Lémurienne, il avait un ami lémurien qui est mort en sa présence….

« Une catastrophe gigantesque est arrivée sur Terre, des montagnes ont explosé, un énorme continent

s’est brisé et a coulé sous les eaux et tout d’un coup une pierre gigantesque est tombée sur l’immeuble où se trouvait mon ami, » raconte Boriska.

« je ne pouvais pas le sauver, et maintenant sur Terre, nous allons nous rencontrer de nouveau… »

Boriska voit toute la destruction de la Lémurie comme si ça arrivait devant lui et il pleure son ami le terrien comme s’il était lui même responsable.

Un jour, sa mère lui a apporté un livre: » De Qui Venons Nous? » de Ernst Muldashev.

Il a fallu voir l’effet que ça a eu sur l’enfant. Il a regardé les dessins des lémuriens, les photographies des pagodes tibétaines,

et 2 heures plus tard il parlait en détail de la race lémurienne et de leurs découvertes à un niveau élevé.

« Mais la Lémurie a été détruite il y a au moins 800,000 ans », j’ai dit tranquillement,

« et les lémuriens mesuraient plus de 9 mètres de haut, et en dépit de tout ça, tu te souviens? »

« Oui, je me souviens » Boris répondait, en ajoutant, « personne ne m’a rien dit. »

Une autre fois, de nombreux souvenirs lui sont remontés après qu’il ait vu les illustrations d’un autre livre de Muldashev,

« A la recherche de la cité des Dieux » au sujet des chambres funéraires et des pyramides.

Il dit qu’un savoir sera trouvé, non pas sous la pyramide de Khéops, mais sous une autre pyramide. Ils ne l’ont pas encore trouvé.

»La vie changera quand ils ouvriront le Sphinx » dit-il en ajoutant que le Sphinx s’ouvrira derrière l’oreille,

il ne se souvient pas où exactement. L’inspiration le pousse à parler avec assurance sur la civilisation Maya,

les gens connaissent très peu ce peuple fascinant. Boriska pense que nous sommes à une période de grands changements sur Terre,

ce qui cause la venue d’enfants spéciaux car de nouvelles connaissances s’étendant au delà de la mentalité des terriens seront nécessaires.

« Comment sais – tu pour ces enfants là, et pourquoi cela arrive- t-il? » ai-je demandé lors de notre entretien, »

sais-tu qu’on les appelle les enfants indigo? »

Réponse: « Je sais qu’ils naissent dans ce monde mais je n’en ai pas rencontré dans notre ville. Julia Petrova elle, me croit,

ce qui signifie qu’elle ressent quelque chose. Les autres rient quand je raconte des histoires.

Quelque chose va se passer sur Terre, 2 catastrophes, donc la naissance de ces enfants. Ils devront aider les gens.

En 2009, la première grande catastrophe, sur un grand continent, et en 2013 il y en aura une autre encore plus importante. »

« Tu n’as pas peur malgré que ta vie en soit affectée aussi? »

« Non, je n’ai pas peur, nous vivons pour toujours. Il y a eu une catastrophe sur Mars où je vivais avant.

C’était les mêmes gens que nous, mais il y a eu une guerre nucléaire et tout a brulé. Des gens ont survécu et des abris ont été construits,

ainsi que de nouvelles armes. Il y avait eu aussi un changement de continent là-bas. Cependant, ce continent n’était pas grand.

Les martiens respirent de l’air composé principalement de dioxyde de carbone, s’ils venaient ici,

ils resteraient toujours près des conduits de sortie de fumées. »

« Et toi si tu es de Mars, tu peux respirer notre air facilement ou as-tu besoin de dioxyde de carbone? »

« Une fois que vous êtes dans le corps terrien, alors vous respirez cet air. Mais, on n’aime pas l’air terrien parce qu’il est la cause du vieillissement.

Sur Mars les gens sont toujours jeunes, environ 30 – 35, et il n’y a pas de vieilles personnes. Chaque année qui vient,

ces enfants de Mars naîtront sur Terre, dans notre ville ils seront au moins une vingtaine. »

« Te souviens- tu de ton ancien nom, ou ceux de tes amis? »

« Non, je ne peux jamais me souvenir des noms »

« Tu te souviens de toi même à partir de quel âge? »

« Je me souviens de mon ancienne vie à partir de 13 ans, et ici, je me souviens depuis ma naissance sans oublier d’où je viens.

On avait des lunettes spéciales là- bas et on se battait tout le temps. Sur Mars, il y avait un truc désagréable: une base qui devait être détruite.

Mars peut être ressuscitée, mais cette base l’en empêche. C’est un secret. Je peux dessiner à quoi ça ressemble, nous étions à coté.

Cette base est contre nous. »

« Boris, pourquoi nos plateformes spatiales meurent plus souvent qu’elles ne durent lorsqu’elles se posent sur Mars? »

« C’est un signal qui vient de Mars, et ça essaie d’anéantir les plateformes. Il y a des rayons dangereux sur ces bases. »

J’étais étonné pour les rayons dangereux de Fobosov. C’est exactement ainsi. En 1988, un homme avec des pouvoirs extrasensoriels, de Volzhsk,

a essayé de contacter le programme spatial de l’USSR, afin de prévenir les dirigeants soviétiques de l’échec

imminent des sondes spatiales soviétiques Phobos1 et Phobos2, spécifiquement à cause de batteries

et de rayons radio actif qui étaient étrangers à la planète.

Ils n’ont pas écouté ses avertissements et n’ont pas jugé utile de répondre, ce jusqu’à ce jour; malgré que pour réussir selon Lushnichenko,

il est nécessaire de changer de tactique pour approcher la surface de Mars.

« Que sais- tu des dimensions multiples ? Tu sais pour voler, pas la peine de suivre une trajectoire en ligne droite,

mais la possibilité de traverser l’espace multidimensionnel? »

En faisant attention, je me renseignais en posant des questions assez osées du point de vue de la science traditionnelle.

Boriska a rebondi avec une énergie renouvelée et s’est mis à parler de la construction des ovnis.

« On venait de décoller et on était déjà proche de la Terre ! » Puis, il a pris une craie pour dessiner un triangle sur le tableau.

« Il y a 6 couches » dit-il d’un ton enthousiaste. » La couche extérieure comprend 25% de matériau solide,

la 2ème couche est de 30% et ressemble à du caoutchouc, la troisième: encore 30% et c’est de nouveau du métal, il y a une couche de 4% de propriétés magnétiques « Il écrivait les chiffres sur le tableau.

« Si vous énergisez la couche magnétique, l’appareil peut voler partout dans l’univers…. »

Nous, les adultes, nous sommes regardés. Dans quelle classe ils apprennent les pourcentages?

Bien sûr, ils n’en sont pas encore là à l’école, mais Boriska semble être en difficulté en classe. Ils l’ont mis directement en 2ème année après des évaluations, mais ils essayaient de se débarrasser de lui.

Dites moi qui voudrait qu’un enfant interrompe la classe pour dire: » Maria Ivanovna, vous ne dites pas la vérité,

vous ne nous enseignez pas correctement! » Et cela arrive plus d’une fois par jour…Maintenant, c’est un professeur

qui a enseigné à l’Académie Schetinin spécialisée pour les enfants surdoués, qui étudie avec Boriska, et le garçon passera ses examens en extérieur.

Il aura et a déjà des problèmes relationnels avec les enfants normaux.

« Quelle est la mission de Boriska ? La connait-il ? » lui ai-je demandé ainsi qu’à sa mère. « Il a dit qu’il devinait » m’a dit Nadezhda, »

il sait des choses sur le futur de la Terre. Par exemple, que le savoir serait donné selon le niveau et la qualité de l’état de conscience.

Le nouveau savoir ne parviendra jamais aux personnes malveillantes qui ont des vices mesquins: voleurs, bandits, alcooliques

et aussi ceux qui ne veulent pas s’améliorer. Ils quitteront la planète. Il pense que l’information aura le rôle le plus important.

Une ère d’unité et de coopération commencera sur Terre. »

« Boris, d’où tiens tu tout cela? »

« De l’intérieur de moi même » il répondit sérieusement. Une fois, quand il avait 5 ans, il a surpris ses parents

quand il a entamé une conversation sur Proserpine, une planète morte depuis maintenant des centaines de milliers d’années sinon des millions d’années.

Et ce mot « Proserpine » il l’a prononcé sans jamais l’avoir entendu parce que c’était la première fois que ses parents l’entendaient. »

Un rayon l’a coupée en deux, et elle est partie en morceaux » a t-il expliqué.

« Physiquement la planète n’existe plus, mais ses habitants se sont téléporté vers la 5ème dimension,

que vous appelez un monde parallèle. On a regardé la mort de la planète, de Mars… »

Et tout d’un coup, il a mentionné l’inimaginable… il a dit que la Terre, en tant qu’être vivant conscient, a accepté les enfants de Proserpine

afin de les instruire. Occasionnellement, des enfants sont nés ici, qui se souviennent de leur planète d’origine, et se considèrent eux même extraterrestres.

Mais bien sûr, ce phénomène a été remarqué par le monde scientifique, et moi même, j’ai déjà rencontré Valentina Gorshunova (Kainaya) qui,

non seulement se souvient de Proserpine, mais de plus rencontre ses camarades proserpiniens dans ses rêves.

Et voilà qu’elle se trouve dans la même ville que Boriska, et ils faisaient tous deux partie de la randonnée de la région extraordinaire

de Medvedit Skaya Ridge.

Voici ce que la mère de Boriska écrivit dans son journal: « Tu es un précurseur.

Tu as déblayé le terrain pour nous. Dans les hautes sphères, tu es considéré comme un héros.

Tu portes le plus lourd des fardeaux sur les épaules. J’ai vu « l’ère nouvelle ». Un code holographique est déjà visible, surimposé dans l’espace.

La lumière sera faite sur tout cela dans un nouvel élan de pensée, très rapidement…

La transition d’un monde à l’autre prendra place au travers de la substance du temps. J’ai apporté la nouvelle information…

« C’est ce que Boris avait dit à sa mère. »

Boris, dis moi de quoi souffrent les gens? »

« De ne pas vivre correctement et de ne pas être capable d’être heureux…Il faut attendre pour vos moitiés cosmiques,

ne vous mêlez pas de la destinée des autres, ne détruisez pas votre intégrité, ne souffrez pas à cause des erreurs d’aujourd’hui

mais reliez vous à votre destin, terminez le cycle de développement et approchez vous de nouveaux sommets. » ce sont ses mots.

« Il vous faut devenir bons. Si vous êtes battus, vous allez vers eux les bras ouverts, s’ils vous couvrent de honte, n’attendez pas leurs excuses,

demandez de vos assaillants qu’ils vous pardonnent. S’ils vous insultent et vous rabaissent, dites leur merci et souriez leur. S’ils vous détestent,

aimez les tels qu’ils sont. C’est la relation d’amour, d’humilité et de pardon qui est importante pour les gens. »

Sais-tu pourquoi les lémuriens sont morts ?

J’en suis aussi un peu coupable. Ils n’avaient plus le désir de se développer spirituellement, ils s’écartaient du chemin

et à cause de cela ont détruit l’intégralité de la planète. La voie du Magicien les a conduit dans une impasse. La Vraie Magie c’est l’Amour… »

« Comment connais-tu ces mots: intégrité, cycles,cosmos,magie, lémuriens,? »

« Je sais… Keilis… »

« Qu’as-tu dit? »

« J’ai dit: ‘ Je te salue!’ c’est la langue de ma planète… »

Cette fois ci, nous nous sommes séparés là dessus, en me promettant que je suivrai la destinée de ce garçon aussi longtemps que je le pourrais.

 

Chroniques Martiennes

Environ une année plus tard, j’ai rencontré Boriska à Zhirnovsk pour connaître les derniers détails de sa vie. Tout d’abord en discutant avec sa mère.

« Jai regardé dans sa chambre car j’entendais Boriska parler à quelqu’un, mais je savais qu’il était seul. Il y avait une mosaïque colorée faite de jeux de construction pour enfants et c’était la double hélice de l ‘ADN que j’ai clairement reconnue de mes études à l’Institut Médical. »

Et il disait à quelqu’un: ‘ je suis le pilote d’un vaisseau de recherche, un scientifique,

mais je ne fais jamais de reproduction croisée d’ADN humain et reptilien! C’est en contradiction avec les lois de la sélection naturelle… »

et quelques autres mots en latin ont suivi. Je n’en revenais pas… et au lieu d’écouter, je l’ai secoué: ‘ qu’est- ce qui t’arrive ?

A qui tu parles? ‘ et Boriska est sorti de sa transe d’un coup, confus, en bredouillant : » je jouais… »

« Là encore, j’ai réalisé que je ne connaissais pas très bien mon fils…il est vrai que quand je lui ai demandé plus tard,

il m’a répondu que cette information là n’est pas pour les gens et que lorsqu’il vivait sur Mars, ils avaient des différences légères d’ADN.

Ils avaient une petite différence avec l’ADN de la race lémurienne. »

Fondamentalement, je compris que s’il se rappelait la période martienne de sa vie, alors c’était du point de vue de différents moments dans le temps.

Je veux dire qu’il semblait avoir vécu sur Mars de nombreuses vies et se souvenait de différents moments de ses vies, probablement échelonnées sur des milliers d’années. »

« Alors vous ne pensez pas que ce sont des contes enfantins? »

« Peut-être que je serai heureuse de le dire, mais ça ne colle pas… il y a trop de connaissances totalement inhabituelles ici,

il n’avait pu apprendre tout ça nulle part. »

« C’est vrai, je ne pense pas qu’il se souvienne de ses vies antérieures de la façon dont on se souvient de la journée d’hier.

Bien sûr que non. Sa mémoire est très fragmentée, et se révèle sous certaines conditions, il est possible que tout s’amoindrisse jusqu’à disparaître.

Oui, il peut se relier à des sources extérieures d’informations et être leur transmetteur, mais 10 minutes plus tard

il peut tout simplement oublier l’information, comme un enfant normal. »

Il est exact que cette connexion arrive de plus en plus rarement, soit le conduit se ferme peu à peu, soit il y a d’autres raisons…

et le dictaphone, que ses parents ont acheté spécialement pour enregistrer l’histoire des vies passées de Boriska, est de moins en moins utilisé.

Les occasions se raréfient. Les enregistrements des mois derniers sont des souvenirs curieux sur des cataclysmes sérieux sur Mars.

Par exemple, il insiste pour dire que durant les dernières centaines de milliers d’années, ou peut- être millions d’années,

il y a eu des problèmes sérieux avec l’eau. Mars a tragiquement commencé à perdre son atmosphère et son eau.

Il dit qu’il y avait des vaisseaux spéciaux qui allaient sur la planète la plus proche, la Terre, pour chercher de l’eau.

Ces vaisseaux ressemblaient à des cylindres et servaient de vaisseau mère. Il parlait beaucoup de ses responsabilités et de son travail dans l’espace.

Il n’aime pas les films américains sur les aventures et guerres spatiales car tout est fabriqué et dénaturé.

Les vaisseaux martiens pouvaient voyager dans tout le système solaire, ils avaient un bon nombre de bases sur les planètes et leurs satellites.

Apparemment il n’était pas un mauvais pilote, avec de bonnes aptitudes professionnelles car dans ses récits, il a souvent participé à des vols vers Saturne,

ou le plus difficile est de naviguer dans la ceinture d’astéroïdes. Il a perdu beaucoup d’amis lors de leur approche de Saturne.

« Tu sais maman, je ne faisais pas qu’apporter de l’eau sur Mars! » a déclaré le garçon un jour. » Tu dis toujours ‘ Mars ceci,

Mars cela,’ mais j’étais responsable de Jupiter! On avait un projet spécial pour la création d’un nouveau Soleil dans notre système solaire,

et ce deuxième Soleil était supposé être Jupiter. Mais il fallait une telle masse physique pour accomplir ça, il n’y en avait pas assez

dans tout le système solaire. Le projet n’est jamais parvenu à terme. »

Une autre fois il a dit que les scientifiques de la Terre seraient intéressés de savoir qu’il n’y a pas 9 planètes dans notre système solaire mais 2 de plus.

Elles se situent derrière Pluton. D’après lui, Mars était plus proche de Jupiter et la Lune était la Lune de Mars.

Mais après un cataclysme gigantesque, Mars a changé son orbite, ce qui a donné son satellite ( la Lune) à la Terre,

mais il ne se souvient d’aucun autre détail de cette période. La question de s’il avait une famille, telle que nous l’entendons,

Nadezhda ne le sait pas. Boriska n’a jamais parlé de relations familiales dans ses incarnations martiennes.

Cependant, une fois, alors qu’il regardait Discovery Channel à la télévision, il a commencé à parler avec enthousiasme

de la civilisation des gris, les petits humanoïdes aux grands yeux.

« Ils ne sont pas martiens » disait-il en montrant le téléviseur, » on n’est pas comme ça, on est plus proche des lémuriens et des atlantéens.

D’abord nous sommes grands, eux sont des nains. Deuxièmement les gris sont cruels. Ils sont d’une autre galaxie,

et s’autorisent à faire des expériences sur les gens. On a même eu à les combattre, parce que ce sont des agresseurs.

Notre race était bonne, moins agressive, et la plus intellectuelle, vu que nous pouvions utiliser l’énergie psychique… »

Lâchant ses mots, parfois par saccades, le tout énoncé rapidement, le garçon retourne à ses jeux vidéo et le problème des gris n’est jamais revenu.

C’est comme un flash de mémoire qui peut ne jamais se répéter. Mais les ufologues modernes sont plus ou moins au courant pour les gris.

Les abductions, les expériences sur les humains, les expériences de sélection de caractère génétique, les vivisections d’animaux,

tout cela est principalement associé aux gris par les chercheurs.

Boriska s’était soudainement rappelé et prévenait de leur nature dangereuse…Mais, si nous aurons quelque chose de nouveau sur la vie dans l’espace,

sur Mars, ou dans le système solaire, j’en doute. Le garçon, d’après les spécialistes se referme. Les difficultés de notre réalité humaine

sont la cause de cette fermeture. C’est difficile pour les enfants Indigo. La Terre, Quotidiennement. Boriska regarde l’écran

sans se distraire et tape rapidement sur le clavier. Sur l’écran, une sorte de combat dans un château souterrain.

J’ai essayé de lui parler, d’attirer son attention pendant un moment, sans succès. La passion du garçon de 9 ans pour le jeu a persisté malgré qu’il ait joué durant 3 heures déjà, justes avant.

Sa mère, sa meilleure amie Valentina Rubstovaya- Gorshunova, et moi-même, avons parlé de tout ce qui était arrivé dans le courant de l’année passée,

mais Boriska n’a pas immergé de son jeu vidéo et n’a pas voulu participer à la conversation sur la vie martienne. Il y a un an, il parlait beaucoup plus,

répondait à mes questions avec entrain, et c’est vrai qu’à ce moment là il m’avait dit:

» C’était ta dernière question! » et n’écoutant rien de plus il avait commencé un nouveau jeu vidéo.

J’étais sidéré d’avoir entendu le verbe ‘ était’…

Maintenant, Boriska n’a pas le temps pour des souvenirs d’anciennes vies.

L’ouverture et la façon ingénue du garçon ont joué un rôle négatif dans sa vie.

Les enfants de son âge et les plus âgés ont réagi avec envie et jalousie, comme c’est l’habitude dans notre société.

Les coups de poing et les insultes lui sont tombés dessus plus souvent qu’à un autre.

Alors Boriska a appris à se défendre, bien qu’il y a moins d’un an il disait calmement: » si quelqu’un t’injurie, demande lui son pardon… »

La prose de la vie terrienne ne colle pas très bien avec ce degré de bonté dans les relations.

Une fois son histoire devenue publique, les gens ont commencé à traiter Boriska différemment.

La majorité a réagi avec intérêt et curiosité, mais 15 -17 % des réactions furent hostiles, de façon incompréhensible.

Malheureusement, ces réactions sont des persécutions malveillantes. Cela rappelle les temps de Jésus-Christ qui était venu enseigner

quelque chose sur le bien et le mal, que d’autres ont trouvé scandaleux. » Crucifiez-Le » ont crié Ses persécuteurs et Il le fut…

Le 21ème siècle a débuté, mais nous sommes retournés à ces jours barbares, il y a si peu en nous qui a changé.

Les ufologues rêvent toujours d’un contact avec les extraterrestres… quel contact ?

Nous sommes prêts à crucifier notre prochain, à l’exterminer parce qu’il est différent!

Hélas, nos visiteurs nous connaissent mieux, il me semble et ne sont pas pressés de nous connaître un peu plus…

Et peut-être que si les professeurs de Boriska montraient un peu plus de sagesse humaine, dans leur relation avec cet enfant unique, mais…

» oh, c’est juste un idiot! » un médecin psychiatre s’est exclamé très sérieusement après avoir conversé avec le garçon pendant quelques jours.

Hélas, le garçon ne rentrait pas dans ce que l’on accepte comme un enfant normal, et cette histoire du phénomène de Boriska a fait le tour du monde.

Il n’ y a pas si longtemps une mère a envoyé un message à l’école » Retirez le de la classe, il apprend à nos enfants comment mourir… »

Une enquête fut conduite, le garçon avait parlé à ses camarades de classe, de la réincarnation de l’âme ( dont il est exemple et témoin)

mais l’ idée véhiculée était inconnue de la majorité dans l’école, ils ont donc été inquiets de la possibilité de suicide parmi les enfants.

» Ah, si ce n’était pas si triste, on en rirait. » Au fait, Boriska » répond comme les autres » quand le sujet ne l’intéresse pas (russe, maths, ..)

Pour ajouter à ses problèmes, ses parents ont divorcé. Il y a eu les disputes, la séparation et le lieu de l’habitat qui a changé.

Dans ce combat là, il n’y avait pas de place pour l’enfant et ses problèmes d’enfant: affamé, il venait souvent chez » Tante Valya »

pour manger bien que ce n’était pas près de sa maison. Combien de temps la période de divorce prendra est imprévisible,

c’est une source de stress pour tous. « Oui, en ce moment Boriska se trouve dans une période difficile, » dit Valentina Gorshunova- Rubtsova,

un membre de l’expédition » Space Research » et l’une des amies les plus proches du garçon.

« Il s’est ouvert aux gens, il essaie de nous aider à apprendre sur nous même et sur la Terre; mais peuvent-ils seulement le comprendre et se servir de cette connaissance pour créer ?

De tous temps les prophètes reçoivent des pierres ou sont crucifiés. Maintenant, les pierres et les croix ont changé d’apparence mais l’attitude envers les visionnaires est la même. »Les premières pierres lui furent lancées et il a commencé à se refermer. La raison principale est l’attitude des gens. Peut-on avoir des fruits mûrs d’une jeune pousse ? Ce qui lui arrivera et s’il le supportera reste à deviner. »

En d’autres mots, on peut dire que Boriska n’aura pas une vie facile.

L’Intérêt de La Science

Que les scientifiques soient réellement intéressés par Boriska est indéniable. Professeur Vladislav Lugovenko,

docteur en Sciences Physique et Mathématiques, de l’Institut du Magnétisme de la Terre, de l’Académie Russe des Sciences( IZMIRAN)

a rencontré Boriska et l’a invité à Moscou pour l’observer plus attentivement. Certains des collègues de Lugovenko ont participé à cette recherche.

Lugovenko conduit des recherches sur les enfants indigo de Russie et d’autres pays. Il considère qu’ils naissent sur notre planète

depuis une vingtaine d’années pour une raison. Apparemment ces enfants ont une connexion avec le développement d’une civilisation terrienne future.

Boriska et sa mère sont donc invités à un séjour dans un lieu d’éducation spéciale, dans la Provincede Tulskaya à Atalsky Lake.

Là, se trouve un endroit où l’énergie de la Terre a un effet particulier sur les gens. J’ai lu un rapport scientifique,

avec les mesures du champ bioénergétique des membres de l’expédition. Je peux dire en premier lieu que le garçon a un champ bioénergétique

vraiment plus fort que tous les participants et deuxièmement, son champ augmentait après l’expérience plus que pour les autres.

Les photographies de son aura en disent aussi beaucoup, pour citer un rapport:

« Avant l’expérience, la couleur principale de la photo était jaune, ce qui indique la force intellectuelle d’une personne heureuse et avenante.

Dans le coin inférieur droit, on voit une tache rouge vif, ce qui suggère une activité d ‘amour et d’énergie dirigée vers les autres.

Après l’expérience, la photo a très peu changé. Dans le coin inférieur gauche, une lumière verte est apparue, qui suggère la force vitale,

la tendance positive et l’amabilité du garçon. »

Vladislav a l’intention de poursuivre les observations de Boriska et est allé récemment se familiariser avec le quotidien du garçon.

Il s’est également rendu sur la zone particulière de Blue Mountain qui est à quelques douzaines de km de Zhirnovsk. »

J’étais sûr qu’au sens moral, les enfants indigo sont très différents de ceux de leur age, » dit Dr. Lugovenko. »

Ils ont une sensibilité extraordinaire à tout ce qui est faux, un développement de l’intuition, des pouvoirs télépathiques et une connexion au cosmos.

Nous espérons que le garçon accomplira sa mission sur Terre, telle qu’en était l’intention, qu’aucun de nous ne connait. »

….Si les forces du mal ne l’en empêchent pas… je rajouterais….mais peut-être, j’ai l’espoir : que les problèmes de Boriska l’aident à se renforcer.

Après tout, le destin n’a pas été facile non plus pour Albert Einstein !

Le garçon vivait pauvrement, était mal nourri, a à peine terminé l’école parce que ses parents n’avaient pas assez d’argent

pour payer son instruction mais il a résisté à tout cela et s’est élevé aux sommets de la pensée et de la science mondiale.

Sa vie difficile a engendré en lui une persévérance et une endurance incroyable.

Nous souhaitons autant d’endurance pour l’envoyé de Mars, né à la frontière d’un nouveau millénaire dans les profondeurs de la Russie.

Une chose est très claire après mes discussions avec Boriska: Il y a un fondement à l’assomption que ces enfants

sont insérés dans nos sociétés terriennes avec des pouvoirs qui sont au delà du contrôle des gens.

Ce phénomène est porteur d’une intention et a été remarqué dans de nombreux pays pendant la même période.

Les enfants indigo présentent des différences dans leurs capacités inhabituelles, en particulier leur vision du monde.

Ils connaissent leur propre mission sur Terre et sont capables d’extraire et de rassembler de la noosphère l’information et le savoir

à l’aide de leur conscience inoubliablement ouverte et accessible.

Leur rôle, leur mission, dans le processus d’évolution de l’humanité n’est pas encore clair, on peut cependant deviner que ce n’est pas moindre.

Ma recherche m’a mis en contact avec ces enfants. Sur ce chemin, j’ai vu des choses de nature différentes.

Par exemple, dans les écrits de l’Institut Académique Vernadsky, j’ai lu qu’un nombre important des personnes les plus influentes

sont sous le contrôle de Pouvoirs de l’au delà, et ils accomplissent une sorte de mission particulière sur Terre.

 

(source : http://www.projectcamelot.org/indigo_boy_from_mars.html)

A travers le témoignage de Boriska, remercions toutes ces âmes avancées qui acceptent de s’incarner ici bas pour aider l’évolution de cette planète et l’élévation de ses habitants.

Cet article de l’écrivain russe Gennady Belimov, professeur d’université et chercheur, relate sa rencontre avec un jeune garçon russe, Boriska, et ses révélations étonnantes sur ses expériences et ses visions de vies antérieures

 

agnes piontkowski

 

Vu sur http://exponentielle.blog4ever.com/

© 2013, Porté à votre conscience par Michel / Arcturius.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer sa source originale. Ce serait gentil également de préciser que vous avez vu ce texte sur Les Chroniques d’Arcturius

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12

 

 

Interview avec Anne Givaudan ...

«Rencontre avec les êtres de la Nature»

 

Anne Givaudan nous rapporte depuis de nombreuses années ses rencontres avec les êtres des plans subtils plus étonnantes les unes que les autres.

Cette fois encore elle nous ouvre les portes d’un monde connu qui a bercé notre enfance : celui des êtres de la nature, aussi nommé peuple de l’invisible.

AGENDA Plus : Vous avez intitulé votre nouveau livre «Rencontre avec les êtres de la Nature», pouvez vous nous expliquer de quels êtres s’agit-il plus précisément ?

A.G. : Les êtres dont je parle dans ce livre et qui me parlent sont d’une nature qui n’est pas tangible pour notre monde physique.

J’ai d’ailleurs hésité avec le titre «rencontre avec les Invisibles», parce qu’en fait il s’agit de ces êtres qui ont peuplé nos contes de fée lorsque nous étions enfants et qui bien souvent sont relégués dans le rayon des contes fantastiques ou de l’imaginaire chez la plupart des libraires. Il s’agit plus précisément de ceux que l’on nomme dans les livres pour enfants : elfes, gnomes, lutins, salamandres, ondins et ondines, sylphes…

 

A+ : S’ils sont invisibles pour la plupart d’entre nous comment avez vous pu les contacter ?

A.G. : En fait, ce sont eux qui ont souhaité ce contact, car ils considèrent que le temps est venu pour qu’à nouveau leur peuple et le nôtre puissent communiquer ou du moins ne pas s’ignorer. J’ai des facultés qui me permettent d’entrer en contact avec des mondes qui ne sont pas tangibles

avec nos cinq sens et je pense que c’est grâce à ces possibilités que le peuple des invisibles m’a demandé d’être un moment leur porte parole.

Je sais cependant, et ils me l’ont dit, que je ne suis pas la seule, loin de là, et que bien d’autres êtres humains qui ont une grande sensibilité sont aussi

 

en contact avec eux, soit par le biais de messages, soit par l’intuition d’agir d’une certaine façon. Prenons l’exemple de Findhorn

ou des jardins de Perelandra, des indications très précises sont données à ceux qui vivent dans ces lieux pour jardiner en conscience.

De même dans le livre «Nature», l’auteur Sylvie Hetzel crée des préparations et des huiles de soins après avoir eu des contacts avec les dévas.

Il y en a sans doute bien d’autres qui bénéficient des contacts et des enseignements de ces êtres de la Nature et qui agissent en conséquence.

Pour ma part, j’ai eu la chance de les voir et de les entendre et de retranscrire ce qu’ils m’ont dit afin que puissions mieux les comprendre et les connaître.

 

A+ : S’ils ne sont pas visibles pour nos cinq sens, où sont-ils ? Quel est leur monde ?

A.G. : Il m’est difficile de répondre à cette question brièvement. Ils vivent dans un monde proche de notre plan physique,

mais qui n’est pas tout à fait sur le même taux vibratoire que le nôtre. Nous pourrions comparer cela à des ondes de radio qui se chevauchent et qui, quelquefois, se rencontrent et s’entremêlent. Nos yeux ne voient qu’une partie de ces ondes.

Il faut développer ce que j’appelle les sens subtils pour pouvoir rentrer en contact avec leur monde que je qualifierais d’éthérique.

Aujourd’hui notre monde vit un changement d’une importance inégalée jusqu’à présent et l’on entend souvent parler d’éthérisation de la planète Terre.

Cela ne signifie pas que tout ce que nous connaissons va disparaître mais, au contraire, que nous allons acquérir d’autres aptitudes qui vont nous permettre d’entrer en communication avec des mondes plus subtils qui autrefois n’étaient accessibles qu’à certains d’entre nous.

Par exemple, il y a de plus en plus de personnes qui entendent ou reçoivent des «messages» ou qui acquièrent des dons de guérison

ou qui voient et entrent en connexion avec des êtres des mondes subtils. Je ne parle pas ici de la qualité des messages reçus, ni de la véracité de ces transmissions, mais du simple fait que ces capacités s’accentuent et deviennent accessibles à une plus grande partie des humains, ce qui fait partie de la transformation de la planète Terre et de ses habitants. Il est donc logique que les êtres de ces mondes, encore proches de notre matière,

soient de plus en plus visibles et qu’ils souhaitent collaborer à nouveau avec nous. Si je dis «à nouveau», c’est parce qu’autrefois leur existence

ne posait pas de problème en soi. Par exemple, Paracelse, Socrate qui sont des personnes dignes de confiance, parlaient d’eux

et avaient des contacts étroits avec certains d’entre eux. L’Eglise a condamné par la suite tous ceux qui avaient un «commerce» quelconque avec ces êtres,

en les accusant d’avoir des contacts avec le diable et la terreur qui régnait durant l’Inquisition a mis fin à toute collaboration avec les invisibles.

Il est pourtant un pays qui a été moins touché par l’invasion religieuse et qui, de ce fait, a gardé les contacts avec les êtres de ce monde.

Dans le film de J-M. Roux sur l’Islande «Enquête sur le monde invisible», les habitants de l’île ne se cachent pas de leur rencontre

avec le monde des fées et des gnomes.

 

A+ : Pourquoi ces êtres souhaitent-ils nous contacter ?

A.G. : Ils ont toujours eu des contacts avec les humains, mais depuis quelques siècles, ce contact s’est interrompu, ce qui ne les a pas empêché

de continuer à oeuvrer selon leurs capacités. Aujourd’hui, il leur paraît important que nous les ignorions plus,

afin de collaborer ensemble à la construction d’une Terre nouvelle où tous les règnes auront leur place et se connaîtront.

Sans cela nous courrons à notre perte. Nous voulons soigner notre Terre en pensant à juste titre qu’elle est malade, mais en même temps

nous nous refusons de considérer tous les êtres qui contribuent à la beauté et la santé de la planète Terre.

Chacun de ces peuples de la Nature a une spécificité et si nous étions plus attentifs ou plus à l’écoute, nous pourrions faire des miracles avec eux.

Nous pourrions faire croître des plantes dans les zones désertiques, ne plus utiliser de pesticides, nourrir tous les habitants de la Terre, rendre nos eaux guérissantes, notre air salubre et bien d’autres choses encore. Nous sommes loin d’imaginer combien ces êtres contribuent à notre bien-être,

à notre santé et s’ils disparaissaient, nous ne pourrions vivre bien longtemps. Nous ignorons qu’ils contribuent à la vie de notre corps physique

et de nos corps subtils. Ils sont bien davantage en relation avec les autres mondes que nous ne le sommes et c’est incroyable

que nous puissions encore nier leur existence alors que nous croyons être une «civilisation avancée»...

 

 

Merci à Sacrée Planète

www.sacree-planete.com

 

 

 

 

13

 

Un extrait du livre :

 

Conversations avec les enfants du présent

Des enfants indigo, cristallins, stellaires,

parlent du monde, de la vie et du grand changement

 

Meg Blackburn Losey

 

ISBN : 978-2-911525-84-1

1.

Connais-toi toi-même et tu connaîtras tout l'univers.

C'est si merveilleux car si tu te connais toi-même, tu peux combattre

tout ce qui s'attaque à toi, et si on te traite de tous les noms, cela n'a pas vraiment d'importance, puisque tu sais qui tu es. C'est un peu comme l'eau coulant sur un roc.

En te connaissant toi-même, tu peux devenir un roc vraiment solide.

 

Qui es-tu Scotty ?

 

Je suis manifestement en roc solide.

 

Scotty

2.

Vous devez vivre toutes sortes d’expériences, Spirituelles et humaines , pour être complet .

 

Lindsay

3.

Et bien, la vérité est que je suis advantage hors de mon corps que je ne suis dedans . Il est facile pour moi de vivre dans d’autrès mondes .

 

Weston

4.

Nous ne sommes pas des êtrès ordinaires. Nous sommes des êtrès extraordinaires. Et c'est pourquoi nous pouvons ressentir et donner de l'amour aussi librement.

C'est l'un des dons que nous possédons tous. La capacité d'aimer existe et existera toujours.

 

Lindsay

5.

La meilleure manière de rester sur la bonne voie est de vivre la vérité. Pas celle de quelqu'un d'autre, mais la vótre.

 

Weston

6.

Dieu n'est pas une religion. Dieu n'est pas un personnage sévère qui nous punit quand nous avons fauté. Nous nous punissons bien assez sans qu'il soit besoin que Dieu intervienne...

 

Weston

7.

II m'arrive parfois d'entendre d'obscures voix. C'est parce que je vis dans la lumière et qu'il y a des choses qui essaient de me tester en m'en éloignant, mais cette obscurité n'est pas Dieu.

 

Gabriel

8.

Il est temps de s’arrêter et de comprendre ce que les êtrès de lumière savent déjà . Nous sommes tous un .

 

Tristan

9.

Je sens que je représente un être dans la vérité et que je suis ici pour être un exemple exprimant et vivant cette vérité.

 

Ahn

Noir, blanc ou violet; homo ou hetero, homme ou femme ; salarié de fast-food ou avocat bon chic, bon genre ; cela n'a aucune importance. Ce qui importe, c'est l'amour.

Car si nous ne pouvons apprendre à aimer, à quoi bon ?

 

Lindsay

10.

Trouvez votre esprit. Demandez-vous ce qui est important. Vraiment. Soyez cela.

 

Weston

11.

II est difficile de vouloir se conformer à la réalité de la troisième dimension pas à des resultats positifs. Il nous faut apprendre à nous adapter à la société même si, d'une certaine maniere,

cela peut sembler différent de ce que les gens ont l'habitude de vivre.

 

Weston

12.

Parlons de l'harmonie !Parlons de la Terre et de son existence. Depuis des millions d'annees, Ie monde a existé sous une seule forme manifeste. Maintenant, Ie monde change.

 

Nicholas

Q. : Quel effet cela fait-il de venir dans cette vie ? Est-ce vraiment un choix ? Te rappelles-tu Ie moment où tu as décidé de venir ? Qu'as-tu ressenti ?

Te souviens-tu de l'endroit d'où tu es venu, des autrès vies que tu as vécues, voire de la Source de toute vie ?

 

Grandma Chandra : C'était très difficile parce que je savais que j'allais être handicapée.

 

Q. : Était-ce vraiment un choix ?

 

Grandma Chandra : Oui, c'était un choix pour moi. Je savais que je devais faire « Ie travail ».

 

Q. : Te rappelles-tu quand tu as décidé de venir ?

 

Grandma Chandra : Oui, je l'ai décidé quand ma mère et moi étions sur Maldek avant qu'elle soit détruite et devienne une ceinture d'astéroïde.

 

Q. : Comment était-ce ?

 

Grandma Chandra : Là encore, c'était très difficile parce que je savais que je ne pourrais utiliser mon corps. Je suis restée dix ans à tourner autour de mon père et de ma mère avant de me décider à venir (à naître) parce que je savais que mon père mourrait et que je serais élevée par ma mère seule.

 

Q. : Te rappelles-tu d'où tu es venue ? De ta source ?

 

Grandma Chandra : Oui, mais je ne peux Ie dire à personne.

 

Q. : Et des autrès vies que tu as vécues ?

 

Grandma Chandra : Nous avons tous vécu des millions de vies. La vie terrestre la plus recente pour moi fut celle en Lémurie.

 

Q. : Te souviens-tu de la source de vie ?

 

Grandma Chandra : Oui, je me souviens que je viens de la sour­ce de toute vie.

 

Q. : Et toi, Jude ?

 

Jude : « Difficile », c'est Ie premier mot qui m'est venu à l'esprit! Je regarde autour de moi et je vois des gens subir une chirurgie plastique ;

cela ne résonne pas avec mon âme ni avec la raison pour laquelle nous sommes ici. Il règne tant de materialisme dans ce monde et ce n'est ni Ie but ni la raison

pour laquelle nous sommes ici.

 

Parfois, je regarde autour de moi et vois des gens passer en voiture. Je me dis que tous ces gens ont une familie et un endroit où aller ;

tout Ie monde va si vite sans voir ce qui est juste devant ses yeux.

 

Je vois que nous détruisons la Terre et la Mère sur laquelle nous vivons, et je réfléchis alors à ce que je pourrais faire pour améliorer ce lieu. C'est là que réside la partie la plus difficile.

C'est si dur de faire passer Ie message, même à travers les médias qui ont pourtant une multitude de moyens pour transmettre l'information.

C'est dur de se faire reconnaître par les masses quand vous avez une vérité à dire. C'est dur.

 

Q. : Te rappelles-tu si ta venue ici a été un choix ?

 

Jude : Honnêtement, je sais que c'est un choix de venir ici et de repartir maintes et maintes fois. Je vois cela comme une rangée d'âmes attendant dans l'espace de pouvoir prendre une forme humaine. Ils sont si nombreux dans les rangs et désireux de ve­nir ici, même s'il y a déjà des milliards de gens sur cette Terre !

 

Je ne me rappelle pas avoir choisi de revenir ici, bien que je prenne chaque jour de plus en plus conscience de la raison pour laquelle j'ai choisi de Ie faire. À la recherche de réponses, j'ai contacté une mystique renommée dans Ie monde en­tier. Elle m'a aidé à réaliser que mon retour était mon propre choix. Au cours d'une lecture recente, elle m'a dit que j'étais une ancienne âme, antérieure à la Terre, et que j'avais choisi de revenir ici pour faire passer un message intergalactique parmi les masses. Bien que sachant cela depuis Ie début, c'était la confirmation que j'avais besoin d'entendre.

 

Il s'est passé un incident qui a ébranlé mon âme. Il survint a l'age de 19 ans ; c'était une expérience de sortie du corps. J'étais mort et suis revenu à la vie. C'est après cette expérience que j'ai su que j'avais choisi de revenir ici au moment de ma naissance et également de revenir de la mort. Il y avait une raison pour que j'existe. Je devais simplement trouver cette raison avec chacune des respirations que je prendrai désormais.

 

Q. : Et la source, te rappelles-tu d'où tu es venu au tout dé­but ?

 

Jude : Je sais que l'énergie de mon âme n'est pas venue du plan terrestre. Récemment, j'ai tenté de retrouver son origine. De toute évidence, la source en est les pensées du Créateur, mais je sais que cela va bien plus loin que ce que je peux comprendre pour Ie moment.

 

Le lieu d'où est venue l'énergie de mon ame existait avant la Terre et avant même Ie Système solaire. C'est tout ce que je sais pour l'instant malgré toutes mes recherches que je pour-suivrai tant que je n'aurai pas compris. Dés Ie moment où je suis revenu de mon expérience de la mort, j'ai commencé a dénouer la longue corde des voyages de mon ame. J'ai aussi développé la compréhension des paradoxes fondamentaux de la vie, Ie principal étant l'espace et Ie temps.

 

Q.: Et que peux-tu dire des vies antérieures ? Quel est ton point de vue ?

 

Jude : Je sais maintenant que toutes les vies antérieures se déroulent au même moment dans des dimensions de fréquences plus ou moins élevées. Elles ressemblent à cette Terre qui est MAIN­TENANT, mais continuent à se développer dans leur propre temps et hors du temps, d'où Ie paradoxe. Par cette compréhen­sion, j'ai réalisé que je pouvais utiliser les capacités et les dons de mes vies passées et futures MAINTENANT. C'est alors que j'ai vraiment commencé Ie réveil et Ie réalignement de mon âme et ma mission dans ma présente incarnation.

 

Q. : Maintenant, Weston, raconte-nous les expériences de ta venue ici.

 

Weston : J'étais heureux de venir. Une fois sur Terre, j'ai réalisé que je n'avais pas toujours à y rester, mais que je pouvais quitter mon corps chaque fois que je Ie désirais ; j'ai donc beaucoup voyagé à l'extérieur. Cela rend plus supportable Ie fait d'être humain. La conscience est un champ infini d'énergie et devoir la garder tout Ie temps à l'intérieur d'un corps hu­main ne serait pas dróle du tout. Je suis énormément sensible lorsque je suis dans mon corps à cause de la puissance de mon energie. C'est pourquoi je n'aime pas porter de vêtements ni de chaussures.

 

Q. : As-tu vécu d'autrès vies ? Te les rappelles-tu ?

 

Weston : J'ai vécu de multiples vies, la plupart intergalactiques. Je continue à me promener « là-bas » avec mes amis. Parfois même, ils viennent avec moi, tout près du plan terrestre, et nous rendons visite à d'autrès gens qui peuvent nous voir.

 

Q. : Y a-t-il eu une vie qui tranche sur les autres ?

 

Weston : Mon expérience la plus marquante s'est passée en Atlantide où je jouais un róle très important dans Ie maintien de l'équilibre à l'intérieur du réseau cristallin. Notre système de réseau tout entier était basé sur ce que vous appelez maintenant les ley-lignes de la Terre (ou lignes droites imaginaires qui relient plusieurs sites préhistoriques). Nous pouvions concevoir de l'énergie pour l'alimentation électrique et la diriger là où nous voulions. C'est de cette façon que nous maintenions l'équilibre sur la planète. Nos champs énergétiques affectaient également Ie climat. Nous pouvions prédire et changer les conditions météorologiques basées sur l'activité du réseau. Ce champ d'énergie était un organisme vivant semblable à toute autre vie. Il était autonome et s'appuyait sur les besoins de la Terre, équilibrant, nivelant et maintenant au minimum certaines réactions, tels les tremblements de terre. Certains endroits sur Terre manifestent d'extrêmes libérations d'énergie. Cette energie est électromagnétique tout comme la conscience humaine. Grâce à elle, nous étions capables de rester intuitivement en contact avec la Terre, sa vie et la nótre. C'était un échange.

 

D'autres personnes en Atlantide s'aperçurent que Ie pouvoir que nous avions exploité pouvait être utilisé à des fins égoïstes, pour fabriquer des armes, pour nuire à d'autres peuples et pour créer un déséquilibre dans Ie réseau de façon que certaines personnes puissent tout avoir et d'autres, rien.

 

En conséquence, j'ai enlevé une clé cristalline particuliere qui était vitale pour Ie fonctionnement du réseau de force. Sans elle, personne ne pouvait changer l'équilibre ou la direction du champ énergétique. Par la suite, un homme nommé Lian découvrit comment redonner son plein pouvoir au réseau. Dans son désir de devenir l'homme Ie plus puissant, il prépara un coup d'État. Une bataille se déclara dans la salle génératrice la plus grande et entraîna Ie déséquilibre de l'un des accélérateurs principaux par rapport aux autres. Le champ magnétique fut touché. Cela généra une certaine instabilité dans Ie réseau terrien qui finit par déclencher une enorme activité sismique qui menaça notre civilisation. Beaucoup d'entre nous étaient partis en expédition et ont survécu au chaos. Certains se rendirent dans Ie lieu que l'on appelle actuellement la Polynésie. D'autres se dirigèrent vers ce qui est maintenant devenu Ie pôle Sud et qui n'était pas gelé à l'époque. Certains atterrirent en Égypte. Au début, dans l'Égypte ancienne, les peuples étaient primitifs, mais nous leur avons enseigné quelques-unes de nos technologies qui leur permirent de prospérer. Malheureusement, l'avidité régnant toujours, les technologies furent tenues secrètes et restèrent dans les mains de quelques-uns qui les utilisèrent pour contrôler les autrès peuples. Au fil du temps, ces savoir-faire se transformèrent en mystères et les gens commencèrent à nous vénérer comme des divinités au lieu des personnes aimantes que nous étions. J'ai vécu d'autres vies aussi, mais la plus importante est ma vie actuelle. Le passé est Ie passé.

 

Q. : Et ta source, Weston ? D'où es-tu venu au tout début ?

 

Weston : Bien sur, je me souviens de la source. J'y retourne encore quelquefois, lorsque je sens que j'ai besoin de me rééquilibrer. C'est un grand champ de lumière et d'énergie où vous êtes tout et rien à la fois. Il n'y a aucun sentiment particulier, à part la félicité. Vous êtes conscient de tout - omniscient — et en même temps vous restez conscient de vous-même. Ce champ de lumière est Ie point de commencement de toutes formes de vies et de réalités. C'est aussi là qu'elles retourneront finalement.

 

Q. : Tristan, te rappelles-tu ta venue actuelle sur Terre ?

 

Tristan : Je ne voulais pas venir sur Terre parce que je me rappelais nombre de choses de mes vies antérieures qui n'étaient pas du tout agréables. Dieu et moi avons parlé (en esprit) un long moment. J'ai dit à Dieu que je ne voulais pas venir ici parce que je ne voulais plus expérimenter la souffrance et la tristesse. Dieu m'a dit qu'il était important que je revienne sur Terre parce que je devais enseigner aux gens comment aimer à nouveau puisque la plupart l'avaient oublié.

 

Q. : Que te rappelles-tu sur Ie choix de ta familie ?

 

Tristan : Je me rappelle avoir été avec Dieu, Jésus et mes guides spirituels et avoir choisi mes parents terrestres. Nous avons désigné ma mère et mon père et on m'a dit qu'ils prendraient soin de moi. J'ai voyagé à travers un tube sombre et très large pour arriver sur Terre.

 

(Christina se souvient qu'elle était dans son corps de lumière lorsqu'elle a parcouru Ie Livre de la vie pour choisir son voyage.)

 

Christina : Ce dont je me souviens vraiment est d'être dans un vaste espace contenant des sortes de nuages de vives couleurs rose et orange et qu'il y avait un livre que je pouvais feuilleter pour choisir quelle vie je voulais vivre.

 

Q. : Etais-tu dans une forme physique ou autre chose ?

 

Christina : Je n'ai pas l'impression que j'avais un corps physique, mais je flottais. J'ai terminé ma recherche et j'ai oublié ce qui s'est passé ensuite.

 

Q.: Existe-t-il une methode ou une pratique qui pourrait t'aider à te rappeler ?

 

Christina : Quand je médite, je peux explorer et aller plus loin dans mes souvenirs.

 

Rhianna : Venir à la vie est un choix. Je me rappelle quand j'ai décidé de venir... J'étais devant un enorme portail violet et je me suis vue dans Ie ventre de ma mère ; trois jours plus tard, j'étais nee. Cette vie est plus facile. Avant j'étais une princesse avec un petit cheval. Je n'ai plus besoin de prendre des leçons de poney maintenant, je n'ai pas à vivre dans un palais et je n'ai pas de chevaliers constamment autour de moi. Et ces chaussures que je devais porter me blessaient vraiment les pieds !

 

(Nathan se souvient de la cité de Cristal, comme beaucoup l'appellent. Là-bas, tout, y compris 1'atmosphère, avait une nature aux reflets d'argent. Au-delà de notre troisième dimension, vivent un grand nombre d'êtres bien plus grands que les humains. Ce sont des détails de ce genre qui me prouvent que les souvenirs sont authentiques !)

 

Nathan : Je me souviens du moment où j'ai décidé de revenir ici. Mon âme a choisi ma mère, mon père et même ma soeur. Le paradis était un lieu immense ! J'avais une maison d'argent avec des escaliers en argent. J'étais heureux. Tous mes amis étaient aussi grands que mon père.

 

Q. : Te rappelles-tu la vie que tu avais avant celle-ci ?

 

Nathan : Je me souviens qu'il y avait un jour une bande de voyous et que je les ai combattus (sic). Ma maison fut détruite. Dans ma maison se trouvait ce piège où vous pouviez vous égarer et il n'y avait aucune nourriture.

 

Q. : Et toi, Jasin ? Te souviens-tu ?

 

(Jasin parle de ce que l'on ressent lorsque l'on vient habiter un corps humain qui nous impose des limites)

 

Jasin : C'est dur parce que vous devez vous ajuster à ce minus­cule espace.

 

Q. : Te rappelles-tu d'autres vies que tu as vécues ?

 

Jasin : Je venais de Luvezorite. C'est a deux galaxies d'ici. Sa couleur est turquoise. Les Luvs vivent là-bas et viennent nous rendre visite pour s'assurer que l'air nous convient. Je me souviens d'avoir vécu là-bas sous la forme d'un rapace très rapide. J'étais alors l'ami d'un certain T. Rex. Avant cela j'étais un poisson. J'ai aussi été un loup gris. Et également un sculpteur du nom de Rodin.

 

Q. : Y avait-il quelqu'un la-bas que tu as retrouvé dans cette vie ?

 

Jasin : Grand-mère GG était alors mon bébé, mais elle n'a pas vécu longtemps. J'ai aussi été un homme appelé John Luther.

 

Q. : Que se passait-il à cette époque ?

 

Jasin : II y avait de nombreuses guerres. Je n'aimais pas cela. Les gens montaient encore à cheval. Lorsque les Espagnols débarquèrent en Amérique, il y eut beaucoup de guerres. À cette époque, je suis mort de vieillesse.

 

Q. : Joseph, te rappelles-tu quelque chose de particulier ?

 

Joseph : C'est très compliqué. Je ne sais pas sur quelle autre planète j'aurais pu naître, si elles étaient en paix ou à quoi elles ressemblaient. La vie ailleurs est possible. Je me retrouve ici plutôt qu'autre part parce qu'ils m'y ont mis. Je ne peux rien en dire ni comparer avec autre chose, je ne sais donc pas répondre à cette question.

 

Q. : Est-ce vraiment un choix ?

 

Joseph : C'est peut-être un choix. Ca me plaît ici. J'aime mes amis et tout Ie monde. Ce pourrait être une meilleure planète, c'est certain. Je pense que nous pourrions faire beaucoup plus avec cette planète. Je trouve que nous faisons beaucoup de gaspillage, mais je crois que cela a pu être un choix. Peut-être aurai-je envie d'aider cette planète, mais je ne sais pas.

 

Q. : Te rappelles-tu d'où tu viens ? Les autres vies que tu as vécues ou même la source de toute vie ?

 

(Joseph parle de vagues souvenirs de ses vies passées. Ces souvenirs disparaissent souvent lorsque l'enfant atteint 6 ou 7 ans, mais pas toujours).

 

Joseph : Non, je ne sais pas ; il y a des choses que je n'ai jamais vues mais qui me viennent clairement en vision. Je pense que ce pourrait être une minuscule étincelle de mémoire. Je veux dire que d'autres vies sont probablement longues, peut-être plus longues que ce que j'ai vécu, bien que je n'aie du qu'effleurer la surface de ce que j'aurais pu voir. Alors je pense que c'est comme si je... Quelquefois j'ai une sensation viscérale qui me dit que c'est vraiment ainsi. Je ne pense pas avoir déja vu ou senti toutes ces choses. Je ne pense pas qu'elles appartenaient à cette planète parce que je peux percevoir un bon trou noir bien réel. A l'évidence, je n'y suis jamais allé.

 

Q. : Et toi, Scott ?

 

Scott : Oui, je suis venu de l'île de Montanui. C'est au bout de cette dimension. Vous devez voyager 124 miles septillions vers ce que les Terriens appellent « Occident ». Je me souviens d'avoir vécu sur Montanui et de ce qui nous maintenait en vie.

 

Q. : Comment était-ce ?

 

Scott: Le peuple de Montanui était composé d'êtrès semblables à des automates, tout en ayant des sensations semblables à celles des êtres humains ; la seule différence est cette étrange substance tenant lieu de sang et appelée protoderme qui circulait en eux. Une petite lumière près de leur coeur permettait de dire s'ils étaient éveillés ou endormis ; elle s'allumait lorsqu'ils étaient en vie et s'éteignait à leur mort.

 

Q. : Es-tu déja venu sur Terre auparavant ?

 

Scott : Je me souviens de deux vies antérieures sur Terre. L'une est Cléopatre et l'autre, Robin des Bois. Je me souviens aussi d'une vie passée sur l'ile de Voyganui, mais je ne sais pas comment décrire sa forme. Elle ressemble vaguement à un crois­sant dont une extrémité est plus longue. Et j'étais Toah-Jovan à cette époque, Ie Toah de magnetisme.

 

Q. : Ahn, que te rappelles-tu vraiment de ta venue dans cette vie ou des moments qui l'ont précédée ?

 

Ahn : Venir dans cette vie est très frustrant, interessant, beau et très limitatif physiquement.

 

Q. : Est-ce un choix ?

 

Ahn : Définitivement, c'est un choix. En fait, tout est choix.

 

Q. : D'où viens-tu ?

 

Ahn : J'ai dit à ma mère alors que j'avais 10 ans que je voulais n'être qu'une simple bulle d'amour intense flottant dans les airs. Je sens que c'est de la que je viens.

 

Q.: De quoi d'autre te souviens-tu ?

 

N

 

Ahn: Je sais que je viens aussi d'Andromède; j'avais un rôle très im­portant. J'ai dessiné les portraits de ma grande soeur et d'autres âmes que je connaissais là-bas. Je me rappelle aussi avoir été une Égyptienne dans l'Égypte ancienne et un Amérindien qui parlait avec les arbres. Je me suis laissée des messages pour Ie futur, et il faudra donc bientôt que je parle à des arbres.

 

(Quant a Gabriel il n'a pas vraiment de souvenirs.)

 

Gabriel: Je suis sur que c'était un choix et cela a du être stupéfiant.

 

Q. : Scotty, as-tu la sensation d'avoir déja vécu ici auparavant ? Te souviens-tu de vies antérieures ? De souvenirs nets ou même de petites étincelles ?

 

Scotty: Assurément. Pour moi, Ie plus impressionnant concerne Ie Titanic ; très jeune, son souvenir m'obsédait. J'avais si peur des gros bateaux et des énormes navires ; je serais capable de dormir dans Ie canot de sauvetage. La seule idee d'être prisonnier sous ces tonnes d'acier avec toutes ces choses volant autour de vous. Je pense vraiment que j'étais sur Ie Titanic. Cela a toujours été une interrogation primordiale pour moi.

 

Chaque fois que je vois des piliers d'ivoire ou des grands séquoias, cela m'emporte irrémédiablement dans ce que j'appelle les temps anciens où tout était basé sur l'âme et beaucoup plus simple que maintenant. Particulièrement quand je suis dans une forêt, je me sens complètement en union avec chaque chose.

 

Q. : Tu as également quelques souvenirs de l'Égypte, n'est-ce pas ?

 

Scotty : Oh oui, je veux absolument aller en Égypte et tout revoir parce qu'à cette époque je représentais un personnage influant. Je pense que j'étais Ie grand prêtre d'un des temples principaux ou du temple des Chats, parce que j'ai une grande connexion avec les chats. J'en ai un et chaque fois qu'il s'assoit à cóté de moi, je me souviens de ce temple et de tous ses chats. Ils étaient si sacrés, et si vous en tuiez un, vous étiez condamné à la pendaison. C'étaient des animaux si vénérés la-bas !

 

Et aussi, lorsque je sens les feuilles de laurier, je pense que j'étais à Delphes...

 

Q. : Vraiment ?

 

Scotty : Oui, parce que quand je sens des feuilles de laurier, cela me stimule. J'ai besoin d'entendre l'océan et de descendre sous terre. Je pense définitivement que si je sentais du soufre et des feuilles de laurier en même temps, ce serait si intense que je me retrouverais instantanément là-bas.

 

Q. : Tu t'évaderais ?

 

Scotty : Ouais, ce serait si intense.

 

Q. : Lindsay, pour toi, revenir sur Terre a-t-il été un choix ?

 

Lindsay : Je suis absolument sûre que c'était un choix. Je pense que c'est un peu difficile de me rappeler Ie moment où j'ai décidé de venir. Ma vie précédente s'est interrompue assez brutalement, et je suis donc revenue moins de vingt ans après ma dernière vie.

 

Q. : Te rappelles-tu quoi que ce soit sur Ie fait d'avoir choisi tes parents ?

 

Lindsay : J'ai fait un rêve quand j'étais plus jeune, vers 7 ans. J'étais assise avec d'autres gens autour d'une table. Je n'avais alors aucune certitude quant à leur identité. Nous discutions d'un article et ils disaient qu'il me restait quelques choix à faire. C'était tout ce que je me suis rappelé, mais la sensation que j'ai eue en me réveillant m'a fait penser que cet incident avait vraiment eu lieu.

 

Q. : Te souviens-tu d'où tu es venue, d'autrès vies que tu as vécues ou même de la source de toute vie ?

 

Lindsay : Á l'age de 5 ans, je décidai que je voulais m'appeler Scott. J'étais déterminée à ne répondre à aucun autre nom. Cela dura environ trois mois. Plus tard, au cours d'une régression dans une vie antérieure, cette information ressortit et il s'avéra que c'était Ie nom que je portais dans ma vie passée. Comme peut Ie confirmer ma mère, j'étais un garçon manqué et mes jeux favoris avec les autres enfants impliquaient toujours des soldats ou des guerriers. J'ai plus tard découvert que la raison pour laquelle je me sentais si attirée par la vie mili­taire était que j'avais été tué au Vietnam durant ma deuxième mission. Il est étrange de voir que j'ai choisi un père qui avait également accompli deux missions au Vietnam.

 

La source de vie telle que je la vois est chaleureuse et lumineuse. Ce n'est pas vraiment une entité, mais c'est tout comme. Nous en faisons partie autant qu'elle fait partie de nous. C'est difficile à expliquer parce que la source est davantage une sensation d'unité et d'amour qu'un être réel.

 

 

14

Extrait du livre : les enfants du présent

Meg Blackburn Losey

 

 

COMMENT AIDER?

Solutions de société

Le phénomène des gens doués en notre monde n'est pas nouveau. Mais aujourd'hui, cette douance se généralise, car un nombre croissant d'adultes s'éveillent à des réalités plus vastes, et de plus en plus d'enfants naissent munis de dons qui surpassent ce qui est considéré comme normal dans les cultures et les sociétés actuelles.

Nous sommes des êtres voués à la grandeur. Nous provenons tous de la même source, de la même perfection, mais nous l'avons oublié. Pour respecter nos enfants, il faut en prendre soin parfaitement pour que les prochaines générations d'êtres doués grandissent en force, en courage, en sagesse et en pouvoir personnel, afin qu'elles oeuvrent au bien de l'humanité. Il faut pouvoir les reconnaître maintenant.

Afin de réaliser les transformations miraculeuses et salutaires qui s'imposent dans notre monde, il faut d'abord admettre que ces enfants existent bel et bien, sans laisser notre ego et notre ignorance s'interposer. Les enfants du présent sont venus nous dévoiler

une réalité plus vaste. Pouvons-nous l'accepter? Ille faut. Ensuite, nous devons diffuser l'information pour qu'elle rejoigne le grand public, partout sur la planète, car ce phénomène n'est pas géographiquement restreint. Jusqu'ici, il existe quelques livres et des films traitant des enfants du présent, mais ils effleurent à peine le sujet. Ces jeunes ne sont pas des curiosités que l'on parade. Il s'agit de vraies personnes, éprouvant des émotions bien réelles, douées d'une conscience amplifiée et de perceptions exceptionnelles de notre monde et au-delà. Au lieu de considérer nos enfants comme des êtres différents ou défectueux, et les laisser tomber entre les mailles du système simplement parce qu'ils ne correspondent pas à nos idées, il faut les accueillir, en prendre soin et les inciter à partager avec nous leurs dons. Le simple fait qu'ils aient des aptitudes autres ne signifie pas pour autant qu'ils ont des problèmes. Bien au contraire! J'ai rencontré à maintes reprises des enfants que l'on a traînés de médecins en psychiatres et chez une foule d'autres professionnels, parce que les parents tentaient de les comprendre et de les « réparer ». Les médecins sont incapables de découvrir ce qui ne va pas chez ces jeunes, mais les problèmes persistent dans leur comportement, dans leur rendement scolaire, dans leurs relations et dans leur vie en général. Pourtant, rien ne cloche chez ces enfants. Ils en savent plus et se souviennent davantage, mais personne ne leur prête attention. Un enfant doué de conscience multidimensionnelle qui pense par compartiment et de manière holographique ne peut rester tranquille bien longtemps. C'est impossible!

Examinons donc des solutions permettant d'entourer d'amour et de soutien ces merveilleux gamins pour qu'ils deviennent tout ce qu'ils sont censés devenir.

En premier lieu, nous devons nous ouvrir:

à la Conscience ,

à la Communication ,.

à la Vérité.

Nous devons éveiller les consciences dans la société, à la maison et à l'école : certains enfants sont effectivement différents, et c'est très bien ainsi. Songez à la mère de John Everett qui offrit un livre sur les indigos à chacun des professeurs de son fils et au directeur de l'école. Elle voulait s'assurer qu'ils comprennent son fils. Par ailleurs, il ne faut pas craindre de parler de choses que nous ne comprenons pas. De nombreuses choses en ce monde restent hors de notre entendement, mais ce n'est pas un problème en soi. Le problème réside plutôt dans l'inaction et dans l'attitude voulant

que quelqu'un d'autre puisse tout expliquer. Entre temps, un nombre incalculable d'enfants sont négligés, alors qu'ils pourraient apporter les réponses mêmes que nous cherchons. Incroyable! Surtout, il faut dire la vérité à nos enfants, à nos familles, à nos amis et à tous ceux qui ont une influence dans la vie de nos enfants. Idéalement, peu importe ce que dicte notre système de valeurs, si notre rejeton affirme qu'il voit un ange, c'est qu'il est là. Si votre rejeton exprime des vérités profondes ou entretient des idées différentes des vôtres, laissez-le faire. Si votre enfant dit que d'autres êtres sont présents, et va jusqu'à les nommer, alors il est fort possible que ce soit vrai. S'il tombe malade ou qu'il décide de se taire, sans que vous sachiez pourquoi, c'est peut-être que vous suivez une fausse piste. Il ne reçoit peut-être pas ce dont il a besoin ou alors, les événements à la maison ou l'environnement scolaire lui causent trop de stress. Si le petit nous dit qu'il se souvient de là où il était avant de devenir notre enfant, ne le contredisons pas ; demandons-lui plus de précisions et permettons-lui de partager ses sentiments incompris et ses souvenirs. Les enfants ne savent pas fabriquer ce genre d'histoires, notamment lorsqu'elles foisonnent de détails. Si nous démentons

 

la véracité de leurs perceptions, de leurs expériences et de leurs souvenirs, nous leur enseignons à

mentir. S'ils nous demandent de leur expliquer des choses que même nous, en tant qu'adultes, ne saisissons pas, soyons sincères, répondons à leurs questions judicieusement et avec honnêteté, au meilleur de notre connaissance. Prenons soin de leur coeur, de leur âme, de leur esprit et de leur corps. Montrons-leur que l'amour qu'ils ressentent et expriment n'est pas vain. Il ne faut pas laisser notre manque de compréhension perturber leur authentique douance. Nous devons respecter nos enfants. Rappelez-vous de Sky, qui cessa de raconter aux gens ce qu'elle savait parce qu'on se moquait d'elle. Le public a fait un spectacle d'une enfant céleste et sincère. Quelle honte! Quelle perte! Admettons qu'il se passe quelque chose de réellement important dans notre monde: nos enfants, les changements qu'ils apportent et les possibilités qu'ils nous offrent généreusement.

 

 

Jake Ducey

 

Guérir les générations

Même s'ils sont doués au delà de notre entendement, les enfants du présent ne sont pas des phénomènes de foire, des curiosités. Ce sont des êtres humains très évolués porteurs de messages sacrés -ils nous rappellent qui nous sommes et où nous allons. Il ne sert pas à grand-chose de les placer sur un piédestal, sauf à habituer leur ego à recevoir beaucoup d'attention. Il n'est pas possible de vivre par le biais de nos enfants. Si les petits apprennent à attirer l'attention par leurs dons, le médium devient plus important que le message et la vérité se diluerai rencontré maintes familles d'enfants doués où la dynamique avait dégénéré au point que les gamins gouvernaient la maisonnée. Dans de telles circonstances, les jeunes se montrent exigeants, dénigrent leurs parents et les autres membres de la famille, ou passent des commentaires péjoratifs à leur sujet. Ils deviennent des tyrans difficiles à maîtriser. Du fait que ces enfants en savent tant et qu'ils détiennent une sagesse qui va bien au-delà de leurs années, les parents et les autres personnes de leur entourage les placent, souvent sur un piédestal. Ils laissent les enfants régner sans réserve ni structure quelconque. Ainsi, les enfants qui au départ sont un présent au monde deviennent égocentriques et cherchent à attirer l'attention. En permettant à ces petits de tout régir, on engendre des adultes grossiers et égocentriques. Ce n'est pas du tout ce que

nous leur souhaitons!

Vous souvenez-vous de ce qu'écrivait Nicholas dans la préface? « Même si mes pérégrinations cosmiques m'ont mené de l'entourage de Jésus à l'Atlantide, me voilà à la fois « expert» et innocent. Voyez-vous, nous les enfants cristallins et stellaires, semblons peut-être doués en tout, mais en vue de réaliser notre destinée et apporter le changement, nous avons besoin que le monde nous entende... »

Quelles paroles éclairées de la part de l'un de nos enfants très doués ! Pour ces enfants, la douance est leur réalité, leur norme. ;C'est la société qui les stigmatise et les considère différents.

Nicholas reconnaît que les jeunes savent peut-être pratiquement tout, mais certains ont encore besoin de conseils et de structure pour accomplir ce qu'ils sont venus faire. Il faut leur offrir

une structure ou des limites pour qu'ils sachent à quoi s'attendre et qu'ils apprennent à fonctionner en ce monde. Il faut aussi encourager leur douance de manière constructive. Par exemple, plutôt , que de donner votre enfant en spectacle en parlant à qui veut bien 'entendre de ses expériences fantastiques ou de ses déclarations profondes, pourquoi ne pas demander gentiment et franchement à enfant s'il peut vous en apprendre davantage sur le sujet.

Incitez votre enfant à révéler ses expériences sans en faire tout un plat et sans dramatiser. Je vous suggère fortement de tenir un journal car, avec le temps, il est facile d'oublier les révélations profondes de votre enfant. Posez-lui des questions ouvertes sur ses expériences, mais avant tout, écoutez sa réponse. Nous sommes généralement si occupés que nous ne les écoutons que distraitement en songeant à tout ce que nous avons à faire. Posez des questions sincères et répondez aux leurs avec autant d'intérêt et de respect.

Le drame est destructeur en ce sens qu'il entretient un certain chaos à la maison. Je nomme cet état de choses « drame et traumatisme », parce que l'un n'est pas possible sans l'autre. Dans des situations hautes en couleurs, personne n'écoute et tout le monde réagit; rien n'est résolu, rien n'est compris, seulement exacerbé. Le chaos règne. Pourquoi alors ne pas examiner les situations concernant nos enfants d'un point de vue adulte? Pourquoi ne pas rompre ces vieux schémas familiaux et consentir à guérir la dysfonction que l'on nous a accordée? Pourquoi ne pas donner à cette génération douée des outils plus sains qu'ils pourront apporter avec eux dans le monde pour le changer?

Si nous voulons accorder à nos enfants toutes les chances de réaliser leur véritable nature, nous, en tant que parents, responsables, enseignants et amis, devons d'abord guérir notre corps, notre mental, notre esprit, ce qui requiert honnêteté et intégrité. Si nous ne pouvons être honnêtes avec nous-mêmes, comment être honnêtes envers qui que ce soit, notamment nos enfants? La guérison de soi demande une introspection soutenue qui nous permette de découvrir pourquoi nous recréons constamment les mêmes types de situations et pourquoi nous perpétuons ces schémas qui prolongent nos tourments. Que tentons-nous d'apprendre? Pourquoi laissons-nous la peur prendre le dessus? Par exemple, nous nous retrouvons sans cesse dans une situation où nous donnons encore et encore, jusqu'à ce que quelqu'un profite de notre générosité, si bien que nos propres désirs sont négligés et nous finissons blessés. Si nous donnons sans avoir appris à recevoir, c'est généralement parce que nous redoutons le rejet ou nous craignons de ne pas être aimés ou appréciés. Notre attitude généreuse garantit que nous serons appréciés, mais en réalité, nous ne faisons que couvrir notre crainte de ne pas être à la hauteur.

En reconnaissant ces schémas de comportement, nous faisons le premier pas sur la voie de la guérison. Quand nous admettons que nous sommes captift de ces schémas et que nous les répétons par choix, alors nous pouvons choisir autrement.' A mon avis, il n'est pas nécessaire de revivre chaque instant de nos traumatismes antérieurs pour guérir. En allant plutôt au fond de ce qui nous anime dans ces circonstances, nous pouvons nous guérir presque instantanément -si nous le voulons. En devenant plus forts et plus sains, nous transmettons cette force, cette santé à nos enfants. Et surtout, nous devons reconnaître notre perfection et nous souvenir que tout ce dont nous avons besoin est déjà en nous. Nous sommes des êtres puissants .' Et c'est précisément l'exemple qu'il faut donner à nos enfants.

 

 

 

 

Communication

La communication est indispensable, mais il faut qu'elle soit équilibrée. Même si les enfants font preuve d'une sagesse bien au-delà de leurs années, ce sont toujours des enfants en ce monde. Leurs paroles profondes et leurs actions clairvoyantes nous incitent parfois à oublier qu'ils sont encore petits. En revanche, il est préférable de ne pas s'adresser aux enfants du présent comme s'il s'agis

''Sait de bébés. En réalité, selon mon humble opinion, en parlant :'aux bébés comme s'ils étaient inintelligents, on ne les aide pas à 'grandir; on entrave plutôt leurs progrès.

Inversement, certains parents commettent l'erreur de faire pression sur leurs rejetons pour qu'ils aient un rendement supérieur en vertu de leur virtuosité. Malheureusement, ces parents agissent selon des normes dépassées et inutiles. Celles-ci ont créé des besoins inassouvis et un sentiment de vide chez beaucoup. Nous ne pouvons vivre par procuration par le biais de notre progéniture ; le moment est venu d'aller vers le monde avec plénitude et force. C'est la douance de ces enfants qui doit guider leur parcours. Ils savent précisément ce qu'ils font. Il faut honorer ce qu'ils accomplissent, peu importe l'ampleur, et respecter leurs sentiments et leurs perceptions, en sachant qu'ils émanent de leur être profond.

Nos conversations avec les enfants du présent doivent être honnêtes et ouvertes, non seulement en paroles, mais dans les gestes et l'énergie. Pour interpréter nos messages, les jeunes prennent en considération tous ces aspects. Ils savent sans équivoque où réside la vérité, même lorsque nous l'ignorons. Nos paroles et nos actions correspondent-elles ? Ou disons-nous une chose pour en faire une autre ? Que révèle notre langage corporel à nos enfants ? Les regardons-nous dans les yeux, leur ouvrons-nous notre coeur sincèrement? Ou est-ce que nous leur lançons nos réponses ou des directives à la hâte? Communiquons-nous pleinement, ou disons-nous simplement ce qu'il faut parce que nous sommes débordés ? Écoutons-nous vraiment nos enfants, ou nous contentons-nous de les traiter avec condescendance, pour ensuite retourner à nos occupations? Remarquons-nous l'expression de leur regard et les nuances dans leurs paroles et leur posture ? Qu'est-ce qu'ils nous disent vraiment ?

Il faut écouter les enfants du présent, car leurs messages sont vitaux pour l'humanité. Comme le soulignait Nicholas, lorsque les enfants profitent d'une écoute attentive, ils se détendent complètement.

Il ne s'agit pas seulement de détente physique mais également de tranquillité de l'esprit. En écoutant attentivement, il est aussi important de faire connaître aux enfants la vérité, peu importe les conséquences, et d'encourager leur douance, de solliciter leurs opinions et d'ouvrir la voie à une communication plus poussée. Il faut être entièrement présents à ces âmes sages et ralentir suffisamment pour les connaître à fond.

Les enfants du présent ont besoin de nos soins. S'occuper parfaitement d'un enfant ne veut pas dire le gâter. Prendre soin d'un enfant, c'est le serrer dans ses bras, l'aimer, communiquer avec lui et ouvrir son coeur à ce qu'il a à nous dire. C'est davantage que combler simplement ses besoins de base. Cela veut dire de leur donner les outils affectifs, spirituels, mentaux et physiques nécessaires à leur équilibre intérieur. Cela signifie aussi de mettre un terme aux anciens comportements qui ne fonctionnent plus. L’honnêteté est primordiale. Il faut se montrer inventifs, dans notre vie comme dans celle de nos enfants. Il ne s'agit pas non plus de les traiter comme s'ils étaient des adultes miniatures; il faut leur accorder notre attention et les traiter comme nous souhaiterions l'être. Prendre soin d'un enfant ne signifie pas non plus lui acheter tous les jouets en vogue ou le noyer sous les possessions matérielles. Il s'agit de partager sa vie avec le coeur. Plus que jamais auparavant, nos jeunes ont besoin de nos conseils. Un enfant doué donnera l'impression de tout maîtriser. Même s'il a la sagesse de réfléchir et de choisir avec maturité dans certaines situations, c'est encore un enfant et il n'a pas l'âge de prendre des décisions de vie sans guidance.

Nous pouvons le seconder en lui expliquant la raison des choses, en lui laissant des choix, en l'informant, en le conseillant et en l'encadrant. Chez les enfants plus âgés, la pire perturbation que j'ai constatée résultait du fait de parents qui avaient accordé à leur enfant toute la liberté de décider, sans lui donner des conseils pour encadrer cette liberté. Ces jeunes se sentent souvent dépassés et peu sûrs d'eux, ils ont de la difficulté à prendre des décisions. Ils préfèrent parfois ne pas choisir du tout. Ils sont paralysés, coincés. Il faut guider nos enfants de manière responsable, tout en leur permettant de prendre des décisions judicieuses. Si un enfant doit, par exemple, prendre une décision dans la vie, nous pouvons l'aider à examiner le résultat de diverses options. En évaluant chaque scénario, il apprendra à voir chaque situation sous tous ses angles. Il saura désormais aborder les décisions en réfléchissant, plutôt que sous l'effet d'un désir de gratification immédiate. Ce processus de réflexion met aussi en relief les conséquences de ces décisions sur d'autres personnes ou d'autres situations. De ce fait, l'enfant apprendra à prendre des décisions bien informées -et il faut l'espérer, à faire les bons choix.

Nous devons dire la vérité et agir par elle, parce que les enfants savent si nous mentons. Il n'est pas recommandable de dramatiser et de réagir de manière exagérée, car ces petits sentent tout. Si la dynamique de communication est plus posée et si on leur en donne la chance, la plupart d'entre eux sont disposés à examiner tous les éléments d'une situation. La majorité des parents et des responsables qui appliquent ce type de communication découvrent en général qu'en fin de compte, ce sont les enfants qui leur enseignent !

Environnement à la maison

Comme nous l'avons mentionné plus tôt, les enfants du présent sont extrêmement sensibles à l'environnement. Et il ne s'agit pas uniquement de la qualité de l'air que nous respirons, du sol que nous occupons et de l'eau que nous buvons, mais aussi de l'ambiance à la maison et à l'école. En réalité, l'environnement est partout. Il englobe également les considérations esthétiques ; les impressions qui se dégagent du contexte qui nous entoure ont une grande influence sur la manière dont nous nous y sentons. Parce que les champs énergétiques des enfants du présent sont constitués de fréquences lumineuses présentant des vibrations supérieures à celles des générations précédentes, il faudra se montrer particulièrement attentifs à la manière de façonner leur environnement. Leurs champs énergétiques sont plus sensibles que notre propre peau. Ils ressentent effectivement la couleur, la lumière, le son, voire, les formes, comme nous éprouvons des sensations tactiles. Pour ces enfants toutefois, la sensibilité est exacerbée comme s'ils avaient le volume du récepteur à fond. Leurs facultés sensorielles amplifiées s'étendent, telles des antennes, à plusieurs mètres de leur corps. :L’enfant sensible ressent les vibrations de couleur, de son, de forme ou de tout autre stimulus qui touche son champ énergétique jusqu'aux tréfonds de son être. S'il vit dans un environnement désagréable, il sera surexcité et passera à l'acte. Même si l'enfant n'est pas conscient de cette hypersensibilité, l'incapacité d'exprimer verbalement son malaise inconscient suscite en lui une détresse « ressentie », qui se traduira ensuite dans ses humeurs et ses comportements. :L’état d'esprit et le bien-être de l'enfant sont facilement affectés par les couleurs de son environnement. Les couleurs douces et joyeuses -comme les pastels bleus, roses, verts, sarcelle et lavande -créent un environnement propice au calme. Les jaunes et les rouges vifs sont à proscrire car ils stimulent l'anxiété, la nervosité ou l'hyperactivité. En effet, les couleurs sont des fréquences, et les fréquences (en tant qu'énergie) sont des sons et des mouvements. :Lénergie d'une couleur interagit avec nos propres systèmes énergétiques et les modifie. Les couleurs plus sombres, comme le brun, le bleu, le vert et le violet, ont des fréquences différentes et sont probablement trop terrestres pour les enfants sensibles. Ces derniers, comme les adultes sensibles, peuvent se sentir écrasés sous le poids de ces couleurs. Lorsqu'ils passent beaucoup de temps dans des pièces aux teintes sombres, les enfants finissent par avoir le cafard et peuvent même montrer des signes de dépression légère à modérée. Aussi, lorsqu'on choisit certains agencements de couleurs à la maison, on doit veiller à combiner des couleurs de fréquences similaires. Par exemple, les agencements de marine et de turquoise, de vert lime et de rouge, ou de telles couleurs discordantes sont peu recommandés.

Les stimuli auditifs et visuels s'avèrent aussi extrêmement importants. Un excès de bruit ou un champ visuel surchargé rend mal à l'aise ces enfants, ou alors, les accable. Le bruit de la télé, de la radio, des jeux vidéo ou même du bavardage constant entraînera des comportements négatifs ; c'est donc une excellente idée de limiter le volume du son et le temps d'utilisation des appareils électroniques. Les pièces où règnent le désordre et la confusion, où les murs sont encombrés d'affiches et d'images, où il n'y a que peu d'espace ordonné sont aussi susceptibles de perturber ou de surexciter l'enfant. Les surfaces propres ont un effet calmant sur les petits. Voici quelques suggestions pour modifier un environnement encombré: des bibliothèques rangées par ordre de grandeur ; des images accrochées aux murs pour accentuer quelque chose, plutôt que pour combler un vide; des meubles de couleurs unies, assortis au reste de la pièce; et des endroits de rangement ordonnés pour les jouets et le matériel d'art (comme les espaces de rangement peu coûteux, avec des tiroirs et des étagères, que l'on retrouve dans les boutiques de décoration intérieure). Du fait que les enfants du présent sont branchés sur la nature, les plantes vivantes, le jardinage et même l'eau qui gazouille, comme dans une fontaine ou un aquarium, constituent également d'excellents moyens de façonner un environnement confortable et apaisant.

Les formes géométriques simples apportent une note étonnante à l'énergie générale d'une pièce. Sphères, pyramides (à quatre faces), cubes, octaèdres, etc. sont des formes fondamentales d'énergie que l'on retrouve dans toute la création. Nous conservons tous des souvenirs innés qui les reconnaissent et résonnent en harmonie avec elles. Les formes géométriques sont également faciles à nettoyer! Il faut aussi savoir que les fréquences électromagnétiques peuvent interférer avec les champs énergétiques des enfants et y entraîner des schémas dissonants. Les ondes électromagnétiques proviennent de plusieurs sources, dont la télé, l'ordinateur, les lignes électriques, les fours micro-ondes, les jeux vidéo, etc. Tous ces éléments peuvent siphonner l'énergie physique d'un enfant et modifier son comportement.

 

Activités

Du fait que les enfants du présent pensent par compartiment, les activités de type linéaire ne servent pas longtemps. Les penseurs par compartiment se livrent tout naturellement au mode multitâche; il est donc naturel qu’ils dirigent leur attention dans plusieurs directions à la fois. Ce qui paraît être une capacité de concentration limitée, c'est en réalité l'aptitude à suivre plusieurs choses à la fois. Ces gamins sont comme des éponges, ils absorbent tout ce qui les entoure. Ils peuvent changer mentalement de vitesse sans heurt. Par exemple, ils parleront de leur projet d'art une minute et de la réalité multidimensionnelle l'instant d'après, passant en apparence du coq à l'âne. Ou encore, ils caressent le chien, puis discourent sur la mécanique quantique, pour retourner ensuite au chien. Cela peut parfois être irritant pour les parents ou les responsables qui connaissent malle phénomène. La meilleure façon de traiter ce type de comportement, c'est d'offrir un choix de plusieurs activités simultanées. Le choix optimal comporte cinq activités différentes. Par exemple, voici quelques possibilités intéressantes pour un bambin : un livre à colorier et des crayons ; du papier et de la peinture; des cartes présentant des lettres, des chiffres ou des mots; un jeu de société; et peut-être une activité artisanale. Ces jeux soutiendront tous l'intérêt de l'enfant et, par le fait même, ils seront éducatifs. N'oubliez pas de changer régulièrement d'activité pour soutenir cet intérêt.

Les enfants du présent ont tendance à laisser d'une pièce à l'autre des objets dans leur sillage, il faut donc appliquer des règles de base. Chaque activité devrait se dérouler dans un lieu précis, acceptable pour le parent, par exemple, une table sur laquelle la peinture renversée ne pose pas de problème. L’activité doit se restreindre à cette zone désignée. L’enfant peut passer d'une activité à l'autre à sa guise, mais il est responsable de nettoyer et d'organiser son espace. L’enfant doit terminer les projets entamés avant de faire le ménage. Cette approche devrait réduire les traînées d'objets et éviter aux parents épuisés d'avoir à ranger après leurs gamins. L’approche est également efficace avec plusieurs enfants, car lorsqu'ils ont le choix entre plusieurs activités, ils ont de meilleures chances de partager entre eux. En les occupant à de multiples activités amusantes et constructives, vous nourrissez leur curiosité créative et leur permettez de dépenser leur trop-plein d'énergie. Vous aurez donc des enfants plus calmes et une maisonnée plus sereine.

Pour les parents d'enfants stellaires, des excursions au planétarium ou au musée des sciences favorisent leur apprentissage scientifique. Voici quelques excellentes options: jeux de construction, miniatures avec parties amovibles ou moteurs, ensembles de chimie (supervisés, naturellement), trousses de culture de cristaux, fermes d'insectes, radios à monter ou tout jeu doué d'un élément technique. Les livres sont bien sûr toujours bienvenus! Voici quelques possibilités passionnantes : excursions dans les parcs, les sentiers en forêt ou au zoo (où les enfants seront en contact avec les animaux). Avant tout, ces petits nécessitent une structure souple mais constante. Ils ont besoin de savoir à quoi s'attendre et ce que l'on attend d'eux. Si l'enfant n'a aucune idée de ce qu'est la réussite, il ne réussira pas. Il doit comprendre clairement les règles, sinon il ne pourra s'y plier. Il faut communiquer clairement les attentes et en faire le suivi systématique. S'ils connaissent les limites, les enfants du présent sont très à l'aise. À cette fin, il est capital de louer leur réussite pour les motiver à accomplir des choses. Par ailleurs, au lieu de les punir sur-le-champ, les parents doivent discuter avec leurs rejetons de leurs bêtises pour savoir précisément pourquoi et comment ils n'ont pas obéi aux règles. Si par exemple un enfant enfreint un règlement de la maison, vous pouvez entamer la conversation en lui demandant d'expliquer comment il a désobéi. Voilà qui lui fera prendre conscience de ses gestes. Ensuite, demandez à l'enfant comment il pourrait modifier son comportement la prochaine fois et faire un choix différent. Accordez-lui le temps de réfléchir avant de répondre. Cela lui permettra d'apprendre à faire des choix positifs et efficaces. Enfin, demandez à l'enfant s'il a appris quelque chose de cette situation et soyez prêt à en discuter en respectant son point de vue. Dans plusieurs cas, j'ai découvert que le petit avait simplement une idée différente de ce qui était juste à ce moment-là et qu'il n'avait pas voulu mal faire. Donc, la flexibilité et la patience sont de toute première importance.

Comme partie de la solution, il faut être disposé à écouter l'enfant et à l'informer des règles. Aboyer des ordres aux enfants du présent -ou à n'importe quel enfant, d'ailleurs -ne conduira jamais au succès et à l'harmonie au sein de la famille. Les enfants savent ce qui est bien et ce qui est mal, et ils ont généralement une plus grande intégrité à ce sujet que la plupart des adultes. Essentiellement, les parents doivent être ouverts au point de vue de leur rejeton. Parfois, leurs perceptions différentes enchanteront et étonneront, ou alors, elles entraîneront une discussion et une conscience plus profonde de part et d'autre.

 

 

 

Connexions

Plusieurs des parents que j'ai rencontrés se sentent très isolés dans leur situation. Leurs enfants, qui par ailleurs peuvent avoir l'air normaux et agir normalement, font preuve de dons merveilleux. Pourtant, ces parents n'ont pas l'occasion de rencontrer d'autres familles dans la même situation. Le fait que leurs enfants soient très différents mentalement ou physiquement isole encore davantage certaines familles. L’argent se fait parfois rare en raison des grands besoins de ces enfants en temps et en soins médicaux. Les déplacements sont alors difficiles, voire impossibles. Les familles que je connais sont éparpillées aux quatre coins du pays voire partout dans le monde. Elles se sentent marginalisées par rapport à la société, même si leurs enfants sont de nobles spécimens d'humanité. Je souhaiterais que s'établisse un réseau comportant un forum pour les parents et les enfants. Ce réseau pourrait se servir d'Internet, de lignes ouvertes et de rencontres ; tous ces moyens permettraient aux familles et aux responsables de se retrouver et de rencontrer d'autres gens vivant des situations analogues. (Le site Internet www.childrenofthenewearth.com prévoit de se développer en ce sens. Il comporte aussi un forum qui permet aux parents et aux enfants de se parler en ligne.) Nous pourrions dans ce cas instaurer un système de bourses pour recueillir des fonds qui permettraient aux familles de se rendre à ce genre d'activités. Une fois sur place, les parents, enseignants, enfants et autres pourraient prendre la scène et partager leurs histoires et leurs messages à l'intention du monde. Cet événement pourrait se tenir annuellement ou de manière bisannuelle et prendre la forme d'un colloque, d'un symposium rassemblent les êtres doués et ceux qui les soutiennent. Naturellement, de telles rencontres devraient être abordables. Trop souvent, les conférences et les réunions sont bien intentionnées au départ et se désorganisent par la suite, parce que les professionnels insistent pour diriger la rencontre ; les familles n'ont alors la chance de s'exprimer que dans les corridors entre les conférences.

Les situations interactives s'avèrent plus profitables à tous. Peut-être quelques-uns des « experts » sur la question pourraient accorder de leur temps gratuitement. La présente auteure s'y prêterait volontiers! On pourrait aussi organiser un camp où les parents et les jeunes partageraient et apprendraient les uns des autres ; et les enfants doués découvriraient ainsi leurs véritables pairs. Les activités seraient orientées sur l'exercice et le développement des dons des enfants.

Les forums de discussion sur Internet ou les messageries sont d'autres moyens permettant aux parents, enseignants et responsables de comparer leurs trouvailles. J'ai récemment entendu parler d'un forum au Wisconsin où un groupe d'enfants du présent se sont rassemblés pour parler de leurs dons et de leurs perceptions. (Naturellement, il faut toujours superviser les enfants lorsqu'ils naviguent sur Internet, car de dangereux prédateurs surveillent et même participent aux forums d'enfants.) L’idée, c'est de mettre un terme à l'idée que les enfants doués sont des anomalies. Les enfants du présent sont partout et ils sont indispensables à l'évolution de l'humanité, il faut donc tolérer nos soi-disant divergences et les aider de notre mieux.

 

 

Modifications au régime alimentaire

Je ne suis pas diététicienne. Les renseignements présentés ici proviennent d'entrevues avec des parents et des professionnels qui sont d'avis que ces suggestions sont utiles ; ils résultent également du bon sens pur et simple.

Du fait que les relations de notre ADN sont en évolution constante -et que pour finir, elles se transformeront entièrement -le genre d'information que reçoit notre corps change aussi. Le meilleur moyen de s'assurer que les besoins alimentaires des enfants du présent sont comblés serait de concevoir leur régime d'après leur ADN individuel. Si l'alimentation de nos enfants se fondait sur leur ADN elle changerait sans cesse à mesure qu'évoluent leurs champs énergétiques. Leur alimentation serait optimale en tout temps. Imaginez: une diète dernier cri en évolution constante ! Naturellement, cette technologie n'est pas complètement pratique et n'est pas encore disponible pour le grand public. Un jour!

Dans notre monde chaotique, il semble n'y avoir jamais assez de temps pour faire tout ce que nous avons à faire. Nous vivons dans une société d'expédients, et notre régime alimentaire en souffre. Plusieurs d'entre nous mangeons en vitesse et nourrissons nos enfants de la même manière. Les aliments industriels à passer au micro-onde ou faciles à réchauffer contiennent d'habitude des foules d'agents de conservation et n'ont plus rien à voir avec leur état d'origine. Les aliments préparés naturellement sont désormais mis en marché et même s'ils coûtent un ou deux dollars de plus, ils offrent à notre organisme des bienfaits sans prix.

Il faut un petit peu plus de temps pour cuisiner des légumes frais que pour ouvrir une boîte de conserve et la verser dans une casserole. Les légumes pré-emballés sont déjà cuits et ont perdu au cours de la cuisson la grande majorité de leurs éléments nutritifs. Le fait qu'un produit soit vendu au supermarché ne le rend pas pour autant sain ou bon pour notre santé. Les battages médiatiques nous incitent à manger des choses qui ne sont pas vraiment bonnes pour nous, mais nous sommes persuadés par des étiquettes qui affichent « nourriture santé ». Comme pour tout, les parents devraient user de discernement quant aux besoins nutritifs de leurs rejetons. Les enfants du présent savent généralement écouter leur corps et ils découvrent par eux-mêmes ce dont ils ont besoin. En général, lorsqu'on leur en donne l'occasion, ils font des choix étonnamment sains. Les jeunes enfants notamment, ont précisément conscience de leurs besoins ; mieux vaut les écouter plutôt que de choisir la solution de facilité. Le métabolisme des enfants du présent exige qu'ils se nourrissent différemment, particulièrement les enfants cristallins. Ils ont besoin de manger très souvent et en petites quantités, plutôt que trois repas substantiels par jour. Les cristallins et certains des enfants stellaires, particulièrement les bambins, sont enclins à manger comme des oiseaux. Cela ne veut pas dire qu'il faut leur donner une carotte et les laisser courir partout en mangeant. Il faut plutôt des préparations de repas et des goûters bien pensés. (Si le parent d'un enfant doué parcourt ces lignes, ou si vous en connaissez un, vous aurez probablement été témoin du défi que pose l'heure des repas avec un enfant qui ne s'intéresse pas à la nourriture. Le gamin joue avec ses aliments, il n'en veut pas vraiment. Combien d'entre nous ont entendu : « Combien de bouchées encore ? » Il faut le reconnaître, certains jeunes ne veulent tout simplement pas interrompre leurs jeux, mais ce n'est pas la question ici. Du fait de l'extrême sensibilité des enfants du présent, il faudrait songer à la possibilité qu'ils se sentent misérables à l'idée d'avoir à avaler quelque chose qui ne résonne pas avec eux. Si les enfants ne s'alimentent pas bien, ils ne peuvent fonctionner de manière optimale. Les enfants nouveaux sont particulièrement prédisposés aux réactions à la nourriture parce que, comme pour tout le reste, les aliments sont énergie, et chaque type d'aliment possède une vibration qui lui est propre. Récemment, j'ai reçu un courriel d'une femme qui était sidérée par la façon dont sa nièce cristalline déterminait les types d'aliments et de boissons qu'il lui fallait. Dans un cas en particulier, la mère de l'enfant lui avait offert un mélange de plusieurs jus. L’enfant soupesa minutieusement ses choix, puis opta pour un autre mélange, qui ne contenait pas un certain fruit. Ce n'était pas une affaire de goût, elle connaissait tout simplement ses besoins.

Voici un autre exemple. Une grand-mère emmena ses deux petits-enfants à une épicerie bio. C'était d'habitude la mère qui les emmenait au supermarché et les autorisait à se gaver d'une variété d'aliments industriels et de malbouffe -bonbons, gâteaux et autres goûters préparés. En circulant dans les allées avec ses petits enfants, la grand-mère fut étonnée de constater que, sans ses conseils, les bambins choisissaient des aliments frais -légumes, fruits, jus, noix, tout ce qu'il y a de sain, les petits le raflaient. Les enfants n'avaient reçu aucune éducation sur l'alimentation et pourtant, lorsqu'ils pouvaient choisir, ils faisaient des choix judicieux. Les grandes marques n'intéressaient pas les gamins, et il était évident qu'ils achetaient en suivant leur intuition. Si votre enfant ou un enfant de votre connaissance a des cernes sombres sous les yeux, des problèmes digestifs ou d'autres symptômes comme une vitalité faible, il serait peut-être indiqué de vérifier s'il souffre d'intolérance alimentaire. Celle-ci engendre dans le corps une toxicité, qui à son tour entraînera divers problèmes d'une gravité variable .

Au fil du temps, l'organisme devient stressé ou surchargé, car il doit compenser pour cette toxicité. C'est pourquoi il faut se montrer prudent et éviter les aliments qui contiennent des résidus d'hormones ou d'antibiotiques (comme la viande, les oeufs et le lait) à moins qu'il ne s'agisse de denrées provenant d'élevage en plein air ou bio.

Il faut aussi éviter les aliments génétiquement modifiés. La communauté scientifique ne tient pas compte du fait que, lorsqu'ils modifient génétiquement les aliments, ils altèrent la manière dont ils sont assimilés dans notre corps. Pour finir, si les modifications génétiques se poursuivent, les rapports de nos cellules avec certaines molécules changeront aussi. Il se créera de nouvelles relations protéiniques, qui influenceront la manière dont nous assimilons notre nourriture et les

nutriment, et par le fait même, notre fonctionnement en tant qu'organismes biologiques. Ces changements s'intégreront à notre évolution. Si on autorise cette pratique à se perpétuer librement, elle atteindra tôt ou tard la chaîne alimentaire tout entière, ce qui pourrait entraîner

.des mutations chez les plantes, chez les animaux, voire chez l'humain.

Notre corps se compose d'environ quatre-vingts pour cent d'eau. L'essentiel de cette eau s'évapore lorsque les calories sont brûlées et que l'énergie circule dans le corps. Il est donc important de bien s'hydrater. Les enfants cristallins notamment requièrent d'énormes quantités d'eau. Nombre d'entre eux semblent avoir constamment soif. En raison de leur métabolisme rapide et parce qu'ils servent de conduits à l'énergie, ils consument très rapidement leur apport en liquides. Les enfants stellaires requièrent aussi beaucoup de liquides, mais ils peuvent attendre davantage entre chaque « plein ». Pour que les enfants maintiennent un bon niveau d'hydratation, à part l'eau, voici quelques excellents choix: jus de fruits ou de légumes, lait (bio, quand c'est possible), boissons de sport qui remplacent les électrolytes (avec modération) et autres boissons naturelles.

Il faut éviter le sucre parce que les enfants nouveaux deviennent facilement surexcités, même après en avoir absorbé de petites quantités. Avec le sucre, les polarités, ou charges électriques, du système nerveux sont temporairement inversées, et ce, jusque dans ses éléments les plus infimes. Les particules subatomiques dans l'organisme sont ainsi stimulées, ce qui nous donne l'impression d'une stimulation temporaire, et par la suite d'une fatigue, car notre corps a dû travailler davantage pour compenser la prise de sucre. Du fait que notre système nerveux soit le système de communication de l'organisme, il faut le traiter avec respect et éviter de le surcharger. S'il faut absolument ingérer du sucre, alors on peut acheter du sucre brut dans la plupart des épiceries. Ce sucre se compose de gros granules d'un brun doré. Il est excellent pour la santé. Le stévia est un autre excellent substitut du sucre raffiné, un additif dérivé d'une plante subtropicale de la famille des tournesols. On le trouve d'abord dans les boutiques d'aliments naturels, sous forme liquide ou en poudre.

Au lieu de la malbouffe, les goûters peuvent comporter des fruits frais, comme les pommes ou les oranges, des pâtes de fruits naturelles (que l'on nomme aussi « lamelle de fruits »), ou d'autres produits du même genre. Voici quelques autres délices appréciés : du beurre d'arachides avec du céleri, du fromage à la crème sur des craquelins ou sur du céleri, des légumes servis avec une tartinade maison. Avec un peu de temps et d'imagination, on peut concocter des goûters santé pour les petits. Les combinaisons alimentaires sont aussi importantes.

 

Croyez-le ou non, le corps requiert diverses enzymes pour que s'effectuent les processus digestifs. Un type d'enzyme digère la viande, un autre, les fruits, encore un autre, les produits laitiers, et ainsi de suite. Si on sert en même temps des aliments incompatibles du point de vue digestif, il en résultera une digestion médiocre, qui à son tour engendrera une série de problèmes dont le plus fréquent est la prise de poids. Il est également recommandé de restreindre les glucides simples dans l'alimentation des jeunes. Mieux vaut éviter les pains qui contiennent des agents de conservation chimiques; tant que l'enfant ne présente pas d'intolérance au gluten ou au blé, achetez des pains de grains entiers. Il est également recommandé d'éviter les gras trans. Ceux-ci stagnent dans l'organisme à peu près quatre fois plus longtemps que les gras ordinaires, qui constituent des éléments naturels et salutaires du régime alimentaire. Les aliments à faible teneur en gras ne sont pas forcément sains!

De plus, il est utile de fournir des suppléments nutritifs aux enfants. Le conseille plus fréquent de la part des parents, enseignants et responsables consultés quant aux soins nutritifs à apporter aux enfants du présent, c'est de soutenir leur système immunitaire. Voici quelques excellents suppléments : huiles de poisson riches en acides gras oméga-3 ; vitamine C sous forme d'agrumes (aide à la clarification et au nettoyage du système lymphatique et affine la conductivité électromagnétique dans l'organisme) ; vitamines E, A et 0 ; ail ; et de bonnes multivitamines contenant des minéraux. Les légumes verts à feuilles (comme les épinards et le chou frisé) ont des vertus salutaires, et préviendraient même le cancer. Il est bien sûr indiqué de consulter un médecin avant de donner des vitamines à un enfant. Il faut d'abord et avant tout faire appel au bon sens, observer les effets des aliments sur nos enfants et faire preuve de souplesse quant à leurs besoins et désirs nutritionnels.

 

 

 

DES SOLUTIONS POUR L'ÉCOLE

Mettre l'école en valeur

Outre l'environnement à la maison, le système scolaire est l'un des domaines où la société peut avoir le plus grand impact dans la vie des enfants du présent. Prendre soin de l'enfant dans son être tout entier -corps, mental et esprit - est d'une importance capitale pour sa croissance et pour parachever son processus d'apprentissage. À l'heure actuelle cependant, nous alimentons l'intellect des enfants mais négligeons leur âme. Jour après jour, nous leur imposons un cadre scolaire qui les épuise jusqu'à ce que, afin de préserver quelque fonctionnalité au sein de l'environnement, les enfants s'égarent, deviennent léthargiques ou s'engourdissent. Plusieurs jeunes tombent malades, souffrant de maux qui ne semblent pas avoir de cause physique en particulier. (Ces observations, et ce qui suit, s'appliquent aussi à des enfants supposément normaux.)

Les enfants du présent sont sensibles à un point tel que le cadre institutionnel austère et souvent chaotique des écoles publiques et privées les gêne beaucoup. Pour ces jeunes, le chaos est littéralement douloureux. Ils ont de la difficulté à s'adapter et à s'épanouir dans des pièces remplies d'enfants provenant de divers milieux. La pagaïe et le désordre de l'environnement scolaire typique ne sont toutefois qu'une partie du problème. Les contextes institutionnels ou trop disciplinés sont également nuisibles. Les coins durs, les surfaces rugueuses et les stimuli visuels et auditifs trop nombreux ont sur ces enfants l'effet irritant des ongles sur un tableau. Les néons projettent une lumière crue et provoquent des problèmes oculaires et des maux de tête chez les enfants nouveaux. Tout cela et en outre les champs électromagnétiques provenant des lumières au plafond, des ordinateurs et d'autres équipements à l'école siphonneront une énergie autrement indispensable à leur bon fonctionnement. Les enfants du présent ne peuvent tolérer tout cela, en plus de la mauvaise conduite de certains camarades de classe ou de l'humeur maussade d'un professeur. Les jeunes de chaque sous-catégorie affronteront ces situations différemment : les enfants cristallins le sentiront jusqu'au fond d'eux-mêmes et chercheront à tout « réparer » pour que tout le monde soit heureux un boulot énorme pour ces tout-petits! Pour leur part, les enfants stellaires s'évaderont dans un bouquin ou dans ce qui les intéresse intellectuellement et ignoreront tout le monde. (Plusieurs enfants stellaires intérioriseront leurs sentiments, ce qui, à long terme, peut leur nuire grandement.) Les enfants transitionnels inventeront des moyens fantastiques pour provoquer un changement ou attireront l'attention sur la situation d'une manière passablement inadmissible. Par ailleurs, d'autres jeunes appartenant à ce groupe adopteront un comportement complètement négatif. Le système scolaire est désormais surchargé et manque d'effectifs comme de budget, si bien que les professeurs ont de la difficulté à fournir un travail optimal. En outre, ce brassage d'enfants de différents milieux familiaux et socio-économiques et de diverses cultures donne lieu à une hiérarchie de cliques parmi les jeunes, à l'indifférence du personnel et d'un système scolaire qui ne parvient plus à rejoindre l'ensemble des enfants.

Les jeunes tentent de survivre à ce qui semble être désormais un défi insurmontable ;

les horizons s'assombrissent et la violence devient endémique.

Au bout du compte, cette désorganisation produit une population sans instruction et ignorante,

non seulement des milieux scolaires mais aussi des enjeux et des événements mondiaux de l'heure.

Nous sommes devenus une nation de moutons influencés et alimentés par les politiciens et les médias.

Nous avons été conditionnés à accepter des idées et des idéaux qui ne nous appartiennent pas,

car on nous les sert sur un plateau; par le fait même, les écarts se creusent dans notre monde et engendrent la violence, la guerre et de déclin de la culture populaire.

Tout cela commence pour l'essentiel à l'école. Il est temps de changer.

Il est temps de s'occuper de nos enfants et de changer d'attitude, pour que la société arrive à profiter à tous.

Si nous élevons les enfants d'aujourd'hui dans de nouveaux environnements plus sains, avec diverses nouvelles méthodes d'enseignement, alors nous verrons bientôt le reflet de notre conscience sociale dans leurs yeux. Les enfants deviendront des individus solides et se serviront de cette force et de leur douance dans tout ce qu'ils feront.

Combien de fois les enfants spéciaux présentant des besoins particuliers doivent-ils changer d'école?

De toute évidence, on n'a ni les aptitudes ni la formation pour intégrer au système scolaire les jeunes qui sont différents. Et ce, tant pour les invalidités physiques que pour les différences moins importantes, dont quelques unes sont décrites dans cet ouvrage. En ne soutenant pas ces différences, on fait du tort aux petits, à leur famille, à la communauté et aux générations futures.

En fin de compte, l'environnement et l'attitude générale dans les écoles publiques et même

privées ne favorisent pas le bien-être de ces gamins délicieusement sensibles et doués.

J'ai récemment entendu parler d'une petite fille douée de facultés extrasensorielles qui

fréquentait une école publique en Georgie. Elle a environ six ans, m'a-t-on dit.

C'est une enfant cristalline. Cette petite lisait les lignes de la main dans la cour d'école,

elle se servait de ses facultés intuitives en toute innocence. En conséquence, on l'a expulsée de l'école, l'accusant d'être une sorcière ! Oui, au XXIe siècle et en Amérique, les gens ont eu peur de sa différence!

C'est le second enfant qui, m'a-t-on dit, a été mis de côté en raison de ses dons insolites.

Le premier a été suspendu pendant trois jours pour des raisons similaires.

Comment traiter ces problèmes dans un monde où les écoles manquent de financement et de personnel, et sont bondées ? Pour mieux illustrer les changements à apporter à nos écoles,

j'ai songé qu'il• serait approprié de vous présenter le témoignage de l'un de nos enfants spéciaux sur son expérience personnelle :

« J'ai fréquenté une école spéciale et on m'a traité comme si j'étais invisible.

Cela n'avait rien à voir avec mon corps physique, mais plutôt avec mes caractéristiques cristallines.

Chaque jour, ma mère me conduisait à l'école et en route, nous écoutions les chants

d'affirmations les plus sincères et magnifiques; pourtant, quand j'arrivais à l'école,

ces affirmations disparaissaient rapidement.

J'étais invisible à leurs yeux. Je crois qu'ils pressentaient ma conscience profonde et qu’ ils

n'étaient pas prêts. Alors, plutôt que de m'écouter parler de mes sentiments blessés,

ils me faisaient sortir de la classe pour poireauter dans le corridor, où je me mettais à hurler

ma douleur. Si seulement ils pouvaient écouter, songeai-je, si seulement ils pouvaient

s'arrêter un instant pour tendre l'oreille, entendre mon intégrité et ne pas me

forcer à me diviser en fragments isolés. Cet anéantissement de mon unité, cet effondrement du tout, c'est la voie où nous aboutissons en tant qu'enfants cristallins, lorsque l'on ne nous considère pas comme entiers.

Je crois que le problème de l'école est important et qu'il requiert des décisions judicieuses,

mais quand l'Esprit est aux commandes et qu'il mène les familles des enfants cristallins à

l'observation vigilante et à l'écoute attentive, il se produit alors une détente.

C'est l'éveil de l'Esprit en nous tous. C'est l'univers qui sait qu'on l'écoute.

C'est chaque enfant cristallin réagissant avec joie et célébrant la co-création avec l'Esprit.

Je souligne que l'écoute attentive est la clé pour détendre toute cette situation. »

Porteur de lumière et d'amour, Nicholas M. Tschenses, 9 ans

La description de Nicholas sur ce qu'il ressentait m'a frappée.

Il dévoile ainsi le point de vue cristallin typique, que toute chose et toute personne font partie

d'un tout plus grand; et que lorsque l'on ignore cette réalité, l'unité qu'ils incarnent est anéantie,

et c'est douloureux jusqu'en leur âme. Combien de ces jeunes se sentent ainsi jour après jour,

sans pouvoir exprimer leurs sentiments aussi éloquemment que Nicholas ?

Plusieurs enfants finissent par se taire, hochent la tête et dérivent au fil des jours en attendant

de faire quelque chose de plus approprié.

 

école à la maison

Comme remède à cette situation, nombre de parents éclairés ont pris les choses en main et font l' école à la maison. Renseignement à domicile permet des horaires flexibles et laisse les

élèves apprendre à leur propre rythme. Certains jeunes y excellent et apprennent en moins de temps ; ce type d'apprentissage leur réussit bien. D'autres qui demandent plus d'attention et d'aide en obtiennent facilement, sans être stigmatisés du fait d'être un peu plus lents dans certaines matières.

Il existe un mouvement populaire regroupant des familles qui ont concocté des solutions

innovantes pour l'enseignement à domicile. De ce que j'en sais, les familles qui réussissent le mieux sont celles qui fondent leur enseignement sur les passions de l'enfant. Ceux que l'on encourage s'adaptent fort bien, et effectivement, ils excellent. Naturellement les parents ne limitent pas les matières aux passions -musique, art ou science -, mais ils imaginent des moyens inventifs pour que leurs enfants en apprennent davantage sur les sujets qui les passionnent. Par exemple, des leçons sur un ou plusieurs instruments de musique ; des excursions dans des galeries d'art, des centres de science ou d'autres lieux qui éveillent la curiosité de l'enfant.

Des parents propriétaires d'une ferme au Kansas ont décidé, comme éducation pour leur fille, de la laisser cultiver un champ de tournesols. Ce champ magnifique est rapidement devenu une attraction locale.

La petite blonde aux yeux bleus, toute mignonne, était fascinée par les tournesols et, en réalisant son projet, découvrit le processus entier de la culture -des semailles à la récolte, et tout ce qu'il y a entre les deux.

La fillette élève également deux veaux, les nourrit au biberon et les soigne; de plus, elle joue de divers instruments de musique. Elle parle avec compétence de presque tout, car on l'a encouragée à exprimer ses sentiments et ses idées. D'autres familles emboîtent le pas à cette tendance et se concertent pour fournir un programme d'étude complet afin que les jeunes bénéficient d'une éducation intégrale.

Un élément dont il faut tenir compte lorsque l'on enseigne à la maison, c'est la socialisation.

Dans certains cas, l'enseignement à la maison isolera l'enfant, voire la famille tout entière.

Linteraction avec d'autres jeunes et des adultes contribue fondamentalement à l'acquisition d'aptitudes sociales; c'est également un apprentissage qui permet d'intégrer ses sentiments et ses expériences.

Pour résoudre cette question, dans plusieurs régions, les familles forment des coalitions qui

permettront aux enfants étudiant à la maison de se rassembler pour des excursions et des réunions festives.

Quelques-unes de ces coalitions ont formé leur troupe de scouts, garçons et filles.

D'autres groupes font des excursions auxquelles un petit nombre de gens participent,

afin d'améliorer la qualité de l'attention et de l'expérience. Dans l'ensemble, ce type d'activité

semble donner de bons résultats.

 

Cadres scolaires publics et privés

Dans les écoles publiques et privées, le fait de modifier l'environnement et la structure de

chaque journée aura une influence positive sur l'apprentissage de l'enfant ainsi que sur son

comportement. Comme nous l'avons vu, les enfants du présent sont extrêmement sensibles à leur environnement, ainsi qu'aux sentiments et aux actions d'autrui. Il faut d'abord recréer le contexte d'apprentissage. Réfléchissez: quand vous visitez une école ou une institution scolaire, quelle impression vous laisse-t-elle ? Comment vous sentez-vous ? Les murs sont-ils d'un vert ou gris institutionnel?

Les planchers sont-ils durs et froids? L’atmosphère générale de l'édifice traduit-elle un « budget modeste »

et des « règlements rigides » ? Le cadre vous intimide-t-il ? Si oui, pourquoi ? Est-ce parce que

certains types d'environnements favorisent des règles inflexibles, une autorité rigide et l'affront

palpable. Ces environnements sont aussi parfois plutôt malpropres. La peinture s'écaille,

l'éclairage est cru et les meubles sont élimés et inconfortables. Par ailleurs, les angles aigus saillent de partout et l'on y retrouve peu de signes de vie naturelle, comme les plantes ou les animaux.

Les gens quittent l'endroit avec un sentiment de vide. Paradoxalement, l'environnement ne suscite pas la curiosité et n'inspire pas la créativité, malgré qu'il soit surchargé en raison de son fouillis visuel et auditif.

Imaginez comment se sentent alors nos enfants, doués ou non, lorsqu'on les contraint à rester assis à leurs bureaux sur des sièges durs et inconfortables, disposés par rangs où leur place est assignée ou adoptée par habitude. On contraint chacun à trouver un espace qui les identifie, et les enfants sont conditionnés à quitter cet endroit aussitôt que sonne la cloche, qu'ils aient terminé ou non.

 

 

 

Lumière, son et couleur

Commençons par l'environnement. D'abord, il serait plus salutaire pour le personnel et les jeunes d'avoir un éclairage indirect et naturel qui n'émet pas des champs électromagnétiques aussi intenses

et larges que ceux émis par l'éclairage au néon. Les émissions électromagnétiques affectent chacun à un certain degré, mais chez les enfants du présent, ce sont des champs d'énergie tangibles qui s'immiscent dans leur corps et les rendent malades. Les champs électromagnétiques réorganisent l'alignement harmonique des particules dans nos champs énergétiques et, en conséquence, les relations énergétiques à l'intérieur et autour du corps s'altèrent, ce qui a des effets nocifs sur les enfants. Les enfants cristallins sont particulièrement très vulnérables aux émissions électromagnétiques, et plusieurs souffrent de fatigue et de maux de tête dus à l'éclairage cru de la salle de classe.

Les appareils électroniques, comme les ordinateurs ou les moniteurs, sont également nocifs

pour les champs énergétiques de l'être humain, et par conséquent, ils nuisent à la santé de ces jeunes.

Il est possible de réduire les émissions électromagnétiques dans la salle de classe en acquérant des ordinateurs à écran plat plus récents, au lieu des anciens écrans cathodiques. Les ordinateurs à écran plat émettent une pollution électromagnétique mesurable beaucoup plus faible.

(On peut facilement mesurer les émissions électromagnétiques grâce à un compteur manuel

peu dispendieux.)

La capacité de concentration et le bien-être général de ces enfants sont également sujets à ce

que j'appelle la surcharge visuelle et auditive. Ce type d'agression sensorielle résulte du fait que

le champ visuel soit encombré au point d'engendrer un chaos interne ou qu'il y ait du bruit

au point de ne plus s'entendre. Songez: lorsque quelqu'un écoute la télé à tue-tête, nous ne pouvons le tolérer qu'un petit moment avant de lui demander de baisser un peu le volume. À l'école, le bruit de fond dans la classe, dans les corridors et au dehors cause sans cesse des interruptions, et ces distractions perturbent l'aptitude des enfants à se concentrer. Dans une institution en activité, on dirait qu'il est impossible de bloquer l'assaut de tous ces stimuli.

En allégeant l'environnement, visuel et auditif, on augmentera grandement le confort de tous les

enfants. On peut y arriver facilement en réorganisant le matériel de classe et les objets dans les corridors.

Disposez les livres et les fournitures scolaires de manière ordonnée et, lorsque c'est possible,

installez des classeurs et des portes sur les étagères afin que les zones encombrées soient recouvertes et que les surfaces paraissent organisées.

La plupart des écoles accrochent aux murs et dans les corridors des peintures et autres

oeuvres des enfants. Débarrassez-vous de ce fouillis visuel. Pourquoi ne pas restreindre ces

expositions à des aires spécifiques dans l'école, comme le « hall des accomplissements» ou

le « mur des rêves » ? Emmenez régulièrement les enfants faire une visite du hall ou du mur en question.

Ainsi, plutôt que de devenir insensibles aux oeuvres de leurs camarades, ils partageront aussi leurs créations avec une attitude juste. Pourquoi ne pas faire de ces réalisations quelque chose de spécial?

Car elles le sont !

Pour contrer la surcharge auditive, une musique de fond de type non répétitif produira une

atmosphère sereine et équilibrée. Cette musique couvrira aussi les interruptions sonores mineures.

La couleur est également un facteur très important pour façonner un environnement paisible,

moins chaotique, favorable à l'apprentissage. Malheureusement, la plupart des écoles se contentent d'un gris ou d'un vert institutionnel. Comme je l'ai souligné, la couleur, c'est de l'énergie -elle comporte effectivement une fréquence, qui influera sur nos humeurs et même, sur notre rendement.

Pour façonner un environnement stimulant, il faut des couleurs vives et claires. Le fait de combiner ces couleurs dans une pièce modifiera l'apparence et l'atmosphère de la pièce. Les tons pastel comme le jaune, le mauve, le violet, le bleu, le rose et le vert (comme le vert cendré ou le vert pré) sont d'excellents choix. Les tons de la terre donnent une impression de lourdeur dans une classe -il faut les éviter, à moins de vouloir que les enfants fassent de longues siestes ! Il faut aussi éviter les coloris sombres et intenses, comme les bleus ou les rouges foncés.

 

Organisation de la pièce

Si la couleur donne le ton, d'autres éléments peuvent aussi apporter une touche positive.

Premièrement, il faut atténuer les angles aigus et les coins dans la disposition et les meubles.

La salle de classe optimale ne devrait comporter aucun angle. L'environnement serait ainsi adouci et aligné sur la géométrie sacrée -les formes qui sont les pierres angulaires de la création.

Organisez les objets de manière géométrique, de sorte que règnent l'ordre et la propreté.

En chacun de nous, il y a une reconnaissance innée de la forme géométrique, et ces formes

auront des effets intéressants et sains sur tous. Les formes qui s'avèrent particulièrement bienfaisantes sont celles que l'on appelle les « solides platoniciens ». Il s'agit des formes les plus simples dans la création: la sphère, la pyramide à quatre faces, le cube et le carré. Elles sont attrayantes et favorisent l'apprentissage. Comme nous l'avons souligné, les salles de classe sont généralement organisées en rangs stricts de chaises et de tables. Cassez cette impression austère et donnez une touche intime à l'endroit. Répartissez les tables ou les bureaux en groupes plus petits où s'installeront des enfants aux aptitudes similaires. Si la salle de classe est plutôt exiguë, faites un seul grand cercle.

Cette disposition élimine les connotations de hiérarchie ou de comparaison dans le groupe. Intégrez les professeurs au groupe en les introduisant dans le cercle ou en son centre. Ce type de disposition affirme que chacun a une importance égale. Par ailleurs, les enfants peuvent se voir les uns les autres, ils peuvent échanger plus aisément et personne n'est distrait par le fait d'avoir quelqu'un devant ou derrière lui.

Cet agencement est naturellement plus intime et personnel, et permet de placer plus facilement les enfants par groupes d'intérêts similaires ou d'aptitudes complémentaires. Dans ce genre de situation, les enfants apprennent à travailler ensemble, à se lancer des défis et à grandir comme équipe. Ils sont fiers de leurs interactions et acquièrent des qualités vitales comme la loyauté, l'amitié, le sens des responsabilités et la communication. Pour celui qui pense par compartiment, une disposition circulaire présente aussi d'autres bienfaits. On peut présenter un devoir ou un problème à résoudre au milieu du groupe de tables et dire aux enfants que leur cercle est semblable à une horloge.

La question au milieu correspond au point où les aiguilles sont fixées à l'horloge.

Chaque enfant assis autour du cercle apporte son point de vue au problème posé.

Autrement dit, l'enfant dans la position à« midi » commence en expliquant son idée et en

donnant ses impressions sur la question. Le suivant, à« deux heures » devrait découvrir une

autre perspective d'où examiner la question. Et ainsi de suite tout autour du cercle.

La discussion entre les enfants devrait aboutir à une solution bien réfléchie.

 

 

 

 

Des touches naturelles

Les enfants du présent ont une vive conscience de leur environnement, de la nature et de la

planète en général. Des plantes vivantes contribueront beaucoup à donner une impression de

cadre naturel. Des créatures vivantes animent la salle de classe et professeurs comme enfants

en profiteront -on pourra garder un grand aquarium plein de poissons ou de petits animaux que les enfants peuvent nourrir et étudier, ou même recevoir la visite d'animaux domestiques lors

d'occasions spéciales. De l'eau qui gazouille dans une petite fontaine nettoie l'énergie de la pièce et produit un fond sonore naturel qui adoucira l'austérité de l'environnement.

Pour favoriser des comportements calmes et optimistes, on peut également emmener la classe dehors par beau temps. Autorisez les enfants à emporter une natte ou une couverture qui servira à délimiter leur espace à l'extérieur. Permettez-leur de retirer leurs chaussures (s'ils ont l'âge de les remettre tout seuls) pour sentir l'herbe sous leurs pieds. Encouragez-les à fermer les yeux pour mieux sentir la caresse du vent; après s'être détendus pendant quelques minutes, ils pourront s'installer dans leur espace personnel pour participer à la leçon. Pour réveiller l'attention des le tai-chi, les étirements et la danse libre sont appropriés. On peut s'y adonner le matin, comme première activité, ou juste après le déjeuner, pour faire passer l'inévitable torpeur qui suit les repas.

Avec un peu d'effort, l'école peut être amusante.

 

Moins de structures, plus de confort

La journée à l'école se déroule généralement dans un cadre rigide, comportant des cours

à heures fixes et des échéances pour terminer les devoirs et les travaux ; tout cela crée une pression démesurée sur les jeunes pour qu'ils donnent un rendement maximal. Les enfants nouveaux pensent par compartiment et de ce fait, ils sont fort capables de se livrer au multitâche toute la journée. Au lieu de travailler d'une manière linéaire, il serait plus bénéfique d'instaurer un système circulaire où environ cinq activités ou groupes d'activités sont en cours. Un certain jour de la semaine, les travaux sont donnés sur divers sujets, et les matériaux concernant une matière spécifique sont offerts à un kiosque dans une zone désignée. Chaque sujet est présenté distinctement, avec les articles à rédiger, les livres à lire, les histoires à interpréter, et ainsi de suite -tous disponibles au kiosque lié à ce thème. Il faut instaurer des règles de base, mais il revient à l'enfant d'établir l'ordre de réalisation des travaux. Il travaillera peut-être à plus d'un thème ou plus d'un devoir à la fois, mais pour passer à l'étape suivante du cercle, il devra compléter chaque tâche liée à un niveau particulier. .ridée est que les enfants ne fassent pas l'équivalent d'une semaine de mathématiques en une journée et rien d'autre. Ils auront des étapes de réalisation à terminer, mais on leur donnera choix de la matière pour qu'ils travaillent à un rythme qui leur convient.

Les établissements scolaires qui appliquent cette méthode de la roue découvrent sans tarder que plusieurs enfants qui semblaient souffrir de TAD ou de TADH se mettent à exceller.

Les enfants ont l'occasion d'avancer rapidement s'ils finissent l'étape du jour ou de la semaine;

et ceux qui sont un peu plus lents ne sentent pas forcés de rivaliser avec les autres.

La compétition peut s'avérer un excellent moyen d'apprentissage, pourvu qu'on l'utilise

de manière responsable et intègre. Néanmoins, il n'est jamais bon de comparer ouvertement les enfants.

Chaque enfant est différent et chacun a ses idées et ses points de vue sur une situation donnée.

Le fait de comparer les enfants entre eux peut les pousser à mettre en cause leur validité ou à en douter, ce qui à son tour entraînera des problèmes d'estime de soi.

 

Accueillez la communication ouverte

L’aptitude à communiquer est l'un des meilleurs atouts que l'on puisse inculquer à nos enfants spéciaux.

La plupart du temps à l'école, on leur dit quoi faire et à quel moment, mais on leur fait rarement savoir comment et pourquoi. On ne leur dit pas non plus ce qui se passera par la suite, alors ils ne savent pas à quoi s'attendre. Un enfant qui sait ce qui va se passer se sent beaucoup plus en sécurité qu'un enfant qui ignore tout. L’inconnu produit généralement du stress, et on peut éviter cette situation en communiquant clairement et de manière cohérente. Dans chaque salle de classe, il y a toujours quelques enfants périodiquement turbulents. Des problèmes surgiront dans la classe ou dans la cour de récréation, et en règle générale quelqu'un sera puni ou réprimandé, puis la vie continue. Cependant, pour les enfants qui auront été témoins des événements ou qui y auront participé, ces questions resteront souvent non résolues.

Récemment, j'ai découvert avec plaisir qu'une école privée prévoyait chaque jour une période de discussion ouverte entre les élèves. La période dans ce cercle est considérée une « zone sûre» où les enfants peuvent exprimer leurs sentiments ouvertement au professeur et aux autres élèves, sans craindre d'être jugés ou d'en subir les conséquences. Les jeunes ont la permission de dire ce qu'ils sentent dans leur coeur, ce qu'ils pensent dans leur tête, d'exprimer leurs inquiétudes et même de dire à d'autres étudiants ce qu'ils pensent de leurs expériences avec eux dans la classe. Naturellement, le personnel supervise et encourage cette tribune, qui se déroule suivant des règles définies pour que les conversations gardent un ton constructif et positif. Grâce à ce processus merveilleux auquel ils consentent, les administrateurs

de cette école découvrent que les enfants sont en général beaucoup plus à l'aise et communicatifs.

De nombreux enfants passent à l'acte parce qu'ils cherchent à attirer l'attention, qu'ils s'ennuient ou qu'ils ont d'autres problèmes, à la maison ou à l'école, dont on ne discute pas ou qui ne sont pas résolus.

Dans un contexte plus ouvert, les enfants perturbateurs apprennent que leurs actions ne sont pas acceptables pour leurs camarades. Mais ils entendent aussi dire de bonnes choses à leur sujet (c'est aussi l'une des règles) et ainsi, au lieu de subir un renforcement négatif en raison de leurs actions, ils se sentent acceptés des autres et apprennent que leur comportement peut facilement être modifié et entraîner des résultats positifs sans besoin de lutte ou de combat.

Généralement parlant, pour apporter un soutien aux enfants du présent, tout ce qu'il faut c'est un peu de bon sens, la volonté de faire l'effort nécessaire et une certaine cohérence. Si nous avons la prévoyance de donner à nos enfants ce dont ils ont besoin à la maison, à l'école et en société, alors nous éduquerons une génération exceptionnelle, formée de gens sensibles et doués, capables d'élever notre monde vers des sommets inconcevables de coalescence et de réalisation, et ce, pour le bonheur de la collectivité; et effectivement, ils l'élèveront !

 

ET LA SUITE ?

Avec tous ces changements et cette évolution accélérée, où allons-nous? Que se passera-t-il ensuite? D'abord, si nous ne nous opposons pas à l'inéluctable transformation de la race humaine et que nous apprenons à accueillir les changements en leur permettant de se réaliser à partir des infinies possibilités qu’offre la création, notre monde verra bientôt des horizons reluisants. Notre douance s'éveillera spontanément sur des plans infinis. À mesure que certains d'entre nous réagiront heureusement à ces changements, d'autres emboîteront le pas. Si nous avons le courage d'évoluer consciemment et délibérément, et de permettre à nos enfants et à nous-mêmes de vivre un changement positif, alors la conscience des populations s'élèvera vers une expérience plus vaste et positive.

Les champs énergétiques cristallins des enfants du présent se sont déjà allégés. Ils se dissiperont en un arc-en-ciel aux couleurs pastel et finalement, en pure lumière blanche. À mesure que surviendront ces changements, le processus évolutif prendra son essor. Bientôt, nous verrons l'aube d'une humanité différente, une humanité qui se souvient de ses racines, de sa Source. La race humaine naîtra d'un passé sans fin et d'un avenir infini. Nous aurons de nouvelles manières de percevoir la réalité et reconnaîtrons l'unité en nous-mêmes, chez les autres et en toute chose.

Au fil du temps, de plus en plus d'enfants du présent assumeront des postes de responsabilité -des dirigeants qui transformeront le monde sur le plan social, politique et technologique. Ce qu'ils nous enseigneront sur la grandeur humaine c'est d'accepter la perfection et l'inclusion inconditionnelle, pour le bonheur de tous. Bientôt, dans environ douze ans, il y aura une autre vague d'enfants qui naîtront sur Terre et au-delà.

Plusieurs d'entre eux viendront au monde pleinement réalisés, portant les souvenirs d'un temps infini, d'avant les débuts de l'Histoire jusqu'aux confins de l'avenir. Ils appliqueront ces souvenirs et ce vaste savoir à tous ceux qu'ils toucheront et à chaque lieu qu'ils honoreront de leur présence. Les enfants nouveaux apporteront en notre monde des dons que nous sommes aujourd'hui incapables de concevoir. Ils seront les enfants de la lumière blanche et porteront en eux la perfection harmonique de chaque fréquence, dans le spectre en parfait équilibre de la lumière provenant de la Source de toute chose. Les champs énergétiques de ces enfants s'élèveront en spirale et se réinventeront à chaque instant. Ils seront des télépathes doués, des empathiques, des guérisseurs consommés, d'excellents enseignants et des maîtres spirituels avant même de savoir parler. Par leur simple présence, ils changeront à jamais la vie de ceux qui les entourent. Les enfants de la lumière blanche accepteront leurs dons intégralement et s'en serviront instinctivement, sans hésiter. Créatures magiques, petits sages s'élançant de la vaste réalité à notre monde comme des maîtres de l'éternité, ils nous offriront des exemples d'une existence plus vaste et démontreront ce qui a toujours été et ce qui pourrait être de nouveau notre monde -si seulement nous ouvrons notre coeur en nous souvenant que nous sommes un et qu'il n'y a que l'amour. Mais avant tout, il faut continuer de chérir les enfants du présent. Á mesure que notre évolution se poursuit par nos enfants, il faut modifier notre environnement, nos écoles, nos maisons et nos relations. Il ne faut pas oublier d'être flexibles; avec ces petits, tout est possible ! Les enfants du présent ont besoin de nous maintenant. En les soutenant, c'est nous-mêmes que nous soutenons et que nous préparons à la prochaine vague magique de générations futures.

Comme le dit si bien mon ami Nicholas, il faut écouter attentivement nos enfants. Il n'est pas trop tard. C'est maintenant le moment idéal pour commencer....

 

 

 

 

 

15 Un jour, des gens amènent à Jésus des enfants pour qu’il les bénisse.

Les disciples s’y opposent. Jésus se fâche et leur enjoint de laisser les

enfants venir à lui.

 

Puis il leur dit :

« Quiconque n’accueille pas le règne de Dieu comme un petit enfant,

n’y entrera certainement pas » (Marc 10,13-16).

 

« Si vous ne retournez pas et ne devenez pas comme les enfants,

vous n’entrerez pas dans le règne des cieux » (Matthieu 18,3).

 

 

 

Plus d'info sur les enfants indigo

en Français et Néerlandais sur

www.ambassadedespetitsprinces.be

 

 

 

 

 

16

 

Le Petit Prince

de Antoine de Saint Exupéry

 

 

 

 

Les enfants du Présent

 

 

 

 

 

17

 

Quelques extraits du livre

Les Enfants “actuels”….

Le grand défi “cerveau droit” dans un univers “ cerveau gauche “

de Marie Françoise Neveu.

ISBN : 978-2-911525-64-3

 

Depuis quelques décennies, de plus en plus d'enfants, de jeunes,nous interpellent. Ils n'entrent pas dans les cadres classiques, ils évoluent différemment, ont une autre maniere d'être, de regarder, de percevoir le monde. Ils déroutent par la pertinence de leurs propos, leur maturité, leur sens aigu de la vérité, de la justice, de la cohérence... En un mot, ils dérangent.

La plupart de nos systèmes éducatifs et pédagogiques sont mis en échec. Très sensibles, intuitifs et réceptifs, ils répondent à des questions non formulées, résolvent tres rapidement un "problème" sans pour autant pouvoir en expliquer le raisonnement. A l'école, souvent, ils s'ennuient et vont devenir cancres autant que surdoués, la tête dans la lune autant que boulimiques de nouveaux apprentissages. Ils peuvent se replier sur eux-mêmes aussi bien que devenir ingérables...

 

Dans le « nouveau monde » que ces enfants présagent, les êtres seront « conscients », ce qui signifie sans peur, par conséquent les responsabilités ne seront ni un poids ni une charge, tant pour les adultes que pour les enfants.

Les enfants disent avoir une « mission », mais leurs parents n'en ont-ils pas une également : accueillir l'enfant, l'aider à prendre sa place, lui permettre de mettre à profit la diversité de ses moyens de perception et de compréhension...?

Ils sont extrêmement nombreux à parler de « leur mission » et ce quel que soit leur âge et quelles que soient leurs origines socioculturelles.

 

Afin d'illustrer cela, je vous propose quelques extraits

« ... faire passer messages d'amélioration de l'humanité... » - je suis pénétré de l'importance de mon travail... j'ai un immense champ d'action qui n'admet pas d'être entravé par les règlements stupides (l'école ?) ... c'est insup portable de rester immobile comme les morts vivants qui font semblant

d'avancer….. porter au sommet les florissantes images du bonheur qui pourraient recouvrir le monde si les oreilles s'ouvraient» (cinq ans et demi)

« ...je peux devenir grande si on (ses parents) n'a plus besoin de moi pour avancer ». (10 ans).

« ... c'est ma mission d'élever mon entourage... J'ai peu de succes dans l'éducation de père... » (neuf ans).

« ... lui dire que je veux l'aider (sa maman), ce sera le premier de mes travaux...»«... Le temps est trop long, je rêve de voir arriver mon moment, je ne veux pas le rater... » (dix-huit mois).

« ... il faut savoir que j'ai plus d'informations que les autres... j'ai une

grande liste de travaux... » (six ans).

« ...Je parle de porter la bonne parole pour que les hommes se sou- viennent qu'ils ne sont pas sur terre pour rien... » (huit ans).

« ... j'arbore fièrement les couleurs du nouveau monde... j'ai des taches à mener, j'attends le signal... » (17 ans),

« ...je suis enfant des étoiles, venue de très loin aider la terre... je n'ai rien besoin de dire, il me suffit juste d'ETRE là. Mon chemin est simplicité. »

(adulte).

 

 

 

Témoignage de D.

Sous forme d'extraits de son Journal. Je profite de cette occasion pour encore la remercier de m'avoir confié ses cahiers si riches d'elle-même, si riches d'enseignements .( Marie Françoise Neveu )

« Cette terrible, cette incommensurable, cette indicible angoisse existentielle qui du jour où je naquis a enseveli ma vie tout entière de son linceul... »

«... c'est la terreur démentielle de me voir anéantie par votre monde où tout m'est, en apparence, étranger, qui me retient prisonnière tout au fond de moi-mème. »

« ... vous n'avez pas idée à quel point votre monde nous terrorise tant sa noirceur, d'emblée nous saute aux yeux... nous sommes affolés, effrayés de débarquer dans votre monde où la pesanteur règne en maître... nous sommes contraints dés le plus jeune âge... à nous isoler, à battre en retraite au plus profond de nous-mêmes, rompant ainsi tout contact avec la surface. »

«... je reçois en plein coeur la souffrance, la misère des êtres que je croise. Le plus dur de vivre c'est de n'apercevoir à l'horizon, que des visages fermés, des yeux méchants ou indifférents... Quand cela me devient trop pénible, intolérable à vivre, je descends me cacher, me réfugier au fond de moi... je fais le mort en quelque sorte, ne laissant rien paraître de ce que je suis vraiment. »...

«... Mes sensations me parvenaient péniblement, tres faiblement, tant je me suis retirée en moi depuis ma plus tendre enfance, en des contrées lointaines au-dedans de moi et j'y mène là, une vie de recluse. »...

«... Reclus au fond du puits nous vous crions « à l'aide, à l'aide ! ». Sous peine de « péter les plombs », d'imploser, tant nos lignes à haute tension, condamnées à fonctionner en circuit fermé, risquent par moments de nous faire mourir sur-le-champ, ce que nous ne désirons sincèrement pas, nous nous voyons contraints de répéter inlassablement les mêmes gestes, les mêmes actes, les mêmes paroles, au long des jours, afin de tenter d'exorciser l'immutabillité qui vampirise notre âme. »...

«... Une grande part de notre souffrance, ce qui fait notre « drame », c'est que vous nous analysiez, vous nous interprétiez selon les informations glanées par vos canaux ; et nous qui sommes incapables d'utiliser vos canaux pour nous exprimer, nous n'avons que les nôtres à notre disposition pour tenter de vous faire comprendre, pour tenter de vous ouvrir les yeux... N'étant en rien reconnus par vous, nous sentant démunis devant votre obstination à ne pas suivre nos voies, celles de l'intuition, pourtant profondément présentes en vous, nous nous refermons comme une huitre, Le coeur violemment blessé de cette incommunicabilité. »...

«... je meurs un peu plus chaque jour de ne pas être reconnue dans ma souf¬france, de ne pas être vue telle que je suis et si cela continue, je crains que le désir de vivre s'étiole tant et tant, qu'un de ces quatre je décide de vous quitter à tout jamais tant votre aveuglement m'étreint violemment, me lacère le coeur. »...

«... Nous hurlons de douleur à l'intérieur chaque fois que l'un d'entre vous se tourne vers nous animé de sentiments de pitié, de reproche, de colère, d'inquiétude... »

« ... ce qui n'a pour effet (réaction de l'entourage) que d'accroître mon désir de m'enfuir vers des contrées encore plus lointaines et d'intensifier mon angoisse jusqu'à ce qu'elle tétanise tout mouvement, tout appel vers le dehors... c'est mon exces de présence au monde qui, me fragilisant à l'extrême, me conduit à me couper de lui pour survivre... je m'absente pour ne pas mourir face à l'abîme d'angoisse qui m'aspire et m'engloutit tout entière... »

«... D'un point de vue physique, ma voix se détimbre petit à petit et je deviens incapable de parler. Je suis déchirée par ce qui m'arrive car je voudrais rester, mais je suis contrainte, condamnée à l'exil. J'éprouve de vives douleurs au niveau du coeur... Jadis il m'est même arrivé d'être littéralement écartelée au niveau de la cage thoracique tant l'angoisse était violente,.. Un jour j'ai cru mourir car la douleur paroxystique de l'écartèlement n'arrivait pas à s’éfrayer un chemin vers le dehors... mes cris étaient étranglés dans ma gorge obstruée par un obstacle invisible... Réduite au silence je levais la tête vers le ciel et les yeux emplis de larmes, de ma prison, j'appelais au secours. De mon vivant tombeau je criais « à l'aide, mon Dleu, ne m'abandonne pas, je t'en supplie » et je me suis mise à boire la lumière de mes yeux grands ouverts... Cette energie que mes pupilles dévoraient jusqu'à la lie pansa la plaie béante de mon coeur et je pus repartir... »

 

 

Exemple de N.

Enfant d'une tres grande sensibilité, évoluant plutôt sur le mode dépressif, N. a compris, très tôt, que pour être acceptée, elle devait faire « comme si », « comme si » elle « était semblable à tous les autres enfants et conforme à ce que l'on attendait d'elle ». L'adolescence l'a confrontée aux limites de ce genre de comportement. Les moqueries, les humiliations qu'elle a subies, en particulier à l'école, l'ont très profondément meurtrie. La souffrance étant devenue insupportable (au sens propre) elle s'est étourdie par la musique. Pendant près de neuf ans, elle a « joué sur le fil du rasoir ». La richesse de sa nature profonde lui a permis d'être marginale parmi les marginaux sans jamais vraiment sombrer.

Aujourd'hui c'est une jeune femme réservée, tres douce, pleine de richesses et de sensibilité, en chemin vers elle-même et en grande récon-ciliation avec la vie.

Bien qu'ayant évolué sur un mode dépressif, N. a pu ne pas complètement se replier sur elle-même. Son amour de la nature, son goût pour la musique lui ont permis d'éviter « l'implosion ». D'une maniere générale les « dépressifs » risquent « d'imploser » sous forme de comportements autistiques, de passage à l'acte suicidaire, alors que les « réactifs » évoluent plutôt vers « l'explosion » par le biais de compor-tements délinquants.

 

Suïcide

Perdus sur la terre, se sentant « en exil », loin, trop loin de l'Amour véritable, beaucoup de jeunes que je rencontre expriment le désir de « repartir », de « rejoindre leur famille » ils sont conscients que la vie sur terre n'est qu'un passage, la mort ne leur fait pas peur car elle est juste le passage nécessaire pour quitter cette vie, retourner vers leur « vraie famille » et retrouver « la Source ».

Dans cet « ailleurs » où se trouve leur « vraie famille » ils ne se sentent pas en exil.

Dés qu'ils sont reconnus, écoutés, et surtout entendus, ils peuvent sortir de l'urgence de rejoindre leur «famille » et accepter de rester sur terre. Il est important de noter qu'ils ne disent que très rarement « mourir » mais plutôt « partir ». Pour eux la mort n'existe pas, elle n'est qu'un passage d'un monde à un autre, d'une dimension à une autre.

Quelle que soit la forme que prenne leur « aspiration à partir », il est essentiel de la prendre très au sérieux ! Durant de nombreuses années elle peut n'être que l'expression de leur mal-être. Et un jour, brusquement, sans préméditation, sans « état d'âme », à l'occasion d'une difficulté soudaine, d'un « clash » parfois léger, ils passent à l'acte de maniere aussi imprévisible que violente.

Quand un enfant, quel que soit son age, un pré-adolescent, un jeune, dit qu'il « n'en a plus rlen à faire de la vie », qu'il «ferait mieux de mourir », ou que « la vie sur terre est vraiment trop difficile », il est urgent d'établir le dialogue avec lui ou de le diriger vers une personne pouvant l'accompagner et le « soigner ».

Amis médecins, psychologues, psychotérapeutes... ne négligez pas ces signaux d'alarme, parlez-en avec l'enfant, avec les parents et/ou avec l'entourage.

A ce sujet il convient de se rappeler que parfois des professionnels ont recueilli de tels aveux sans pour autant réagir sous prétexte de ne pas trahir le secret professionnel. Se faisant ils n'ont pas aidé le jeune en dif¬ficulté, ce qui finalement pourrait être qualifié de …..« non-assistance à personne en danger ».

J'ai connu le cas d'un jeune qui, à treize ans, a prévenu son therapeute de son intention de se suicider si la vie devenait trop difficile, en particulier avec son papa. Considérant que c'était l'histoire de l'enfant ce psychothérapeute n'a rien dit aux parents. Au fil des années les choses se sont aggravées, les problèmes relationnels avec le papa sont devenus insupportables et un matin, à dix-huit ans, il a sauté par la fenêtre et s'est tué.

Dans le cas de ce jeune deux points importants ont été négligés : la réalité des problèmes relationnels avec le papa qui exigeait de son fils qu'il « entre dans le moule », qu'il « devienne normal » et l'appel au secours signifiant que blentôt il n'allait plus pouvoir supporter sa vie.

 

 

Témoignage de N.

« J'ai pris naissance dans une famille dite normale, vivant à la campagne... Malgré leur gentillesse, leur simplicité, mes parents étalent malmenés, souffrant de leur passé et de leur présent. Mon père se réfugiait dans son travail et ses loisirs, ma mère se sentait seule. J'aurais voulu faire quelque chose...

...Je ressentais et j'absorbais tout, j'étais une vrale « éponge » et ils ne savaient pas... j'avançais sur un chemin escarpé, j'étais différente des autres, je le sentais, j'étais en décalage, en porte à faux, ils (ses parents et l'entourage dont l'école) me mettaient dans un moule « enfant timide ».

Ils ne «savaient pas »,je ne « savais plus ». Ce moule ne me convenait pas, il m'empêchait de m'exprimer, non pas par les mots, mais subtilement parlant. J'avais perdu mes valeurs, ma vérité...

... Alors, dans ces cas-là, la joie de vivre s'exprime dans le limité, la recherche du bonheur dans le limité.

Je me suis renfermée dans ma coquille, repliée sur moi-même, enfermée dans les placards pour ne pas dire bonjour aux personnes de passage, même de la famille (angoisse de l'inconnu)... »

« ... J'aimais me retrouver seule, jouer seule. Dans ces moments-là il n'y avait personne pour me juger, me commander. Je fabriquais mes jouets, je créais mon monde. J'étais hypersensible, je ressentais les émotions, les non-dits, le mensonge, les faux-semblants : j'observais tout, je pouvais savoir s'il manquait tel objet ou si tel autre avait bougé de trois millimètres, je voyais plein de détails...

... J'avais quelques amis, mais J'étais, pour eux, une sorte de souffre-douleur. En fait ils aimaient surtout mon confort matériel..En grandissant je me suis rebellée et les premiers à en pâtir furent mes parents, les pauvres !... »

« ... J'étais timide et rebelle à la fois ! Mignonne mais quel caractère l...

... A l'école j'étais mise de cóté, comme oubliée. Souvent les maîtresses se plaignaient car « on ne sait pas ce qu'elle pense » et même « je te paierai un kilo de prunes quand tu parleras », cela devant toute la classe ! Bonjour la moquerie et au revoir l'estime de soi !...

... Quand les profs m'interrogeaient, ils obtenaient rarement la réponse, soit j'étais ailleurs, soit je ne comprenais rien ou refusais d'intégrer tout cela. Tout était trop compliqué ...je n'étais pas à ma place. J'ai quitte l'école assez tôt pour apprendre un métier. Je voulais « faire quelque chose de mes dix doigts ». Là, ça allait déjà mieux, je m'ouvrais au monde, à la ville. C'était la fin de l'adolescence, mon corps s'est allongé, élargie, je devenais une jeune fille. Après, ce fut la voiture, le travail, mais ça ne collait toujours pas, il y avait des choses que je ne comprenais pas... »

« ... La musique a été mon échappatoire, ma fuite en avant, face à ce mode de vie qui ne me convenait pas (je travaillais en usine). J'avais une « déprime intérieure ». En me réfugiant dans le milleu rock j'avais l'impression d'exister. Je m'étais trouvé une passion, je m'étais créé une image, une personnalité.

Pourquoi le rock et le look qui va avec, ainsi que les fréquentations (amis, lieux) ? Ecouter les groupes jouer, aller aux concerts punk, garages et autres zigues diffusant beaucoup de decibels, me laissait très peu d'espace-temps pour parler de mes sentiments et écouter ceux des autres. Cela me permettait de fuir le vrai contact humain, limité à quelques échanges en sirotant des bières. Et puis, je ne m'entendais plus penser ! j'oubliais tout le reste ; je suis vite devenue une encyclopedle du rock francais, des lieux de concert... Cela impressionna les jeunes hommes. Je me faisais draguer. Je croyais que ce qui attirait les hommes à moi c'était mes yeux et ma poitrine, cela me déplaisait, mais j'avais au moins l'impression d'être entourée, choyée, l'impression d'exister. Le temps que la relation durait,je me sentais moins seule et surtout j'avais le sen¬timent d'être quelqu'un comme tout le monde (je faisais comme si...). Les jeunes hommes étaient séduits par la douceur, la gentillesse que j'émanais malgré la musique furieuse que j'écoutais. Malgré mes fréquentations, étonnamment je ne fumais pas, même pas de joints ; j'étais même anti-drogue. Je ne livrais pas mes sentiments comme les autres filles, aussi les garçons ne me comprenaient pas. Les liaisons duralent au maximum un mois, cela me convenait très bien, il n'y avait jamais de lassitude. A chaque rupture,je ressentais comme un soulagement de retrouver ma liberté et de pouvoir à nouveau jouer le jeu de la séduction et rêver d'un prince charmant.

Certains m'appelaient la « sauvageonne, très difficile à apprivoiser... »

« ... Avec le recul je me rends compte que je vivais « à côté de mes pompes », comme si je me regardais jouer un rôle. J'étais superficielle. Je savais qu'en moi il y avait quelque chose de différent des autres. Mais à qui le dire ? ... »

« ... Dans mes moments de désespoir, d'incompréhension, d'atterrissage (de retour dans la réalité), j'implorais Dieu, le visage plongé dans les poils de ma chienne ou serrant très fort un ours en peluche comme lorsque j'étais petite. Je lui demandais :

« Mais qu'est-ce que je fais sur cette terre ? Qu'est-ce que je «fous » ici, je ne comprends rien l Je n'en peux plus de souffrir, de faire semblant d'être là ; qu'est-ce qu'ils ont tous ! ? »

« Dieu, auquel je refusais de donner une image ou un nom, était plutôt une force puissante, une energie fantastique, le Créateur de la nature. Je lui parlais dans mes grands moments de détresse et le remerciais dans mes grands moments de bonheur. Parfois, je lui en voulais de « me faire souffrir ». En tout cas, Dieu, je ne l'imaginais pas sur une croix... Il (Jésus) avait certainement dit de belles choses mais je ne comprenais pas, car en observant le comportement des catholiques soit à la messe soit dans leur quotidien, ce qu'il avait dit, ça n'avait pas l'air efficace, à moins qu'ils n'aient rien compris ! ... »

« ... Pendant ce temps, quelque chose de nouveau est venu à moi : une « présence »... Le soir dans ma chambre... je « savais » que c'était ma chienne qui était là (elle était morte quelque temps auparavant). Cela m'a ouvert l’esprit ou plutôt la conscience, à la suruivance dans l'au-delà.... Puis, je me suis rendu compte que je ressentais des présences bonnes, d'autres moins bonnes, selon les lieux ou je me trouvais. C'était juste des impressions...

...Je dois dire à propos de mes chiennes qu'il n'y a peut-être aucun être, avec lequel j'ai passé des moments aussi paisibles. Nous n'avions pas besoin de nous parler pour nous comprendre, tout se disait par le regard, le comportement, le ressenti. Elles m'ont beaucoup aidée à vivre ces années si difficiles... »

« ... J'ai changé de travail, de region , je suis passée par diverses expériences, mais j'ai le sentiment que mes dons, ma créativité, mes qualités innées n'ont pu se développer, ni s'exprimer par manque de compréhension, de dialogue, d'écoute, de tendresse, d'ouverture. Je me sentais prise dans un monde infernal où les paroles ne sont pas en accord avec les actions, où le mensonge prime, où la jalousie pollue l'atmosphère.

Je cherchais, sans savoir où j'allais. Du fond de mon coeur une petite voix me disait : « Vas-y, tu es sur le bon chemin, avance ; tu cherches le bonheur pour toi et tes proches, le monde en général y compris la nature et bien sur les animaux, les plantes et tout ce qui n'est pas créé par l'homme ».

« Je sentais une graine pousser en moi, elle grandissait au fil de mes expé¬riences. Celles-ci m'ont menée face à Dieu, avec la conscience du Divin en toute chose. Il m'est alors devenu impossible de manger de la chair animale (j'étais depuis longtemps à tendance végétarienne, par amour des animaux...)»

« ... Quand je parle d'Amour, je pleure, j'ai le sentiment d'en avoir manqué depuis mon arrivée sur terre. Pourtant mes parents, ma famille, m'aimaient, à leur façon. Des jeunes hommes m'ont déclaré leur flamme, mais je restais de marbre, rlen n'entrait en résonance, leurs déclarations me donnaient plutôt envie de partir en courant car derriere les mots je sentais une emprise, comme une chaîne autour du cou ou un boulet aux pieds. « Non ! Help mon Dieu, tire-moi de là l ». Les pauvres j'en devenais méchante avec eux, pour me protéger... ! Je rajoutais des épaisseurs à ma carapace... Des « âmes bien pensantes » (un groupe, dit spirituel) ont réussi à m'amadouer. Ils étaient gentils, sympas, ils vivaient comme moi... J'aime trop la Vie, les animaux, les enfants, les plantes, les arbres, les rochers, la mer, les fleurs (sans les cueillir !) pour m'enfermer des heures, des jours, assise en yoga, en attendant ...la fin .'.

Aussi, dés que j'ai pu réagir, je les ai quittés...»

« ... Aujourd'hui JE SUIS avant tout ! Et je fais partie du Tout. Enfin, je Vis, je Respire. Tant pis si certains me considèrent egoïste ou irresponsable...

Existe-t-il une machine à laver les tracés du passé, de la naissance dans ce monde et même encore d'avant ? Si oui, dites-le moi...un « travail sur moi» (et cela peut prendre du temps) est en cours... »

 

 

 

 

 

 

 

18

 

Extrait du livre : l' enfant des étoiles - Phoebe Lauren

 

Jusqu'alors, rnon mari et moi avions fortement tendance à nier le caractère assez spécial de notre enfant. Sans rien dire, nous l'observions faire beaucoup de choses inhabituelles et inexplicables mais nous ne faisions qu'en rire, comme si c'était simplement quelque chose d'amusant. En reconsidérant les choses, je crois que nous étions tous les deux endormis ou, du moins, c'était moi qui l'étais. Il y avait beaucoup de petits faits et de signes qui pointaient vers ce qui devait arriver à Marcus.

J'ai comme l'impression que Jim en savait inconsciemment (ou même consciemment) beaucoup plus qu'il ne le disait. Á la naissance de Marcus, il m'avait demandé de mettre au mur de la chambre du bébé un texte calligraphié tiré du "Prophete" de Khalil Gilbran, et ces mots me sont bien souvent revenus depuis lors:

 

Vos enfants ne sont pas vos enfants.

ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-méme.

ils viennent par vous mais ne sont pas de vous,

et s'ils sont avec vous, ils ne sont pas à vous.

Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,

car ils ont leurs propres pensées.

Vous pouvez abriter leur corps mais pas leur âme

car celle-ci habite la maison de demain

que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves.

Vous pouvez tenter de leur ressembler,

mais ne les forcez pas à vous imiter.

Car la vie ne va pas en arrière,

pas plus qu'elle ne s'attarde sur hier.

 

C'est ainsi que, au fil des années, j'ai du apprendre que Marcus ne m'appartenait pas. Je me souviens de la première fois que je l'ai regardé lorsqu'il venait de naître. Il y eut immédiatement une connexion extrêmement forte entre nous deux, alors que l'on rn'avait dit au cours de la formation prenatale que ce genre de chose ne se produisait que très rarement. Je le regardai et, lorsqu'il m'a regardée a son tour, j'ai eu nettement l'impression qu'il me disait tranquillement "bonjour!", comme s'il était revenu et qu'il n'était pas surpris de me voir.

Marcus était notre seul enfant, si bien que certaines choses qui peuvent paraître exceptionnelles aujourd'hui me semblaient tout à fait normales à l'époque. Ainsi, lorsqu'il eut huit mois, il attrapa un jour son biberon pour le jeter à l'autre bout de la pièce. Un peu plus tard ce jour-la, il refit le même geste lorsque je lui en donnai un autre. J'étais seule. Jim voyageait beaucoup et la nurse ne venait que deux fois par semaine. Je ne savais que faire et j'étais un peu inquiète. Un coup de téléphone à mon pédiatre arrangea tout. Bien que ce médecin trouvait l'incident un peu curieux, il me suggéra fort sagement d'essayer d'utiliser un bol et de l'appeler en cas de problème. C'êtait bien la solution. En lui-même cet incident a peu d'importance mais ce fut le début d'un type de comportement qui a toujours duré et qui montrait que Marcus semblait savoir très exactement quoi faire. Il avait une maniere de voir le monde qui n'était pas en rapport avec son jeune âge.

Alors qu'il n'avait que deux ans et qu'il avait encore des couches, il décida que ces couches n'étaient plus nécessaires. Je me souviens très bien de ce jour-la. Nous habitions en Arizona et il faisait chaud. Il venait de jouer sur son tas de sable et était rentré dans la maison avec sa couche trempée. Je l'emmenai dans la salle de bains pour le changer mais, lorsque j'ai voulu lui en mettre une propre, il m'a dit "non".

J'ai pensé qu'il était dans cette "terrible" periode où, vers deux ans, tout n'est que "non!". Aussi ai-je continue à lui mettre sa couche.

Il l'a arrachée en répétant "non". Il était debout, ses deux petites jambes écartées, comme un dictateur en miniature.

Je lui dis: "II faut que tu la mettes, sinon tu vas mouiller ta culotte."

Mais il ne cessait de répéter: "non, non."

C'était comme s'il savait vraiment qu'il n'y aurait pas de problème, et il n'y en eut pas. Lorsque je le couchai ce soir-là, il prit une couche et me la tendit. Au cours des six mois suivants, il mit une couche pour la nuit. Puis, de nouveau, il exigea de ne plus en mettre. Il me vint à l'idée que c'était peut-être ainsi que les enfants s'éduquaient eux-mémes. Il est fort possible que tous les enfants en arrivent à s'élever eux-mêmes. Néanmoins, il ont habituellement besoin d'un coup de pouce de leurs parents. J'ai toujours ressenti que, d'une certaine manière, Marcus en savait plus que moi et qu'il était venu pour m'enseigner.

En tout cas, le véritable enseignement a commencé lorsqu'il eut cinq ans. Á cette époque, nous habitions à Malibu près de la plage. Les choses étaient difficiles, aussi bien pour nos finances que pour le reste. Nous avions déménagé un certain nombre de fois et Jim ne cessait d'essayer diverses manières de gagner de l'argent. Il ne m'était jamais venu à l'idée que je pouvais peut-être travailler et apporter une certaine contribution financière. Marcus allait à l'école maternelle près de chez nous seulement le matin. L'après-midi, il jouait soit seul soit avec les trois enfants des voisins. Ce jour-là, il jouait seul dans la grande cour bien protégée derriére la maison.

J'étais devant la grande glace de notre chambre et je me demandais comment j'allais me coiffer. Marcus s'est alors précipité dans la maison en hurlant et en disant qu'on lui avait tiré une balle dans la poitrine. Je m'agenouillai près de lui pour l'entendre me raconter ce qui suit:

"J'ai été touché par une balie. Je suis un indien. Je suis aussi grand que Papa. J'étais en train de chasser. Un homme m'a tiré une balle là (il me montrait sa poitrine). Ce n'est pas mal de tirer sur les oiseaux ou les animaux pour les manger. Je ne sais pas pourquoi il a tiré sur moi. Alors, je suis mort."

Jusqu'à cette dernière phrase qui m'a vraiment fait sursauter, j'avais l'impression qu'il avait trop regardé la télévision. Je lui dis qu'il allait bien, qu'il n'avait pas été touche par une balle et qu'il n'allait pas mourir.

Mais il se butait. Il continua: "Non, Vee-Vee, j'étais vraiment indien. Je portais des vêtements de peaux de bêtes. C'était il y a longtemps, avant ce temps-ci. L'homme m'a tué d'une balle et je n'avais pas de fusil, seulement un arc et des flèches. C'est vrai. Je dis la vérité."

Je tentais de le calmer et finis par aller le coucher en lui redisant qu'il irait bien. Je lui ai donné une infusion et suis restée près de lui jusqu'à ce qu'il s'endorme. Avec son petit ours dans les bras, il avait l'air incroyablement doux et paisible. Il lui fallait toujours "Nounours" pour dormir.

Je le contemplai en me disant qu'il était bien innocent et qu'il avait une imagination vraiment très fertile. Pour ma part, j'avais toujours eu le sens du théatre et je pensais qu'il avait pu en hériter. Plus tard, je me suis rendu compte que c'était la première fois qu'il parlait de la réincarnation et de ses vies antérieures. Á son réveil, il ne fit aucune mention de l'incident et je fis donc de même. A cette époque-là, je pensais simplement que son imagination était très développée et qu'il était particulièrement impressionnable.

Pour comprendre ce qu'il vivait, je passais des heures à lire des ouvrages sur la psychologle infantile, la création d'amis imaginaires et les fantasmes des enfants, mais rien n'aurait pu me préparer à ce qui allait se passer ensuite. Il devait avoir six ou sept ans et nous vivions déja dans la maison forestière de Santa Cruz. Un jour, j'étais en train de travailler à la cuisine pendant qu'il était assis sur le canapé de la salle de séjour à coté de la grande fenêtre donnant sur la prairie et les montagnes qu'il aimait tant photographier, tout particulièrement au coucher du soleil. Cette pièce était petite, confortable et assez sombre à cause de tout le bois qui tapissait ses murs. Mais elle était réchauffée par le soleil de l'après-midi et c'était le lieu qu'il préférait pour s'y asseoir avec les chats, sauf en hiver où chacun recherchait la proximité du vieux poêle ventru qui constituait la seule source de chaleur de la maison.

J'entendais Marcus qui parlait mais je n'y prétais guère attention. Lorsque je me suis approchée, je le vis pelotonné sur Le canapé au milieu des coussins recouverts d'un tissu floral passé. Les rayons du soleil donnaient à la scène comme un air de rêve. Je rne rendis compte qu'il était au beau milieu d'une vraie conversation bien qu'il n'y eut personne d'autre dans la pièce. D'après la position de Marcus, je devinai que son "interlocuteur-visiteur" se trouvait juste derriére la grande fenêtre.

Á cette époque, j'étais professeur à l'école et j'enseignais tout spécialement le théatre aux petits. Aussi, en le regardant, je fus persuadée qu'il s'était fabriqué un compagnon de jeu imaginaire. Je me suis dit qu'il pouvait se sentir un peu seul dans ces collines puisqu'il était fils unique et qu'il avait peu de vrais compagnons de jeu. Je lui demandai avec qui il conversait mais j'étais à peu près sûre qu'il allait me parler de quelque animal fabuleux ou d'un "invité" incroyable.

Il se tourna vers moi et me dis: "Tu sais bien, les vieux."

"Quels vieux?" dis-je en me sentant un peu perplexe car sa réponse paraissait vraiment aller de soi.

"Ceux qui vous aident. Ceux qui vous disent ce qu'on à besoin de savoir pour cette vie avant de naître."

Plutôt surprise, je lui demandai: "Qui sont ces hommes?" J'avais l'impression que Marcus participait à un goûter et que je ne pouvais voir les invités, un peu comme dans l'histoire de "Alice au Pays des Merveilles".

"Eh bien, je peux les voir mais toi, tu ne peux pas. Pourtant, ils sont réels. Ce sont eux qui m'ont dit ce que ma vie allait être et ce qui allait se passer. Nous en avons décidé ensemble avant que je naisse. Tu sais bien, ceux qui aident."

"Non, je ne sais pas. Dis-m'en davantage." Je me suis assise face à lui en glissant mes pieds sous la petite couverture entre nous deux.

"Ce sont ceux qui nous aident à savoir quoi faire. Il y a trois hommes avec moi. Ils me parlent toujours. Avant ma naissance, ils m'ont aidé à naitre de toi et de Papa."

"Comment t'y es-tu pris?" demandai-je avec étonnement.

"J'étais en haut au-dessus du ciel avec mes amis. Ils m'ont montré toi et Papa, ainsi que deux autres personnes. Je pouvais choisir. J'ai décidé de venir avec vous. Cette fois-ci, je n'avais pas à venir. Je pouvais choisir" répondit-il.

"Et comment pouvais-tu nous voir de si loin?"

"J'étais au-dessus du ciel, un petit trou s'est fait et je pouvais voir à travers. Comme avec ma main." Alors, il a mis la main devant son oeil, les doigts serres en forme de poing avec le pouce et l'index formant un petit cercle et il a mis ce petit cercle devant son oeil pour regarder à travers. Je sentais que ce qu'il me montrait opérait comme un zoom que l'on utilise pour prendre des photos de loin.

"Je t'ai vue. Tu étais très grosse avec ton bébé dans le ventre. L'autre dame était aussi grosse. Je vous ai choisis." Il laissait entendre que c'était pour nous un cadeau magnifique.

"Comment étais-je habillée?"

'Tu ne me crois pas. Je peux te prouver que je t'ai vue avant de naitre. Tu habitais dans un grand bâtiment rouge. Tous les "bâtiments au tour était semblables. Tu portais une robe jaune couverte de fleurs, comme les fleurs des champs" répondit-il.

Eh bien, j'avais effectivement une robe jaune avec des marguerites que j'ai portée au cours des derniers mois de ma grossesse, mais il avait peut-être vu une photo de moi avec cette robe. Lorsque j'ai fini par retrouver la photo en question au milieu d'une boite qu'il lui avait été impossible de voir, j'ai commencé à réaliser que son expérience avait un caractère tout à fait exceptionnel. Par ailleurs, il lui aurait été impossible de savoir que nous vivions dans une zone urbaine réaménagée où tous les bâtiments était en brique rouge. Nous étions repartis en banlieue avant qu'il n'ait un an.

Je me rendis compte que si ce qu'il disait était vrai, alors l'esprit d'un bébé ne doit pas entrer dans le corps avant le moment de la naissance. Je lui posai la question.

Il parut content que je la pose. "Vee -Vee, ne sais-tu pas que l'esprit peut entrer et sortir avant et après la naissance? En prenant de l'age, on oublie simplement comment il faut faire et on le fait de moins en moins."

Cette information m'amena à penser qu'il était possible que la mort de certains bébés soit dûe à ce que leur esprit parte un peu trop loin. Au commencement de notre vie, nous n'avons peut-être pas peur de quitter notre corps. L'esprit de ces bébés trouve peut-être quelque chose, quelqu'un ou un endroit plus interessant et ils y restent en oubliant qu'ils ont un corps ailleurs. Je n'ai jamais posé de question la-dessus mais j'aurais bien voulu en savoir plus.

"Qu'est-ce que ces hommes disent d'autre?" demandai- je .

"Ils s'appellent mes guides. Ils sont (très gentils et très intelligents. Ils m'aident lorsqu'il me faut prendre une décision. Je n'avais pas du tout à naître cette fois-ci. J'avais le choix à cause du niveau sur lequel je suis, mais j'ai choisi de venir."

 

"Qu'est-ce que tu entends par niveau?"

"Nous sommes chacun sur des niveaux différents. Ces niveaux n'ont rien à voir avec le fait d'être gentil ou d'être intelligent. Ils ont à voir avec nos expériences et ce que nous avons appris." Tout en souriant, il continua: "Tu es au-dessous de moi. Certaines personnes sont au-dessus de moi. La meilleure façon pour moi de te l'expliquer est la suivante. Tu enseignes bien le latin aux enfants de cinquième et de quatrième, n'est-ce pas?"

"Euh.."

"Bon. Tu ne viendrais pas dans ma classe de dixième en te servant du mème livre pour nous apprendre le latin. Nous ne comprendrions pas. Nous sommes trop petits. Et tu ne serais pas fachée contre nous. Les gens sont comme cela. Certains sont à la maternelle tandis que d'autres sont dans le secondaire. Aussi n'enseignes-tu pas à un enfant de la maternelle ce qui convient pour un enfant du secondaire. Comprends-tu maintenant?"

"Oui" dis-je stupéfaite. 'Tu veux dire que nous sommes tous sur des niveaux de conscience différents, que certains sont plus avancés que d'autres et que nous ne devons pas nous attendre à ce que les élèves des petites classes en sachent autant que ceux des grandes classes. Est-ce juste?"

"Bravo, tu as compris!" dit-il tout heureux, "Maintenant ils me disent de te dire de lire des choses sur les guides et les vies antérieures. Je t’ aiderai. Ils vont m'aider. Ils sont vraiment très intelligents et me disent tout ce que j'ai besoin de savoir pour vivre."

Éberluée, je répliquai: "Bien, et remercie-les pour moi."

Il me dit alors: "Vee-Vee, peux-tu nous laisser seuls. Je ne veux pas te faire de peine mais ils ont des choses importantes à me dire."

 

Je me sentais un peu comme une enfant chassée du bureau de son père mais je suis partie doucement pendant qu'il continuait à parler. J'écris sur mon bureau dans la rubrique "choses à faire": recherche sur "les guides et la réincarnation".

Ce fut ce jour-là que j'ai commencé à comprendre que j'avais rencontré mon maître.

 

 

 

 

 

19

Chantage au suicide de l'enfant "indigo" en cas d'insoumission des parents

 

Enfants prédisposés ou induits au suicide, parents entretenus dans la paranoïa et culpabilisés en cas d'échec, d'assassinat ou de suicide ?

Que dit le dogme ?

Kryeon : " Comme ces enfants Indigo ont conservé leur mémoire des plans élevés d'ou ils viennent et de qui ils sont, ils peuvent être catastrophés voire suicidaires de penser qu'ils aient pu à ce point se tromper (de famille) en dépit de leur dimension divine. D'autant que l'enfant Indigo peut vivre comme une déchéance de se retrouver dans ces conditions d'incarnation " (avec des parents ordinaires purgeant leur dette karmique).

Comprenons bien le sens de ces propos. Si des parents refusaient de conditionner avec cette doctrine l'esprit de leur enfant réputé Indigo qui a des problèmes, celui-ci risque de se suicider : ce serait alors leur faute entière. Eux, vulgaires humains n'auraient pas su accueillir l'être divin, pur et immensément sage, qui leur a été confié. L'éducation d'un enfant "indigo" est une mission si subtile et si complexe à gérer qu'une erreur de leur part peut avoir de graves conséquences. C'est pour cela qu'il leur faut un guide pour mener cette tâche messianique à bien. Et c'est bien sûr les gourous-psychologues adeptes de Kryeon qui sont habilités à diriger les parents dans les moindres détails de l'éducation de leurs enfants. C'est eux aussi qui ont, au préalable, détecté l'état Indigo de leurs enfants grâce à leur vision extralucide.

Ailleurs nous lisons : " Dans un milieu familial non favorable à son épanouissement, l'enfant Indigo peut développer des tendances suicidaires. Et si d'aventure les parents inquiets des difficultés psychologiques de leur enfant vont demander à un psychiatre de le soigner le remède risque d'être pire que le mal. "

Que faut-il faire alors pour traiter les enfants Indigo ayant des problèmes psychologiques ?

Kryeon : " Les aliments à haute fréquence élèvent le taux vibratoire du corps, ce qui facilite l'accès au véritable soi...Plus votre intuition profonde captera les messages de Dieu, de vos guides ou de vos anges "... " Adopter un régime majoritairement végétarien...vous aidera... "

La médecine classique est disqualifiée et les médecines de sorcier mises à l'honneur

 

D'autant plus que les médecins sont incapables de " voir " les couleurs de l'aura.

Kryeon : " Dans un milieu familial non favorable à son épanouissement, l'enfant Indigo peut développer des tendances suicidaires. Et si d'aventure les parents inquiets des difficultés psychologiques de leur enfant vont demander à un psychiatre de le soigner, le remède de risque d'être pire que le mal. "

Et aussi : " Aucun système psychologique classique ne fonctionne bien pour traiter ces enfants "

De plus ces enfants ont des facultés de guérison innées et ont la faculté de se guérir automatiquement du SIDA lorsqu'ils sont infectés, et ceci d'autant plus qu'ils auraient des caractéristiques physiologiques propices (rythme cardiaque plus lent...)

Certains adeptes de Kryeon prônent les croyances en vigueur à la Science Chrétienne, une église américaine fondée au 19ème siècle n'ayant aucun rapport avec la science et n'ayant de chrétien que le nom puisse sa doctrine s'inspire du bouddhisme plus qu'autre chose.

Ainsi nous lisons dans la littérature Kryeone : " Dans les boutiques d'aliments naturels et les revues de médecines douces, on peut trouver des remèdes à base d'herbes et d'essences de fleurs pour traiter les problèmes d'attention et d'hyperactivité...En fait, mes croyances sont fondées sur la philosophie suivante : chaque état est une illusion (référence à la Maya hindouiste) et si l'on diagnostique, étiquette ou traite cet état, on lui donne vie et on contribue à l'aggraver ". En somme, la maladie est une illusion. Elle n'existe que si on la décèle et elle s'aggrave si l'on tente de la soigner.

 

Bourrage de crâne de l'enfant "indigo"

 

Kryeon : " Il sera donc, de ce fait, très important que les parents expliquent à leur enfant Indigo qu'il n'a pas à s'en vouloir de transiter par un corps de chair. Qu'au contraire il peut remercier ses parents de lui avoir donné un corps afin qu'il puisse, en s'incarnant, réaliser la mission qu'il a choisi de mener sur terre et d'en trouver le sens sans rancune contre lui-même.

Alors, ayant retrouvé le sens de cette mission il pourra prendre à coeur de mener à bien les premiers degrés de celle-ci parmi des êtres moins évolués (ses professeurs et camarades d'écoles, sa famille etc.) et devenir un enfant normal semblable à ceux de son âge. Il fera ainsi un effort d'adaptation pour être comme les autres. "

La considération excessive et flatteuse dont il sera l'objet et le catéchisme kryeoniste qu'il recevra conduiront directement l'enfant "indigo" à embrasser " sa mission " et le comportement adéquat conformément aux enseignements du groupe. L'attitude de la famille adepte risque fort d'induire chez l'enfant "indigo" un comportement très condescendant à l'égard d'autrui, en particulier, de ses camarades d'école, ce qui laisse envisager pour lui bien des brimades et réactions agressives de la part de son entourage comme c'est le cas pour certains enfants convaincus par leurs parents d'être des surdoués et qui sont devenus complètement asociaux et surtout malheureux et seuls.

Kryeon : " Il est vital que nous les préparions à réussir cette importante tâche spirituelle...Il nous faut transmettre la vérité "...

Certains adeptes se vantent même de ce que leur enfant Indigo pratique le reiki, une méthode de guérison magique par imposition des mains (voir notre bulletin n°43 consacré au reiki).

Un adepte ex enfant Indigo témoigne : " Si j'avais un enfant Indigo, je lui donnerais vite des super-aliments dont les vibrations sont élevées, je lui enseignerais l'EMF Balancing...Je ne l'enverrai probablement pas à l'école...je lui enseignerais la spiritualité... "

 

 

 

 

 

 

20 ADN

 

Permettez-moi de vous parler un peu de la neuvième couche et du scénario en deux parties concernant le mécanisme de guérison à l'intérieur du corps humain, ainsi que de l'incroyable système d'autodiagnostic qui est disponible dans l'ADN.

 

Tout d'abord, regardons ensemble le côté linéaire, puisque vous êtes un Être qui habitez actuellement une biologie humaine. Que feriez-vous si je vous disais qu'il y a présentement un virus dans votre corps biologique ? Que feriez-vous si je vous disais qu'il y a présentement une menace cancéreuse qui est en train de s'attacher à l'un de vos organes ? Est-ce que votre corps physique vous le dirait ? Non ! Ne trouvez-vous pas que cela est dérangeant, déstabilisant ? N'est-il pas étrange que vous deviez aller voir un médecin pour trouver ces choses, grâce à des tests ? Cette bizarrerie ne crie-t-elle pas à votre structure cellulaire qu'il y a quelque chose qui manque, quelque chose qui ne va pas ? En effet, il y a un manque magistral. Ce manque flagrant est le 90 % d'information quantique de votre ADN. Il n'a pas été planifié et mis en place pour servir uniquement d'agent informateur. Il est là pour prendre soin, pour "veiller au grain". En ce moment, hélas, il n'accomplit pas sa fonction initiale et primordiale.

 

L'ADN peut fonctionner sur les "deux tableaux", pour ainsi dire. Il peut fonctionner avec la chimie, le génome humain (moins de 5 %), et il peut aussi fonctionner avec son attribut multidimensionnel, quantique, ésotérique ou spirituel (95 %), peu importe les noms que vous lui attribuez. Puis-je vous dire que ce 95 % attend d'être pleinement activé ? La première partie du système immunitaire est linéaire. C'est la partie que vous connaissez. C'est la partie que votre médecine d'aujourd'hui reconnaît comme étant réelle. L'autre partie, le 90 % et plus, ne peut être activée qu'avec les énergies multidimensionnelles. Veuillez noter que ce sont des énergies que vous avez connues par le passé, mais vous les avez perdues, au "fil du temps".

 

 

 

 

 

 

 

21

 

Ceci est le texte d'une conférence que j'avais écrit , pour une soirée

"La jeunesse, si on en parlait " à Lavelanet en France...

pas trop loin de Montségur ...

Paul Codde www.ambassadedespetitsprinces.be

 

 

Il y a un monsieur , connu dans le monde entier, un scientifique qui s’appelait : Einstein .

Et ce monsieur a dit : "nous avons tous reçu un grand cadeau, notre coeur ".

C’est là bas que se trouve notre intuition, notre sagesse pure . Et on a reçu aussi de l’aide avec tout cela, c’est notre crâne avec le cerveau pour penser . Malheureusement, nous sommes tous devenus esclave de nos pensées, et ce qui est pire encore : on a oublié le grand cadeau ! C'est ce que Einstein à dit .

Et il a dit aussi : les problèmes que nous avons à résoudre ne peuvent l'être en restant au même niveau de pensée qui était celui dans lequel ils ont été posés .

 

Bonjour, je m’appel Paul, et j’habite depuis deux années en France, à Lesparrou . Je suis retraité maintenant, mais avant (pendant 27 années ) je gagnais ma vie comme présentateur à la télévision Belge-flamande. Et les 5 dernières années je présentais un programme pour et avec des enfants et des jeunes . C’ était un magasine avec beaucoups de reportages sur le monde des enfants et des interviews dans le studio avec la jeunesse Belge .

Pendant ces années, j’ai fait beaucoups d’interviews avec des enfants ‘ indigos ’ comme on les appelle ici . Et pendant ces conversations j’ai appris énormément de choses sur eux. Entre autre que l’évolution qu’on remarque maintenant chez les jeunes a commencée il y a environ 60 ans, ici en France, avec le livre génial de Monsieur Antoine de Saint Exupéry : "Le petit prince ". Malheureusement l’histoire de ce petit bonhomme qui venait nous raconter que l’essentiel était invisible pour les yeux, on l’a rangé dans notre bibliothèque. Tout ce qu’on en a gardé c' est un beau souvenir et son nom fut donné à un tas de rues, de places, d' avenues et même un stade.

 

Mais qu’est-ce qu’on a fait des paroles et des idées de ce petit bonhomme?

C’est pour cela que ces enfants du présent sont parmis nous (qu’on appellait il y a quelques années aussi les enfants indigos). Il y en a de toutes sortes . Pour en savoir plus, je vous invite à découvrir mon site intitulé :

www. ambassadedespetitsprinces.be

Dans cette évolution de la race humaine en quoi sont ces enfants si différents de nous et de nos ancêtres ?

 

Je vous donne quelques caractéristiques .

--Ils sont extrêmement sensibles à l'environnement, à la planète et aux sentiments d'autrui. Cela veut dire qu’ils ont la capacité de sentir ce que vous ressentez . Cela signifie que si vous êtes joyeux, il sentirons votre joie. Par contre si ces enfants se baladent sur le marché du vendredi matin à Lavelanet, ils ressentent très précisément le manque de joie. Tout comme moi avec ma pancarte : câlins gratuits . Je vous jure qu’il n’y a pas beaucoup de joie à ''vendre' sur le marché .

Je connais beaucoups d’enfants qui ne vont pas au théater à cause de cette caractéristique . Parce que les émotions (énergies) de tout ces gens dans la salle sont trop intences pour eux et ils les attirent comme un buvard . Cela les rend très malade ( maux de tête, vaumissement......) Ce n’est vraiment pas donné …. Et la seule chose qu’ils peuvent faire, c'est de quitter la salle et aller câliner un arbre, pour évacuer toutes ces énergies(sentiments, émotions....) "sales et noires" dans la terre . Le pourquoi et le comment du fonctionnement de ces energies, je vous propose d'en parler à un autre moment car ce n'est pas le sujet principale qui m'anime aujourd'hui auprès de vous. Non cela dit, c'est avec grand plaisir que ce thème peut être vu pendant une autre soirée comme celle-ci .

 

Bon, ces enfants ….

-- Ils sont doués d'une intuition fine. Cela veut dire : On ne voit bien qu’avec le Coeur . Ils savent des choses sans avoir besoin d’expliquation. Ils ont une grande sagesse .

Et maintenant je pense aussi que c’est important de vous dire que nos pensées et surtout l’intention derrière nos pensées ont un grand pouvoir .

Une petite anedocte pour illustrer ceci.

En Belgique, je connais une fille de 21 ans, paranormal, atteinte de la leucémie . Les médecins avaient tout essayé .Aucune thérapie en milieu hôspitalier ne donnait satisfaction et on lui avait suggéré de faire ses adieux avec ses amis, ses proches et sa famille . Un jour avant mon départ vers la belgique pour quelques jours, je lui téléphone pour l’avertir de mon retour au pays. A ce moment là, elle me disait qu’elle se retrouvait en quarantaine à l’hôpital, et qu’on aura pas l’occasion de se voir pour des raisons de sécutité. Alors je lui ai proposé d’essayer un jeu sur l’ordinateur : pacman . Pacman c’est une petite boule dans un labyrinth , une petite boule avec une bouche qui mange tous les petits monstres qui se trouvent sur son chemin . Je lui ai aussi expliqué de se mettre dans la peaux de Pacman. Les petits monstres représentaient des cellules cancéreuses qu’elle allait dévorer . Trois jours plus tard, en Belgique, je reçois de sa part un SMS pour me dire que les médecins l’ont renvoyée à la maison . Elle était guérie . Les médecins se retrouvaient devant un mystère non éllucidé! … mais elle vit ! Et encore toujours. Elle est en pleine santé . Elle avait, pendant ces trois jours , joué au pacman, pendant environ douze heures par jour . Toute cette histoire pour vous dire que nos pensées sont très fortes non seulement pour guérir, mais aussi pour se rendre malade .

 

Mais revenons aux enfants ….

-- Généralement, ils sont capables de télépathie. Cela veut dire qu’ils entendent et nos pensées, et en plus nos paroles …. Et de temps en temps , nos pensées et nos paroles ne correspondent pas du tout entre elles. Rendez-vous compte de la confusion que cela organise dans la tête de ces jeunes . Personellement je connais une petite fille qui a commencé à parler qu’à l’âge de 6 ans pour cette raison . Et elle n’est pas la seule dans son cas . En tout cas, c’est comme cela que nous, en tant qu'adultes, nous leur apprenons à mentir . Parce que n’oubliez surtout pas : c’est nous qui donnons l’exemple .

-- Ils ont le pouvoir de « lire» les champs énergétiques (aura) des personnes pour connaître ainsi leur état de santé, leurs intentions, leurs motivations, etc. On parle de l’aura des gens, qui n’est pas capable de mentir . Un petit garçon voit entrer son papa, tout autour coloré de rouge. Le garçon s’enfui sans hésiter vers sa chambre . Parce que le rouge veut dire que papa est plus ou moins furieux .

 

--Et puisqu’ils ont ce talent de sentir ce que sentent les autres, et de conaître les pensées des autres , ils sont animés d'une compassion sincère.

 

--Et ils ne peuvent supporter le conflit - ils s'en sentent même responsables.

--Et ce n’est pas fini ! Leur sagesse va bien au-delà du nombre de leurs années. Cela veut dire que de temps en temps vous pouvez entendre des paroles surprenantes sortir de la bouche d’un enfant, "des paroles adultes" .

 

-- Parfois ce sont des artisans de la paix.

 

-- Ils voient et souvent échangent avec des êtres éthériques appelés des entités . Comme la bible parle d' anges qui venaient donner des messages, ou bien encore les expériences d’une Jeanne D’Arc ou Bernadette Soubirou ici en France qui eux aussi étaient des enfants indigos . Ils évoqueront parfois des visiteurs et des amis - pour nous invisibles - comme s'ils les connaissaient intimement. J’ai vécu 14 ans de ma vie, ensemble avec une personne ( il s’appelle Pedro ) qui avait ces caractéristiques . Parfois il se trouvait par exemple dans une autre pièce de la maison, et je l’entendais parler . Alors j’y allais pour lui demander de me répéter les choses . Et c’est alors qu’il me disait toujours la même chose : c’est pas à toi que je parle ….. De temps en temps il faisait des conversations avec la Soeur Lucie , qui se trouvait à ce moment là dans un couvent à Coimbra , au Portugal, et qui avait vu à l'époque la mère de Jésus à Fatima . Entretemps Soeur Lucie est morte le 13 février, il y a 6 ans je crois, mais pour Pedro cela ne changeait pas grand chose, parce qu' elle restait toujour la bienvenue chez nous , en nous rendant visite de temps en temps .

 

-- Il y a prèsque deux ans, je descendais en voiture de la coline d’Aiguillanes . On était en plein hivers avec beaucoup de neige . Devant moi s’arrêta une voiture. Une jeune dame en sorti pour mettre les chaînes à ses pneux . Je sorti de ma voiture pour me rendre utile et nous entamions une conversation . Elle me parla de son travail à Lavelanet, et moi de l’ambassade des petits princes, que je venais de mettre sur pied . Elle me demanda un peu plus d’expliquation au sujet de ces enfants qui de temps en temps ont contact avec des êtres astrales et des entités. Et c’est là qu’elle m’a montré le petit garçon de l'âge d’un an et demi, qui se trouvait dans sa voiture. Et bien voilà, me confia-t-elle, je vous présente un de ces enfants, qui converse constemment avec quelqu’un dans sa chambre que je ne vois pas .

 

-- Autre caractéristique : Ils ont fréquemment souvenir de leurs vies antérieures ou de leurs expériences entre deux vies. C’est pour cette raison, que beaucoups de mamans entendent dire leur enfant : maman, est-ce que tu te souviens encore du temps , où moi j’étais ta mère ?

-- Certains ont reçu un diagnostic de TAD, de TADH ou d'autisme.

 

-- Parfois ils connaissent le but de leur destinée.

 

-- De temps en temps ils ont besoin de moments de solitude pour se régénérer ou pour se défaire des énergies de la journée.

 

-- Ils ne parviennent pas à comprendre la cruauté des humains entre eux.

 

-- Les appareils électroniques réagissent de temps en temps à leur présence.

 

--Ils sont doués d'empathie

 

-- Ils .... et maintenant je parle surtout des enfants stellaires .... Ils sont doués d'une conscience multidimensionnelle. Ils peuvent voyager « hors du corps » (projection astrale) etouvrir leur conscience pour permettre à des êtres éthériques de s'exprimer par leur voix (ce qu’on appelle : channeling ou canalisation )

 

-- Le garçon dont je viens de vous parler concernant les dialoges qu’il faisait avec des entités, Pedro, lui aussi sortait de son corps pour faire des voyages astrales . Et ce qui était un peu drôle, même pour moi , c’était le fait que lui, dont le corps se trouvait devant moi, me parlait de choses qu’il voyait au même moment , à l’autre côté du monde .

 

-- Il y a environ quatre ans, je voulais commencer les reportages pour la télévision Belge sur le sujet dont je vous parle maintenant. Lors d'une communication téléphonique avec Michel Kapteins, un réalisateur hollandais, qui venait juste de faire des reportages sur les enfants du présent en Hollande, il me confiait que dans son cas, il n’avait pu employer que 10 pourcent du matériel enregistré. La raison était de protéger ces enfants. Je traduit litéralement ce qu’il m’a dit : "le reste de ce que je venais d’entendre de ces enfants entre 5 et dix ans, était plus fort que les aventures de Harry Potter ".

 

-- Il y a quelques jours , j’ai reçu un mail de Pedro, le garçon dont je viens de parler, me confiant sa grande envie de quitter la vie sur terre, que pour lui cela ne valait plus la peine. Et c’est un peu cette information, qui m’a donné un certain boost, pour venir vous parler de tout cela ce soir.

 

-- Alors je crois que c’est pour cette raison qu’on est là , aujourd’hui. Parce que je suis absolument sûr, que cela ne doit pas être facile pour eux , de vivre dans notre monde . J’en parlais il y a quelques mois avec Marie Françoise Neveu qui a un large éventail de connaissances universitaires et professionnelles ( entre autre psychothérapeute holistique, et psycho-motricienne ) et elle me confiait que, après avoir vu le film AVATAR , il y avait beaucoup d’enfant qui sont venu la voir, parce qu’ils avaient tous l’envie de sortir de la vie . Et ce phenomène s’est produit aussi en Belgique . Ces enfants n’ont pas peur de la mort .

-- Il y a quelques mois , je me trouvais comme tout les vendredi, sur le marché de Lavelanet pour y donner des câlins gratuits. Tout d’un coup, une dame me dit en néerlandais:" et bien de toi, je veux bien un câlin ". Le comble était, que je reconnaissais cette dame . Elle avait été pendant des années la sécretaire dans un studio ou je travaillais beaucoup dans le temps . On se met à parler, et elle me demande ce que je fais ici . Et je commence à expliquer au sujet des enfants indigos, et que je suis venu ici pour leur donner un soutient .... et c’est là que cette dame s’est mise à pleurer . il parrait qu' elle a aussi un fils , un enfant nouveau, qui avait plein de qualités, mais il ne pouvait pas en parler avec personne .Après tout, c’est ce qu’il croyait . Cela l' a rendu très frustré et même agressif . Il fait actuellement ample connaissance avec la drogue et l’alcohol, et il est devenu un vrai petit ciminel blessant le Coeur de sa mère . Alors, c’est pour des jeunes comme ce garçon en Belgique, que je suis là

 

-- S’il y a des jeunes, des parents ou des professeurs qui ont reconnu des caractéristiques et qu'ils ont envie d’en parler, ma porte est ouverte. Voyez sur mon site : www.ambassadedespetitsprinces.be

Il y a aussi la possibilité de me contacter par mail . J’ai aussi de nombreux livres (en français) sur le sujet que je peut vous emprunter .

 

Enfants indigo, une nouvelle conscience planétaire de Sylvie Simon

 

Enfants autistes, hyperactifs, dyslexiques , dys ….

Et s’il s’agissait d’autre chose?

de Marie-Françoise Neveu

 

Les enfants “actuels...

”le grand défi “cerveau droit” dans un univers “cerveau gauche” de Marie-Françoise Neveu

 

l'Enfant des étoiles

de Phoebe Lauren

 

Célebration des enfants indigo

de Lee Caroll et Jan Tober

 

Les enfants Cristal

de Doreen Virtue ( un guide pour la nouvelle génération d’enfants sensible et clairvoyants )

Aimer et prendre soin des Enfants indigo

de Doreen Virtue

 

Indigo – ces êtres si different

de Sélène et Cyrille Odon

 

Conversations avec les enfants du présent

de Meg Blackburn Losey

( des enfants indigo, cristalins, stellaires, parlent du monde,

de la vie et du grand changement )

 

Les enfants du présent

de Meg Blackburn Losey

( enfants cristallins, enfants indigo, enfants stellaires, anges du terre

et phenomène des enfants transitionnels )

 

Pour conclure je vous dis encore ce qui suit :

" Les enfants du présent ont une mission d'envergure et sont disposés à l'expliquer à quiconque souhaite l'entendre : Ramener l'amour inconditionnel à l'humanité et aider à instaurer la paix mondiale, en réintroduisant la connaissance de notre unicité , dans la conscience collective.

En tant que gardiens de ces enfants, nous avons pour responsabilité, de les seconder dans cette mission, et de respecter ce qu'ils sont et ce qu'ils sont venus faire ici.

Les enfants cristallins portent en eux le souvenir conscient de la sagesse des âges, et ils nous l'accordent généreusement "

 

 

 

WWW.INDIGOPLATFORM.COM

WWW.AMBASSADEDESPETITSPRINCES.BE

 

22 Je t’en prie

Quitte moi

 

Texte : Paul Codde

Je t’en prie : quitte moi

Il n’faut pas oublier .... Que ton bonheur c’est toi

Il ne faut pas fuir comme ça

Oublions les temps .... dépendant de la peur

et le temps perdu

oú tu n’as pas cru .... que l’important c’est toi,

regarde dans ton coeur ,

ton miroir c’est moi

un reflet d’horreur

il ne faut surtout pas .... que tu dépendes de moi

alors quitte moi ... et prend soin de toi

Toi tu pourrais voir

La valeur du present

Et te méfier du temps

Qui s’annonce dans une heure

Ne m’en veux surtout pas

Que je m’en aille en souriant

Je te l’offre ce Bonheur

Et le meilleur en partant

Je t’ envoie aux pays,

oú l’amour sera loi

Oú l’amour sera reine,

et tu sera roi

Il ne faut surtout pas

Que tu dépendes de moi

Alors quitte moi,

Et prend soin de toi

 

Je t’en prie , quitte moi

tu manifestera

des idées rêvées

qui viendront vers toi

tu t' apercevras

qu'il y a pas mal de voies

pour l'expression de soi

et pour se pardonner

Je te raccont’rai

des erreurs créés

dont tu ne savais pas

encore comment les éviter

Il ne faut surtout pas

Que tu dépendes de moi

Alors quitte moi,

Et prend soin de toi

On a vu souvent

Rejaillir le feu

De l'ancien volcan

Qu'on croyait trop vieux

Il est paraît-il

Des terres brûlées

Donnant plus de blé

Qu'un meilleur avril

Et quand vient le soir

Pour qu'un ciel flamboie

Le rouge et le noir

Ne s'épousent-ils pas

Alors ne vois tu pas

ce grand cadeau en toi

qui vient de se déballer

maintenant que tu m’as quitter

Moi je ne te quitte pas

Au contraire, je suis là

Pour te dire que ça va

Que c’est bien de pleurer

Que c’est bien de laisser

tombé le passé

Pour qu’un jour viendra,

oú tu sera toi

Tu n’est coupable de rien,

ne t’en veux surtout pas

Car mon miroir c’était toi,

avouez que c’est bien

De se rendre compte

Que tu ne depends pas de moi

Alors quitte moi

Je t’aime bien comme ça .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paul Codde : ambassadeur pour l'enfant dans l'enfant

Welcome Wilkommen Bienvenu Bem-vindo Benvenuto

Bienvenido Velkommen Välkommen Σας καλωσορίζω

Приветствую вас Size Hoş Geldiniz קבל אותך / أهلا بكم

আপনাকে স্বাগত জানাই। Добре дошли Toivottaa teidät tervetulleeksi

 

आप का स्वागत करते हैं। Üdvözöljük Önöket を歓迎します

Bun venit Pozdravljaju vas 당신을 환영할 것이다.

A site for the sake

of our planet

1 Je viens vous apporter du bonheur

2 Paul Codde à la foire des livres à Anvers : les enfants Cristals

3 Chanson : les vieux enfants sages ( Codde )

4 Quelques livres sur le sujet des Indigos

5 Chanson : Les Messagers d'amour ( Codde)

6 Chanson : Quand le petit prince reviendra ( Codde)

7 Chanson : Hymne à la mort ( Codde)

8 Article dans La Dépêche du midi : Le Petit Prince est revenu

9 Youtube : Conférence sur les enfants indigo avec Willess Carbo

10 Youtube : La vie de Chicco Xavier

11 BORISKA Kipriyanovich un garçon russe de 7 ans, qui vient de Mars

12 «Rencontre avec les êtres de la Nature» - Interview avec Anne Givaudan ...

13 Conversations avec les enfants du présent - un extrait - Meg Blackburn Losey

14 " les enfants du présent" - un extrait - Meg Blackburn Losey : ' Comment Aider ? '

15 Jézus et les enfants

16 Le Petit Prince de Antoine de Saint Exupéry

17 Marie Françoise Neveu : Les Enfants “actuels”…. Le grand défi “cerveau droit” dans un univers “ cerveau gauche “ - un extrait

18 L'Enfant des étoiles / Phoebe Lauren - un extrait

19 Chantage au suicide de l'enfant "indigo" en cas d'insoumission des parents ( Kryeon )

20 ADN

21 le texte d'une conférence écrit pour : La Jeunesse si on en parlais à Lavelanet ( Paul Codde)

22 Chanson : je t' en prie quitte moi ( Codde )

23 La petite lumière et Dieu - Neale Donald Walsh

24 Michael Newton - un interview + des extraits de ses livres

"Souvenirs de l'au-delà" et "Journées dans l'au-delà".

25 Neale Donald Walsch - conversations avec Dieu

26 Le Petit Prince - A.De Saint Exupéry ( audiobook ) par Bernard Giraudeau

 

 

Plus d'information

en Français et Néerlandais

www.ambassadedespetitsprinces.be

 

 

 

 

 

1

Je viens t 'apporter du bonheur

Inspiré sur ' les Bonbons' de Jacques Brel

 

Je viens t' apporter du bonheur

Parce que les gens avaient trop mal

De tout ces goût et ces saveurs

Qui ont tués les droits du coeur

( Qui est devenu bien trop brutal )

.... Je viens t' apporter du bonheur ...

 

J’espère que tu pourras apprécier

Que je te rends le droit d’aimer

Aimer "la personne qui vous êtes"

Un peu " bourgeois et malhonête "

Et ignorant après la fête

Qu' il y a tant de choses à ignorer

 

Si vous saviez ce que je suis fier

Quand mon papa est exemplaire

Quand il s' rapelle que : c' qui est 'vrai'

Pourait s’employer à l’envers ...

La vérité ne vous blessera plus

Quand tu pardonnes, celui qui tue

 

Paul Codde

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfants Cristals

2 Paul Codde à la foire des livres à Anvers 2013

 

23

La Petite Lumière et Dieu - Neale Donald Walsch

 

Il était une fois, au temps d'avant le temps, une Petite Ame qui dit à Dieu : " Je sais qui je suis ! ".

 

Et Dieu dit : " C'est merveilleux ! Qui es-tu ? "

 

La Petite Ame cria : " Je suis la Lumière ! "

 

Et Dieu s'exclama avec un grand sourire : " Oui, c'est çà ! Tu es la Lumière. "

 

La Petite Ame était si heureuse ! Elle avait résolu le mystère que toutes les âmes du Royaume étaient venues résoudre. " Wow, dit la Petite Ame, çà c'est vraiment cool ! "

 

Mais bientôt, de savoir qui elle était ne lui suffit plus. La Petite Ame sentait des remous à l'intérieur, et maintenant, elle voulait être Celui qu'Elle était. Et donc, la Petite Ame retourna voir Dieu (ce qui n'est pas une mauvaise idée pour toutes les âmes qui veulent être Celui qu'Elles sont vraiment) et dit : " Salut, Dieu ! Maintenant que je sais Qui je Suis, est-ce que j'ai aussi le droit de l'être ? "

 

Et Dieu dit : " Tu veux dire que tu veux être Celui que Tu Es déjà ?

 

" Eh bien, répondit la Petite Ame, c'est une chose de savoir Qui Je Suis, et une autre totalement différente de l'être vraiment. Je veux sentir ce que çà fait d'être la Lumière ! "

 

" Mais tu es la Lumière ", répéta Dieu, avec un autre sourire.

 

" Oui, mais je veux voir comment on se sent ! s'écria la Petite Ame.

 

" Bon ", dit Dieu avec un petit gloussement, " je suppose que j'aurais dû le savoir. Tu as toujours été le plus aventureux ". Puis l'expression de Dieu changea. " Il y a juste une chose … "

 

" Quoi ? " demanda la Petite Ame.

 

" Eh bien, il n'existe rien d'autre que la Lumière. Vois-tu, je n'ai rien créé d'autre que ce que tu es ; alors, il n'y a pas de manière facile pour toi de faire l'expérience de Ce que Tu Es, puisqu'il n'y a rien que tu n'es pas ".

 

" Hein ? " dit la Petite Ame qui était maintenant un peu perplexe.

 

" Penses-y de cette façon " dit Dieu. " Tu es comme une bougie dans le Soleil. Oh, tu y es, c'est certain. Avec des millions d'autres bougies qui constituent le Soleil ! Et le Soleil ne serait pas le Soleil sans toi. Non, il serait un soleil sans l'une de ses bougies … et çà ne serait pas le Soleil du tout, car il ne brillerait pas avec autant d'éclat. Et pourtant, comment te connaître en tant que Lumière quand tu es parmi la Lumière ? - C'est la question. "

 

" Eh bien, " dit la Petite Ame toute ragaillardie, " tu es Dieu. Trouve quelque chose ! "

 

Dieu sourit encore une fois. " Je l'ai déjà fait, " dit Dieu. " Puisque tu ne peux pas te reconnaître en tant que Lumière quand tu es dans la Lumière, nous allons t'entourer d'obscurité. "

 

" Qu'est-ce que c'est l'obscurité ? " demanda la Petite Ame ".

 

Dieu répondit : " C'est ce que tu n'es pas. "

 

" Est-ce que j'aurai peur de l'obscurité ? " s'écria la Petite Ame.

 

" Seulement si tu choisis d'avoir peur " répondit Dieu. " Il n'y a vraiment rien à craindre, à moins que tu ne le décides. Vois-tu, nous inventons tout ceci. Nous faisons semblant. "

 

" Oh, " dit la Petite Ame, et déjà elle se sentait mieux.

 

Puis Dieu expliqua que pour pouvoir faire l'expérience de quelque chose, son exact opposé allait apparaître. " C'est un grand cadeau, " dit Dieu, " parce que sans cela, tu ne pourrais pas savoir à quoi ressemble cette chose. "

 

" Tu ne pourrais pas connaître le chaud sans le froid, le haut sans le bas, le vite sans le lent. Tu ne pourrais pas connaître la gauche sans la droite, ici sans là-bas, maintenant sans jadis. "

 

" Et donc, " conclut Dieu, " quand tu seras entouré par l'obscurité, ne brandis pas ton poing, n'élève pas ta voix et ne maudis pas l'obscurité. "

 

" Sois plutôt une Lumière vis-à-vis de l'obscurité, et ne sois pas fâché de cela. Alors, tu sauras Qui Tu Es Vraiment, et tous les autres le sauront aussi. Laisse tant briller ta Lumière que tous sauront combien tu es spécial ! "

 

" Tu veux dire que j'ai le droit de montrer aux autres combien je suis spécial ? " demanda la Petite Ame.

 

" Bien sûr, " dit Dieu en souriant. " Tu en as tout à fait le droit ! Mais souviens-toi, " spécial " ne veut pas dire " meilleur ". Tout le monde est spécial, chacun à sa façon ! Et pourtant bien des autres ont oublié cela. Ils ne réaliseront qu'ils ont le droit d'être spécial que si toi-même tu reconnais que tu as le droit de l'être. "

 

" Wow, " dit la Petite Ame, dansant et sautillant, riant et sautant de joie. " Je peux être aussi spécial que je veux ! "

 

" Oui, et tu peux commencer tout de suite, " dit Dieu. " Quelle partie du spécial veux-tu être ? "

 

" Quelle partie du spécial ? " répéta la Petite Ame, " je ne comprends pas. "

 

" Eh bien, " expliqua Dieu, " être la Lumière, c'est être spécial, et être spécial comprend beaucoup d'éléments. C'est spécial d'être gentil. C'est spécial d'être doux. C'est spécial d'être créatif. C'est spécial d'être patient. Est-ce que tu peux trouver d'autres façons d'être qui sont spéciales ? "

 

La Petite Ame resta assise en silence pendant quelques instants. " J'ai trouvé beaucoup de façons d'être spécial ! " s'exclama alors la Petite Ame. " C'est spécial d'être quelqu'un qui aide. C'est spécial d'être quelqu'un qui partage. C'est spécial d'être amical. C'est spécial d'être attentif aux autres ! "

 

" Oui ! " approuva Dieu, " et tu peux être toutes ces choses ou n'importe quel élément du spécial que tu souhaites être, à tout moment. C'est ce que veut dire : être la Lumière. "

 

" Je sais ce que je veux être ! Je sais ce que je veux être ! " annonça la Petite Ame toute excitée. " Je veux être la partie du spécial qui s'appelle " celui qui pardonne ". Est-ce que ce n'est pas spécial de pardonner ? "

 

" 0h oui, " assura Dieu à la Petite Ame. " C'est très spécial. "

 

" D'accord, " dit la Petite Ame. " C'est çà que je veux être. Je veux être celui qui pardonne. Je veux faire l'expérience d'être comme çà ".

 

" Bien, " dit Dieu, " mais il y a une chose que tu dois savoir. "

 

La Petite Ame commençait maintenant à s'impatienter un peu. Il paraissait toujours y avoir des complications.

 

" Qu'est-ce que c'est ? " dit la Petite Ame, en soupirant.

 

" Il n'y a personne à qui pardonner. "

 

" Personne ? " La Petite Ame pouvait à peine croire ce qui venait d'être dit.

 

" Personne ! " répéta Dieu. " Tout ce que j'ai fait est parfait. Il n'y a pas une seule âme dans toute la création qui soit moins parfaite que toi. Regarde autour de toi. "

 

C'est alors que la Petite Ame réalisa qu'une large foule s'était réunie. Des âmes étaient venues de près et de loin - de tout le Royaume - car la nouvelle s'était répandue que la Petite Ame avait cette conversation extraordinaire avec Dieu, et chacun voulait entendre ce qu'ils disaient.

 

Regardant les innombrables autres âmes réunies là, la Petite Ame dût acquiescer. Aucune ne paraissait moins merveilleuse, moins magnifique ou moins parfaite que la Petite Ame elle-même. Tel était le prodige des âmes réunies autour d'elle, et si brillante était leur lumière, que la Petite Ame pouvait à peine les regarder.

 

" Alors, à qui pardonner ? demande Dieu.

 

" Eh bien, çà ne va pas être drôle du tout ! " grommela la Petite Ame. " Je voulais faire l'expérience d'être Celui Qui Pardonne. Je voulais savoir quel effet çà faisait d'être cette partie-là du spécial. "

 

Et la Petite Ame apprit ce que c'était que d'être triste.

 

Mais juste à ce moment-là, une Ame Amicale s'avança de la foule. " Ne t'inquiète pas, Petite Ame, " dit l'Ame Amicale, " je vais t'aider. "

 

" Tu vas m'aider ? ". La Petite Ame s'illumina. " Mais qu'est-ce que tu peux faire ? "

 

" Je peux te donner quelqu'un à qui pardonner, tiens ! "

 

" Tu peux ? "

 

" Certainement ! " gazouilla l'Ame Amicale. " Je peux venir dans ta prochaine vie et faire quelque chose que tu pourras pardonner. "

 

" Mais pourquoi ? Pourquoi ferais-tu cela ? " demanda la Petite Ame. " Toi qui es un Etre d'une telle perfection achevée ! Toi, qui vibres à une telle vitesse que cela crée une Lumière si brillante que je peux à peine te regarder ! Qu'est-ce qui pourrait te faire vouloir ralentir ta vibration à une telle vitesse que ta brillante Lumière deviendrait sombre et dense ? Toi qui es si léger que tu danses sur les étoiles et que tu te déplaces à travers tout le Royaume à la vitesse de ta pensée - qu'est-ce qui te ferait venir dans ma vie et te rendre si lourd que tu pourrais faire cette mauvaise chose ? "

 

" C'est simple, " dit l'Ame Amicale, " je le ferais parce que je t'aime. "

 

La Petite Ame parut surprise par la réponse.

 

" Ne sois pas si stupéfait " dit l'Ame Amicale, " tu as fait la même chose pour moi. Tu ne te souviens pas ? Oh, nous avons dansé ensemble, toi et moi, bien des fois. A travers les éternités et les âges, nous avons dansé. A travers le temps tout entier, et dans bien des lieux, nous avons joué ensemble. C'est juste que tu ne te souviens pas.

 

" Nous avons tous deux été l'Ensemble de Toutes Choses. Nous en avons été le Haut et le Bas, la Gauche et la Droite. Nous en avons été le Ici et le Là-bas, le Maintenant et le Jadis. Nous avons été le Masculin et le Féminin, le Bon et le Mauvais - nous en avons été et la victime et le méchant.

 

" Ainsi, nous nous sommes rencontrés, toi et moi, maintes fois auparavant ; chacun apportant à l'autre l'exacte et parfaite occasion d'Exprimer et d'Expérimenter Qui Nous Sommes Vraiment.

 

" Et donc, " continua d'expliquer l'Ame Amicale, " Je vais venir dans ta prochaine vie et cette fois-ci je serai le " méchant ". Je ferai quelque chose de vraiment terrible, et alors tu pourras faire l'expérience d'être Celui Qui Pardonne. "

 

" Mais que vas-tu faire, " demanda la Petite Ame, un tout petit peu nerveuse, " qui sera si terrible ? "

 

" Oh, " répondit l'Ame Amicale avec une étincelle, " nous trouverons bien quelque chose. "

 

Puis, l'Ame Amicale parut devenir sérieuse, et dit d'une voix douce : " Tu as raison à propos d'une chose, tu sais. "

 

" Et c'est quoi ? " voulut savoir la Petite Ame.

 

" Il me faudra ralentir ma vibration et devenir très lourd pour faire cette chose pas très gentille. Il me faudra prétendre être quelqu'un de très différent de moi. Alors, j'ai une seule et unique faveur à te demander en échange. "

 

" Oh, n'importe quoi, n'importe quoi ! " s'écria la Petite Ame, et elle commença à danser et à chanter : " Je vais pouvoir pardonner, je vais pouvoir pardonner ! " Puis, la Petite Ame vit que l'Ame Amicale restait toute silencieuse.

 

" Qu'est-ce qui se passe ? " demanda la Petite Ame. " Qu'est-ce que je peux faire pour toi ? Tu es un tel ange de bien vouloir faire ceci pour moi ! "

 

" Bien sûr que cette Ame Amicale est un ange ! " interrompit Dieu. " Tous le sont ! Souviens-toi toujours : je ne t'ai jamais envoyé que des anges. "

 

Alors, la Petite Ame voulut plus que jamais exaucer la demande de l'Ame Amicale. " Qu'est-ce que je peux faire pour toi ? " demande de nouveau la Petite Ame.

 

" Au moment où je te frapperai et te terrasserai, " répondit l'Ame Amicale, " au moment où je ferai la pire chose que tu puisses imaginer - à ce moment précis … "

 

" Oui ? " interrompit la Petite Ame, " oui … ? "

 

L'Ame Amicale devint encore plus silencieuse.

 

" Souviens-toi de Qui Je Suis Réellement. "

 

" Oh, je le ferai ! " s'écria la Petite Ame, " je le promets ! Je me souviendrai toujours de toi comme je te vois ici même, à cet instant ! "

 

" Bien, " dit l'Ame Amicale, " parce que, vois-tu, j'aurai fait semblant tellement fort, que je me serai oublié. Et si tu ne te souviens pas de moi tel que je suis réellement, je ne pourrai peut-être pas m'en souvenir pendant très longtemps. Et si j'oublie Qui Je Suis, tu peux même oublier Qui Tu Es, et nous serons perdus tous les deux. Alors, nous aurons besoin qu'une autre âme s'en vienne et nous rappelle à tous les deux Qui Nous Sommes. "

 

" Non, cela ne se passera pas ! " promit de nouveau la Petite Ame. " Je me souviendrai de toi ! Et je te remercierai de m'apporter ce cadeau : la possibilité de faire l'expérience de Qui Je Suis. "

 

Et ainsi, l'accord fut conclu. Et la Petite Ame s'engagea dans une nouvelle vie, toute excitée d'être la Lumière, ce qui était très spécial, et toute excitée d'être cette partie du spécial appelée le Pardon.

 

Et la Petite Ame attendit anxieusement de pouvoir faire l'expérience d'être Celui Qui Pardonne, et de remercier l'Ame qui le lui permettrait.

 

Et dans tous les moments de cette nouvelle existence, chaque fois qu'une nouvelle âme faisait son apparition, que cette nouvelle âme amène de la joie ou de la tristesse - et surtout si elle amenait de la tristesse - la Petite Ame pensait à ce que Dieu avait dit :

 

" Souviens-toi toujours, " - et Dieu avait souri -,

" je ne t'ai jamais envoyé que des anges. "

 

24

Michael Newton

Des extraits de ses livres

 

"Souvenirs de l'au-delà" "Journées dans l'au-delà"

 

Paul Codde :

ambassadeur pour l'enfant dans l'enfant

Diane parle des nouveaux enfants : https://www.youtube.com/watch?v=ZGdQgTXF6Eg

L'Histoire de Hannah , un Indigo : https://www.youtube.com/watch?v=0qDBPu5ZM0o

Un petit indigo refuse de manger de la viande : https://www.youtube.com/watch?v=ls8zEMhBFao

Guerir ses émotions, guerir sa planète : https://www.youtube.com/watch?v=JBDPSixrttk

une fille de 2 ans : https://www.youtube.com/watch?v=9gaWYsdGs4Y

QUAND L'ETRE SE FAIT SAVOIR. http://quandletresefaitsavoir.wordpress.com/

Sur les écoles de l'avenir - à venir ....